Aquò d'Aqui

Lo Consèu Constitucionau enebis l’ensenhament immersiu d’une lenga regionala dins l’ensenhament public

Votée à une large majorité de députés le 8 avril, la loi Molac était contestée par des députés macronistes, appuyés concrètement par le ministère de l’Enseignement, JM Blanquer. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la disposition majeure de la loi, et est allé jusqu’à nier le droit de parler sa langue dans un établissement public.

 

“Que modifican d’urgencia la Constitucion !” Es amb’aquela crida que Paul Molac, inspirator, redactor et defensor de la lèi qu’ara a son nom, a reagit a l’anoncia de l’avis dau Consèu Constitucionau, tombat aqueu matin dau 21 de mai.

Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)

















            partager partager

Pèire Brechet (IEO) : "Fau premier un interlocutor"


Si l’Institut d’Estudis Occitan saura attendre la fin de la période électorale pour aborder la question de la ratification de la charte européenne des langues les moins parlées, il demande la nomination d’un interlocuteur gouvernemental au plus tôt. Le président de l’IEO Pèire Brechet a répondu à nos questions en marge de l’AG de qui s’est tenue à Nice les 12-13 mai.



Pèire Brechet (foto MN)
Pèire Brechet (foto MN)
Après la réussite de la manifestation de Toulouse quelles sont les perspectives pour le mouvement occitan ?
 
La chausida de Tolosa, valent a dire aquela d'una manifestacion unitària, dona d’ensenhaments. La crida èra rasonabla e comprensibla socialament : avèm vist que li aviá pas que de militants encartats. Es un fenomen de societat que sembla legitime a mai que d’un, e la pressa n’en parlèt per aquela rason. Aquel ensenhament es important, nos ditz que fau contunhar, sensa que se pòsque dire ara sota quina forma.
 
Avec le changement politique en France, quelles demandes imagine de faire l’IEO et que peut-il espérer ?
Siam puslèu a analisar qu’a dire çò que farem. La rason n’es que lei temps actuaus son de temps de transicion. Per n’en dire mai faudrà esperar leis escasenças dau calendier politic e la mesa en plaça d’una politica governamentala. Dins aquesta, nòstra reivendicacion tòca a l’estatut de la lenga, ambé la sinhatura de la Carta europenca dei lengas minoritàrias ; mai sabètz que per aquò faudrà una revision de la Constitucion, e aquò's pas encar ganhat. Ramentem qu'una revendicacion practica es de nos donar lèu un interlocutor. Aquesta mesura còsta pas d’argent, es una mesura organisacionala. Lei defensors dei lengas tenon a aquela demanda transversala : evitar de promenar dau ministèri de la Cultura a aqueu de l’Interior, o de la Joinessa e deis Espòrts, e mai mai, estent que la lenga pertòca l’ensems de la vida publica. Aviam fins ara degun en quau podiam parlar de totei leis aspèctes d’aquela question transversala dei lengas regionalas. Basta, nos fau una persona encargada d’aquela mission, que o sègue e ambe cu posquem trabalhar. Aquò se podriá far lèu. E tot çò que podriá s’enseguir sus la mesa en plaça, fuguesson de mesuras liadas a un cambiament constitucionau, passaràn segur per aquela capacitat de mediacion eficàcia.

La coordination avec les défenseurs d'autres langues en France et en Europe sera renforcée

On sait que cette modification constitutionnelle est incontournable pour que la France ratifie la Charte Européenne des Langues les moins parlées. Quelles échéances l’IEO donnerait-il au nouveau pouvoir pour engager cette modification ?
 
Siam pas lei mèstres dau calendier politic, e sabèm que lo govèrn prendrà en còmpte la question dei lengas regionalas de França a l’occasion d’autrei questions. E se, coma o podèm esperar, i a una modificacion pron rapida de la Constitucion per çò que tòca ai lengas regionalas, serà per la rason que lo poder aurà besonh de convocar lèu un Congrès per d’autrei mesuras tecnicas. Serà alòr lo moment de li rementar que fau comptar ambé nautres. Comprendrem que lo govèrn vòugue reglar un ensems de problèmaticas e que recampe lo Congrès segon sei possibilitats. Mai nautres deurem tenir nòstra plaça parier. Quicharem, butarem, coma representants dei lengas de França, e mai dintre leis autrei coordicacions que representan lei lengas de França, qu’avem totei una amira unitària.
 
Se dirige-t-on vers une coordination permanente des Langues de France qui ferait un lobbying commun ?
 
Dins sei formas lei mai ancianas, la coordinacion entre lengas de França remonta a bèn vint ans. La mai recenta es EBLUL França, lo comitat francés dau Burèu Europenc per lei Lengas lei mens espendidas. Dona de resultats, es amb aqueu qu’avem poscut accusar França davant lo Burèu Economique e Sociau dei Nacions Unidas, a Genèva vaquí quatre ans. La question se pausa de lònga estent que lei convencions internacionalas son alucadas regularament per un comitat de velha. E se publica puei un rapòrt que totei pòdon consultar. Lei discriminacions que sofrisson lei lengas en França es ara demostrat. De deputats an représ l’argumentàri, coma o avèm vists l’an passat au moment que se discutèron a l’Assemblada de projèctes de lèi. I prenèm tota nòstra part en coordinacion justament ambé lei representants deis autrei lengas de França.
 
Enfin, pour les elections legislatives de juin, que fera l’IEO ?
 
Serà present segur mai pas solet. Una letra nacionala es adesara en preparacion a l'adreiça dei candidats, e l’IEO s’en farà au nòstre lo messagier.
L'IEO laissera passer le scrutin législatif mais demande d'ores et déjà au gouvernement de nommer un interlocuteur pour la politique des langues de France (photo MN)
L'IEO laissera passer le scrutin législatif mais demande d'ores et déjà au gouvernement de nommer un interlocuteur pour la politique des langues de France (photo MN)

Samedi 19 Mai 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de juin
Dison que...

Le Conseil Constitutionnel contre Toute la Loi Molac ?

Le Conseil Constitutionnel n'examine que l'article visé par la saisine, officiellement. Mais en sommes nous vraiment certains ?

Michel Neumuller

Le 22 mai au plus tard les membres du Conseil Constitutionnel auront rendu un avis sur la constitutionnalité du texte de loi, voté à une très large majorité le 8 avril au Parlement, concernant les Langues Régionales.

 

Que peut-on attendre des soi-disant “sages”. Sans doute rien de bon. Mais…




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.