Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Pour la première fois un collège public provençal enseigne le catalan


AUBAGNE. Le projet a été non seulement appuyé par le Recteur d’Aix-Marseille, mais il l’a lui-même suggéré et semble vouloir développer cet apprentissage dans l’Académie. Il y a une semaine des collégiens catalans rendaient visite à leurs correspondants aubagnais.



Céline et Myriam, collégiennes aubagnaises plurilingues et bientôt catalanophones (photo MN)
Céline et Myriam, collégiennes aubagnaises plurilingues et bientôt catalanophones (photo MN)
« Bon dia, em dic Myriam, soc una alumna del col-legi del Garlaban ; tinc tretze anys ». Avec sa copine Céline, Myriam n’en est pas à la première langue apprise. A la maison on parle arabe, « et quand je vais au Maroc, j’entends aussi le berbère et l’espagnol ». Céline, elle, parle vietnamien chez elle, et, tout comme Myriam, apprend au collège Garlaban d’Aubagne l’anglais, l’espagnol…Et profite d’une initiation de catalan, comme une douzaine d’autres collégiens.
 
Le recteur de l’Académie d’Aix-Marseille, Bernard Beignier, nous l’avait dit, lors de sa conférence de presse de rentrée, début septembre : « le catalan est là-bas une langue nationale, s’il y a une opportunité de l’apprendre ici, pourquoi ne pas en profiter ?! »
 
« Le Recteur est venu, en janvier, visiter l’établissement, où notre classe bilangue anglais-espagnol était en train de rédiger des courriers aux correspondants d’Argentona » rapporte Delphine Spirito, la professeure d’espagnol. « Pourquoi ne pas vous mettre au catalan ? Je vous appuierai » a dit le recteur.
 

Une incitation du Rectorat à enseigner le catalan, si des compétences existent

Avec une heure de catalan par semaine, en tant qu’initiation, la langue de Ramon Llul démarre modestement dans l’enseignement public secondaire provençal. Mais il pourrait se développer rapidement. L'Inspection Pédagogique Régionale d'Espagnol de l'Académie d'Aix-Marseille a en effet adressé une lettre aux professeurs d'espagnol des établissements du second degré de l’Académie, à la rentrée de septembre, les engageant à enseigner le catalan, quand il y avait des compétences, et à titre d'expérimentation.
 
Début octobre, Myriam, Céline et leurs camarades recevaient leurs correspondants de l’Institut d’Argentona, un collège public de la Comarca del Maresme, au nord de Barcelona. « Chez nous bien sûr le catalan est la langue d’enseignement, » souligne Gemma Gimeno, la professeure de français, «  et si l’anglais est la première langue étrangère enseignée, il est possible d’apprendre le français en première langue, ce que font environ 130 élèves ».
 
En mars prochain, les collégiens aubagnais iront à leur tour à Argentona. D’ici là, l’apprentissage du catalan aura peut-être fait des émules dans les collèges provençaux.
A Marseille et Aubagne les collégiens d'Argentona et d'Aubagne avaient beaucoup à se dire, en français ou en catalan (photo MN)
A Marseille et Aubagne les collégiens d'Argentona et d'Aubagne avaient beaucoup à se dire, en français ou en catalan (photo MN)

Lundi 10 Octobre 2016
Michel Neumuller





1.Posté par P. Recotillet le 11/10/2016 19:44
Quels que soient les liens qui nous unissent à nos cousins catalans, je trouve particulièrement dommage qu'un collège qui n'a pas l'air d'enseigner le provençal, offre un enseignement de catalan.
A l'heure où l'état vient de donner un coup mortel à l'enseignement de l'occitan dans les collèges, je ne vois pas comment nous autres provençaux pouvons nous réjouir de cette situation.
Je suis à peu près certain qu'il ne viendrait à l'idée de personne d'installer un cours de languedocien dans un collège de Perpignan n'enseignant pas le catalan.
Siam-ti ara pron mòrt per tot laissar passar sens ren dire ?

2.Posté par Lluís Mas - Argentona le 12/10/2016 10:16
absolutament d'acord P. Recotillet.

3.Posté par Demaria Michèle le 12/10/2016 19:12
J'approuve totalement. Mais pourquoi supprimer de l'Occitan en même temps ? Au collège Campra d'Aix le cours de Provençal des 6e vient d'être supprimé...

4.Posté par Lions Edmond le 13/10/2016 17:14
Oui pour le catalan mais le provençal d'abord. Déjà qu'on ne lui trouve que peu de place !
Cdt
Edmond

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.