Quarante ans après les Calandretas toujours vives

Le mouvement enseigne en occitan, avec les méthodes Freinet. Il ouvre les portes des écoles languedociennes ce samedi, et nous isolons deux établissements que vous pourriez aider à remplir leur mission.

Donnait-on cher de la peau de l'enseignement d'immersion en occitan, en 1979, quand le mouvement des Calandretas est né ?
Quarante ans après les Calandretas toujours vives






            partager partager

Quand les collégiens s'initient au journalisme en provençal


ARLES-VITROLLES. Dans les classes de quatrième et de troisième des professeurs d'occitan-langue d'oc des Bouches-du-Rhône, chaque année, de trente à quarante collégiens préparent, écrivent, puis mettent en ligne leurs articles.



Tauromachie et jeux du cirque antique, pour les collégiens d'Arles, qui descendent dans l'arène du journalisme en provençal (photo MN)
Tauromachie et jeux du cirque antique, pour les collégiens d'Arles, qui descendent dans l'arène du journalisme en provençal (photo MN)
Tout commence par une conférence de rédaction. Et si chacun(e) veut être rédacteur en chef, à l'heure de choisir son sommaire, on se rend compte que c'est une prise de tête, "faire le journaliste". 

Puis le reportage s'organise, on apprend qu'un article d'actualité se rédige avec des techniques "qui doivent inciter le lecteur à lire vraiment" explique l'animateur des cours de provençal, Michel Neumuller, qui n'est autre que le rédac chef, lui même, d'Aquò d'Aquí.  "Apprendre à écouter l'autre, décider ensemble, et proposer des points de vue différents sur un même sujet, c'est que nous essayons de proposer, avec les enseignants qui demandent cette animation", explique-t-il.

Ces animations, "Journalisme web et citoyenneté en provençal" en sont à leur cinquième édition. Deux collèges chaque année les demandent, grâce au soutien du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, qui réserve une ligne budgétaire aux projets scolaires à caractère culturel dans les collèges de ce département.

 

Premiers articles

Cette année scolaire 2015-16, ce sont les collégiens arlésiens d'Ampère, et vitrollais de Simone de Beauvoir, qui s'essaient au reportage ou au portrait, puis rédigent leurs articles en provençal, avant de les mettre en ligne sur le site web de notre journal.

Et, pour leur premier article mis en ligne, Camille, Mathilde, Faouzi, Nadir et Riad ont choisi de parler des relations entre tauromachie et mythologie. Une incursion dans le labyrinthe du Minotaure, brrrr! 

Avec ses élèves arlésiens, la professeure Nanoun Lambert, a choisi de parler de la tauromachie. Localement le sujet n'a rien d'exotique, et plus d'un collégien a déjà une approche de ce phénomène de société, qui est souvent une passion.

Visite des arènes d'Arles, des collections du Museon Arlaten et des afouga de la bouvine ponctueront les prochaines semaines de cette animation.
Au CDI du collège S de Beauvoir, il est l'heure de rédiger (photo MN)
Au CDI du collège S de Beauvoir, il est l'heure de rédiger (photo MN)

Lundi 7 Mars 2016
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

« Bono annado… »

…bèn acoumpagnado ! » C’est-à-dire avec de bons amis ?…ou plutôt qu’elle vous procure longue vie ? Nos vieilles expressions sont peut-être à double sens. Fouillons, fouillons…

« Bono annado… »
Avèn coustumo de nous souveta bèn ritualamen à la debuto de chasco annado uno « Bono annado, (bèn) granado e (bèn) acoumpagnado ! ». Quant de cop l’avèn emplegado, aquesto espressioun, subretout iéu à moun age, e d’un biais tout machinau…


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.