Aquò d'Aqui


            partager partager

Une parenthèse estivale active




Chers lecteurs
Arrive le moment où nombre d'entre vous partent en vacances...et l'équipe d'Aquò d'Aquí aussi, una briga...


La lettre hebdomadaire ne vous sera donc plus envoyée tous les mercredis mais uniquement en cas d'actualié pressante. Vous la retrouverez fin août.
D'ici là, toutefois, le site web de votre journal sera alimenté en informations et vous pouvez régulièrement y faire un tour.
Nous animons en particulier un stage de "journalisme web" aux [Rescontres Occitans de Provença]url: " qui se déroulent à Annot (04) à partir du 29 juillet. Et à cette occasion, ce sont les travaux des stagiaires qui seront valorisés sur le site. Ils vous parlerons du pays, de sa langue, de ses habitants, et qui se formeront ainsi, demain, à pouvoir renforcer ce que nous tentons : discuter de notre région, de sa société, et de son devenir, en occitan dans ses variétés propres à Provence Alpes Cote d'Azur.
A la rentrée nous essaierons de vous apporter de nouveaux services, qui inscrivent un peu plus la langue d'oc dans un rapport moderne entre ses lecteurs.
En attendant, vous pouvez nous aider, très simplement, en communiquant notre lien internet à vos connaissances, afin qu'elle viennent grossir cette communauté de gens qui veulent s'informer et débattre de leur pays, en particulier dans la langue de celui-ci. Notre objectif, dépasser le millier d'abonnés à l'automne, serait alors atteint grâce à vous. Il deviendra alors difficile d'affirmer que "personne ne lit ce patois!" comme trop souvent vous l'entendez. Vous pourriez contester cette ânerie, avec des arguments solides. 

Mercredi 11 Juillet 2012
Michel Neumuller



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.