Quarante ans après les Calandretas toujours vives

Le mouvement enseigne en occitan, avec les méthodes Freinet. Il ouvre les portes des écoles languedociennes ce samedi, et nous isolons deux établissements que vous pourriez aider à remplir leur mission.

Donnait-on cher de la peau de l'enseignement d'immersion en occitan, en 1979, quand le mouvement des Calandretas est né ?
Quarante ans après les Calandretas toujours vives






            partager partager

Quand França 2 crosa d’Occitans d’Italia a Marselha


La télé française interviewe des Italiens, mais ne se rend pas compte de ce qui crève l'écran, ils sont Occitans.



Auriá pasmens poscut s’interessar au camisòt de Marco Comazzi, lo jornalista que l’a entrevistat a Marselha amé sa frema Alessandra* !

A França 2 lo 9 d’avost, au 20 oras, vaquí que, per presentar la capitada dau torisme de crosieras a Marselha (21 000 crosieristas lo meme jorn que desbarcan ! e un milien e mieg dins l’annada…) l’estagiari de la TV francesa aganta dos Italians que nos vènon dau Piemont. 
Quand França 2 crosa d’Occitans d’Italia a Marselha

Alessandra, tota simpatica, s’espanta davant un restaurant dau Panier, de vèire sus la carta prepausar de « Panissas », « coma au mieu en Piemont ! » que nos ditz dins un bòn francés.
 
Mai Marco, eu tanben pron galòi, nos fa vèire son camisòt negre. Lo barra la correja de son saqueti, mai laissa legir lei letras blancas que dison : « deman lo monde entier parlarà occitan ».
 
Coma es niais de pas sacher legir l’occitan, mon brave confraire ! Te faudrà aprendre, qu’as mancat lo subjèct dei bèus : « d’Occitans d’Italia venon vèire coma manjan lei Occitans de Marselha ».
 
A ieu, va fau dire, me seriáu congostat de ne’n saupre mai sus aquò. E benlèu qu’auriam agut l’astre d’entendre Alessandra e Marco nos parlar la lenga nòstra am’aqueu biais de prononciar que nos encanta totjorn.
 
Ailàs, se l’asard nos a fa veire que l’occitan se pòrta sus lo pitre coma se parla dei dos costats de la frontiera aupenca, l’inhorança televisuala nos a fach mancar d’aprefondir un subjèct que, va pensam, valiá ben aqueu de l’espandiment de la crosiera en Mediterranèa.
 
Mai benlèu qu’Alessandra e Marco, un còp que lei auretz assabentats, bravei legeires occitanofòns dei Valadas, chausiràn elei de nos jónher. Alòr ne’n parlarem mai aquí.
 
L’esperant, vos sovetam, brave parèu, de bèlei vacanças, qu’esperam que vòstra jornada marselhesa vos aurà encara reservat de polidei suspressas.
 
 
Benvenguda ! (Photo XDR)
Benvenguda ! (Photo XDR)

*pòrta lo meme nom + pichòt nom qu’una jornalista fòrça conéissuda dau jornau La Stampa, especializada en televisien, e li ressembla un pauc. Aquò s’inventa pas !

Lundi 10 Août 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

« Bono annado… »

…bèn acoumpagnado ! » C’est-à-dire avec de bons amis ?…ou plutôt qu’elle vous procure longue vie ? Nos vieilles expressions sont peut-être à double sens. Fouillons, fouillons…

« Bono annado… »
Avèn coustumo de nous souveta bèn ritualamen à la debuto de chasco annado uno « Bono annado, (bèn) granado e (bèn) acoumpagnado ! ». Quant de cop l’avèn emplegado, aquesto espressioun, subretout iéu à moun age, e d’un biais tout machinau…


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.