Aquò d'Aqui


            partager partager

Pour la première fois l’examen catalan d’entrée en fac rédigé en occitan


L'occitan aranais pour entrer en fac, une première.



Pour la première fois l’examen catalan d’entrée en fac rédigé en occitan
« C’est mon droit et je m’exprime mieux en aranais ! ». Lourdes Bruna, una Occitane Aranaise de 17 ans, dotée d’un baccalauréat français, tente sa chance à l’université de sciences en Catalogne.
 
Et pour l’examen de sélection qui est de rigueur là-bas, elle a répondu aux questions en aranais, une variété dialectale du gascon, donc de l’occitan.
 
C’est une première. La loi catalane l’y autorise en principe, mais l’occitan parlé par environ 7000 personnes dans la Val d’Aran, dans les Pyrénées, ne l’est pas forcément par les membres du jury universitaire…d’où un léger malaise dans le corps enseignant.
 
Toutefois Carlos Barrera, le sindic d’Aran, c’est-à-dire en quelque sorte le président du Conseil Général, a proposé deux linguistes pour aider les membres du jury à traduire au mieux l’aranais de la jeune fille.
 
Le Conselh General d’Aran avait demandé dès le mois de mars que les épreuves de sélection puissent être rédigées en aranais par les candidats qui le souhaitaient.
 
Depuis 2014 le Parlement de Catalogne a adopté une loi qui pose l’occitan, dans sa variété aranaise, comme langue officielle sur tout le territoire de la Catalogne. En principe un citoyen s’adressant à l’administration en aranais, doit se voir répondre dans sa langue. Le premier octobre 2017, lors du référendum catalan pour l’Indépendance, l’ensemble des bulletins de vote étaient rédigés en occitan, à côté du catalan.

Mardi 12 Juin 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.