Aquò d'Aqui


            partager partager

Twit-twit


Twitter n’est pas sans conséquences. En Amérique, un juge a décrété que ce qu’on pense peut entraîner des troubles de l’ordre public, et que donc le fameux petit texte envoyé en cascade pouvait vous valoir de gros embêtements.



Twit-twit
L’aucèu canta de còps d’un biais bèn aigre. Vòli pas parlar de nòstrei rigaus mai d’una autra mena d’aucèu, que fa volar sei cent quaranta nòtas a un molon d’auditors. S’agisse dau « twittt » que fa bresilhar a l’autre bot dau monde vòstrei darrièrei nòvas, o lei còps traites que pòu far am’aquò la companha d’un president a l’anciana de son òme… 

Autant vos va dire, i a una ambiguïtat dei bèlas am’aqueu mejan de comunicar. Son bèn vòstrei messagis que mandatz, mai un còp mandats, son plus vòstres. Un jugi american a eisijat que la societat Twitter li done totei lei messagis que remandèt un afogat qu’occupèt la Borsa de New York l’an passat.
 
Tot lo monde s’en rementa, de joines qu’avien son gonfle de la precaritat per leis emplegats e de la richessa vesibla per lei yuppies, òucupèron lo relarg de Wall Street de setmanas e de setmanas.
 
E vaquí qu’aqueu jugi de la Cort de Manhattan, adonc, vòu que li siegue comunicat ce qu’avié escrich un joine rebèle, Malcom H., perseguit per de « desbordaments » dins un passa carriera au pònt de Brooklyn au moment de l’òucupacien.
 
Son argument vòu la pena d’èstre legit : per aqueu jugi, vòstra opinien, un còp difusada a un publique, es de tot lo monde. Adonc, podètz tre lo twitt lançat, venir una mena de maufatant. Lo famos twitt pasmens s’adreiça ren qu’a una còla de gents qu’avètz chausit. Òc, mai vòstreis abonats elei tambèn an sa tiera, e vòstrei messagi cascadejon dins lei tieras d’amics de vòstreis amics.
 
E aperalin encara anaran vòstrei bresilhaments.  « Auràn de consequencis, vòstreis opiniens » que dis lo jugi. Avètz que de pensar de cauvas sensa consequencis…e per aquò vos faudrà ren qu’una cervèla d’aucèu !

Mardi 22 Janvier 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.