Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Tatou : « lo Japon es l’empèri dei musicas dau monde »


La tournée japonaise de Moussu T. aura été un enchantement pour les membres du groupe de blues occitan. A leur grande surprise, ils ont rencontré un public concerné, déjà au fait de leur musique, et fait connaissance avec une ville, Osaka, à laquelle ils trouvent tout simplement un air marseillais. Impressions, soleil levant…selon Tatou, l’auteur compositeur de Moussu T.



A elei la scèna japonèsa (photo MT DR)
A elei la scèna japonèsa (photo MT DR)
A Osaka, lo pòrt industriau japonés, « lei carrieras son pas tant netejadas coma va son dins lo rèsta dau país, e quand laissavi mon saqueti, li aviá totjorn de monde per m’avisar qu’èra pas prudent ».

Per Tatou, lo cantaire dau grope, la bèla vila en riba de l’ocean Pacifique li aurà agradat mai que tot dins un viatge qu’a menat tota la còla de Moussu T. e lei Jovent sus lei scènas de Tokyo e Osaka. Se compren perqué.
 
« En veritat tot lo monde me l’aviá dich : « Osaka au Japon es coma Marselha en França ».

E èra verai : lo monde parla un dialècte, l’Osaka-Ben, que n’avèm retengut quauquei paraulas, que fasien s’estraçar dau rire, puei, lei Japonés qu’avèm rescontrat a Tokyo. De biais de dire coma « trop méchant » o encara « frit confit » tròbon son equivalent a Osaka. Es aquò que m’a seduch , per dire la veritat, una vila que manten son originalitat ».

Pleins d'humour et avec un joli sens de la dérision...tout comme les Provençaux

Puei se son rendut còmpte que mai que d’un Japonés aviá aqueu sens de la derisien que fonda tanben l’umor provençau. « Vos rementatz de Fukushima ? Li aviá amé nosautres un tipe que passava de’n pertot amé son comptaire de millisiverts ! sota lei mòbles, dins lei bocas dei conduchs… ».

Sabon se trufar de sei problèmas, lei Japonés, qu’entre crisi, proximitat garrolhairitz de la China e catastròfas naturalas, son pasmens pas pichons.
 
Fa doas setmanas que lei nòu musicians e autrei collaborators de Moussu T. se son entòrnats au sieu après una bèla virada japonesa : cinq datas sus lo pontin, a jugar son blues marselhés, e de bèleis suspressas. 

Tatou : "ils chantaient nos chansons ! j'aurais bien aimé savoir s'ils savaient ce qu'ils chantaient ?" (photo MT DR)
Tatou : "ils chantaient nos chansons ! j'aurais bien aimé savoir s'ils savaient ce qu'ils chantaient ?" (photo MT DR)
«  Li aurà agut de cinquanta a quatre cents personas segon lei concèrts » que nos ditz encara Tatou.

«  Fau dire que l’Institut Francés de Tokyo aviá fach una bèla comunicacien.  Una cauva m’a espantat : lo public, mai que d’un còp, cantava lei cançons… e me demandi ben coma avián l’idèia de ce que diguèron. Mai tant pièger ! L’ambient èra fantastic. Mai estonant per ieu encara, lei gents que venguèron au concèrt am’un camisòt estampat « Massilia Sound Système ».

L’estrambòrd mai que d’un còp siguèt d’aquelei vespradas de musica, que ditz Tatou.
 
Lo rapòrt amé la pressa siguèt encara una occasien de s’espantar. « Lei jornalistas que son venguts nos vèire an menat d’entrevistas d’una ora e pas mens » sotalinha Tatou. « E sabián a pauc près tot de nos avans meme que de nos saludar. S’èron alestits au rescòntre». De bèus professionaus, nòstrei confraires nipons. 

La caverne d'Ali Baba du disque occitan se trouve à Tokyo

De l'occitan au japonais...( photo MT DR)
De l'occitan au japonais...( photo MT DR)
Benlèu, la reson de tot aquel envam per la musica occitana, la podèm comprendre am’aquela visita que la còla de Moussu T. faguèt dins un magasin de disques.

« Eriam a Tokyo, nos an menats dins un building, e au desen nivèu, après un corredor de betum, una pòrta s’es dubèrta sus un univèrs incredible : de molons de CD de ce que diam de « musicas dau monde », amé de cantaires iranians o turcs que jamai n’avèm ausit parlar au nòstre. E, au mitan, la mai granda colleccien de disques de musica occitana que jamai aviáu vist ! Lo Massilia Sound Système, Dupain, Gacha Empega, Du Bartàs, li èron, totei comandats perqué se son chuchotejats de l’un a l’autre qu’èra una musica flama… un vertadier pantai per ieu ! » La cultura japonesa es mai a la curiositat que ce que pensam.
 
Lo grope s’es pas sentit completament dins un  autre monde durant aqueu viatge, « d’autant mens qu’eriam aculhits per d’amics de lònga, e que, autra suspressa, avèm recebut la visita de Naoko Sano, venguda per una jornada de Nagoya, monte rèsta, a Osaka, monte eriam alòr. »

Conversations en occitan à Osaka

Esto còp es lei Japonés qu’acompanhavon lo grope ciutadenc que siguèron estabosits  per la professora occitanofòna de Nagoya : totei lei conversaciens « am’aquela joina frema tota plena d’umor que conoissiam pas encara» se diguèron en occitan. Benlèu que naissèt an aqueu moment una mena de malhum favorabla a la musica occitana a vint mila quilomètres de la beguda O’Central.
 
« Segur qu’amé tot aquò jamai se siam sentits coma de toristas. E avèm agut de mau per s’ enanar. Nos èra dejà arribat aqueu sentiment quand siam anats au Bresiu fa quauqueis annadas».
 
Ara que l’avion lei an tòrnats a Marselha, dejà Moussu T. e lei Jovents sont anats jugar en Italia.

E, se, d’asard, de Japonés leis an mancats a Osaka, aquelei podràn segur assajar de leis anar escotar a la Fira de Manresa, en Catalonha, lo 8 de novèmbre venènt. Auràn d’alhors l’astre de li vèire mai que d’un grope occitan.
Avec les artistes et amis japonais, et avec le dictionnaire occitan-japonais de Naoko Sano ..."il nous a bien servi, et on a jamais eu le sentiment d'être es touristes" (photo MT DR)
Avec les artistes et amis japonais, et avec le dictionnaire occitan-japonais de Naoko Sano ..."il nous a bien servi, et on a jamais eu le sentiment d'être es touristes" (photo MT DR)

Samedi 19 Octobre 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.