Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Planeta a sosta


Nous vivons à crédit...notre survie, c'est à dire celle de l'unique planète à notre disposition.



Ben segur que nòstreis economias vivon dejà a sosta . Mai nòstra planeta tanben, l’esplechan, se pòu dire, a sosta, segon l’ONG Global Footprint  (Piada Globala).
Planeta a sosta

...Mais nos objectifs écologiques sont aussi à crédit. Or, un "tiens" vaut mieux que deux "tu l'auras"

Per aquela associacien mondiala, que se ditz « Laboratòri Internacionau d’Idèas », lo 8 d’avost siguèt lo jorn dau despassament. La planeta a consomat tota sei ressorsas per l’an 2016, e tre ara, vivèm a sosta. Era lo 23 de decembre en 1970, e chasque an avançan de tres jorns. Es que l’ esplecha de la Tèrra crèisse totjorn que mai.
 
Premier responsable e premier critèri, l’emissien de CO2. Per fabricar son energia, l’Umanitat consoma sei ressorsas naturalas, mai que d’un còp fossilas, per produrre de gas d’efèct de serra. A bòudre  !
 
Per se consolar, benlèu que podèm se dire que, per la França, aquela emprenta s’aleuja despuei 2006 : totjorn que mai de « biocapacity » - de possibilitats naturalas, e totjorn que mens d’emprenta ecologica.
 
Mai es un degot d’aiga dins la mar planetària.
 
La creissènça demografica es pas per ren dins lei marrits resultats ecologics que nos fa conéisser Global Footprint. Totjorn que mai de monde, es una situacien que fariá obligacien de totjorn que mai esplechar… Levat que la consomacien de vianda fai una gròssa partida d’aquela esplecha. Avèm adonc de marge.

Demieg lei ponchs positius que nos ditz l’ONG, li a quand mume l’objectiu internacionau de la Conferéncia sus lo Climat de París en 2015. Am’un « mens dos dau cent » de rescaufament, sembla positiu.
 
Mai, va fau dire, se vivèm a sosta, am’aquela mena de decisien, avèm pereu d’objectius a sosta…


 

Lundi 8 Août 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.