Aquò d'Aqui


            partager partager

Plantevin fait pétiller l’envie de Provence


Avec Tron de disque ! Jean-Bernard Plantevin entreprend de réveiller la conscience provençale sur des airs de fête.



Plantevin fait pétiller l’envie de Provence
Le dernier disque de Plantevin a en fait été enregistré l’été 2012. Reconnaissable entre tous, l’artiste, qui reste dans le Vaucluse, soigne tous ses arrangements, n’hésite pas à utiliser des cœurs, ni à mêler instruments électriques et traditionnels pour donner à ces chansons cet air de fête qui n’excluent pas les choses dites carrément.
 
Ainsi de cet appel à ne pas se laisser faire, sur le plan social en particulier, « boulego te cambarado ». Ou ce rappel, dans L’ami Petugno que les flatulences font partie de la vie…
 
Les coureurs de monde, les arpenteurs de planète qui sont légion dans l’occitanisme n’apprécieront pas forcément son appel à rester tanqué dans la terre du pays avec I a qu’aqui que siam bèn. Mais on verra que Plantevin, loin de vouloir arrêter le train du monde, aimerait tout simplement arrêter le temps, afin de garder les siens aussi longtemps que possible.
 
Nul doute que pour ce chanteur, l’important reste de rester soi-même, dans sa culture, dans un monde qui ne bouge pas forcément à notre avantage. Il le dit en utilisant des musiques pétillantes.
 
Si les paroles, qui valent le détour, ne figurent pas sur le disque, ils sont disponibles sur le site de l’association de Jean-Bernard Plantevin, Tron de disque ! Et ils le sont à la fois en graphie classique et en graphie mistralienne.

Vendredi 24 Mai 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.