Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Parler occitan, l'avenir


Rodin Kaufmann sort ces jours-ci son nouvel album, Pantais clus, fruit d'un long travail. Et sinon, que fait-il ? Il retourne à l'école ; de là il échange et nous parle des identités.



En ce moment entre autres choses j’interviewe des enfants. On parle du temps, des souvenirs et des souhaits. Aujourd’hui j’étais à l’école primaire Mandela de Béziers. En face de moi il y avait Birgul et Oumaima, qui sont en CE1, et elles apprennent le français et l’occitan en même temps.
Rodin Kaufmann (photo MN)
Rodin Kaufmann (photo MN)

L'intégration ici se fait par l'occitan

Après m’avoir raconté leurs rêves et leurs souvenirs en occitan, en faisant de gros efforts, je leur ai demandé:
 
- Birgul, coma se ditz mercés en turc? - en turc?! - ben òc! - teşekkür
- e Oumaima sabes dire mercés en arabi? - non, mai sabi dire bonjorn: salam! - ah bon, ben se ditz shokran alòrs teşekkür, e shokran.
Et on était content d’avoir tous fait un pas vers l’autre.
 
Dans cette école, « l’intégration » se fait par l’occitan. J’ai demandé les « autres » langues parlées par les enfants: arabe, arménien, gitan espagnol, gitan catalan, turc... et ils sont tous super contents d’apprendre et de parler occitan en plus du français.
 
Alors j’ai repensé au « repli identitaire » dont on nous rabâche les oreilles dès qu’on essaye un peu d’exister. Et je sais que je vais bientôt écrire un post là dessus, et sur la poussière, cette fameuse poussière qui nous recouvre, nous et nos cultures, et dont Paris imagine qu’on se débarrasse pour lui être plus agréable.
 
La vraie poussière c’est de penser que la culture et la langue de l’autre, qu’il soit proche ou lointain, sont inférieures aux miennes, et qu’il devrait logiquement faire un effort (de dépoussiérage, d’intégration ou de modernité) pour accéder à ma reconnaissance. En France ce système de pensée s’appelle le jacobinisme, il est présent dans toutes les strates de la société, invisible et peu nommé. C’est le cancer de ce pays.
 
Persister dans cette voie est un échec.
 
Parler occitan avec des petites gitanes, des marocains ou des turcs, ça c’est ce que moi j’appelle l’avenir.


Mercredi 10 Février 2021
Rodin Kaufmann




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.