Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Rompedura

La nouvelle Assemblée Nationale verra entrer les députés RN comme jamais. Une rapide analyse sortie des urnes nous dit partiellement pourquoi : ils sont élus là où les ruraux n'en peuvent mais, là où ont socialement fui les déclassés des villes. Ce que montre ce scrutin c'est que la fracture sociale est aussi territoriale.

Amb la nòva Assemblada Nacionala, es ti que faudrà li vèire lo senhau d’un reviscolament de la gaucha, fòrça (tròp?) diversa, o la confirmacion que l’extrema drecha planta cavilha definitivament dins lo paisatge politic  ? O fins finala aqueleis eleccions aurián fa mòstra que lo desesper sociau assaja de trobar un solucion politica ?















            partager partager

Quid de Mayotte ?


A la rentrée notre mensuel vous proposera une enquête fouillée sur la société du plus récent des départements français, dont la reconnaissance de la langue formait part de la loi Molac.



Quid de Mayotte ?

Que saviez vous de la politique de promotion du créole à la Réunion ? Et question subsidiaire, que savez vous vraiment de l’Ile de Mayotte, des tensions historiques et culturelles qui travaillent ce département français, dont seuls de rares échos parviennent en Métropole ?

 

Une des grandes satisfactions de notre journal reste de pouvoir vous en dire plus sur des des situations et des enjeux qui échappent à beaucoup.


Une série d'articles sur la société méconnue de l'océan indien

Joaquim Blasco, après La Réunion, nous dévoilera la société méconnue de Mayotte (photo XDR)
Joaquim Blasco, après La Réunion, nous dévoilera la société méconnue de Mayotte (photo XDR)

Pour cela nous comptons sur des contributeurs qui ont la tête sur les épaules et la passion de transmettre, voire d’engager au débat sur des bases saines.

 

Vous plébiscitez les relectures historiques de Felip Martel, le savoir de Florence Faure-Brac sur les plantes de notre pharmacopée végétale, et à l’Université Occitane de Nimes, Matieu Peitavin, lors de ses ateliers – très ludiques – d’occitan, proposait de discuter à partir des entretiens menés par Didier Mir…

 

Des contributeurs investis, sûrs de leur expérience, de leur savoir, mais curieux de découvrir et heureux de partager, c’est la trace qu’ils laissent dans votre mémoire de lecteurs. Merci pour eux.

 

Je dois vous annoncer à ce propos la publication, dans notre numéro de septembre, d’une sacrée monographie questionnant la société de Mayotte, ce département tardivement intégré à la République française, dont le statut a longtemps été celui d’une colonie. Et d’aucuns pourront penser que cela n’a guère changé.


Que sait-on de cette société ? Qu’elle a fourni une grande partie de l’immigration souriante à Marseille, d’excellents rappeurs, et une victime emblématique de l’extrême droite, en la personne du jeune Ibrahim Ali, tué à quinze ans par des colleurs d’affiches du FN.

 

Mais ceux qui restent là-bas, que vivent-ils, quels sont les courants culturels qui traversent leur archipel, les barrières religieuses ou sociétales qui nous échappent, et la place des langues autochtones, qu’à peine la Loi Molac vient de commencer à reconnaitre ?

 

Joaquim Blasco a vécu là-bas, et il vient de vous expliquer de manière vivante, ces deux derniers numéros, comment le créole garde ses chances de rester langue véhiculaire à La Réunion, où il vit désormais. Et bien il nous dira aussi bien des choses sur la société éloignée des Comoriens de Mayotte, et combien fut tardive la préoccupation française à leur égard.

 

Bien entendu, cette enquête aussi fouillée que bien écrite vous sera proposée en occitan, dans nos numéro de septembre et d’octobre. Nous espérons que vous l’apprécierez.

 

Et si vous souhaitez ne surtout pas la manquer, l’abonnement c’est ici, ou bien.

 

 

 

 


Vendredi 16 Juillet 2021
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí aura soif en juin

Dison que...

Caminada de las Fiertats capitada a Rodés

Laurie Privat a suivi, en y participant, la marche des fiertés de Rodez. Elle témoigne donc de la langue occitane disant la diversité, totalement.

Photo Laurie Privat DR

Lo 21 de mai de 2022 èra marcat sus mon agenda dempuèi un brave moment. Èra lo jorn de la primièra marcha de las fiertats a Rodés, organizada per l’associacion Alertes.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.