Aquò d'Aqui


            partager partager

Paraulas en òc e ritmes brasilians a la Ciutat de la Musica


MARSEILLE. Nòva Tròba, à l’issue de quatre jours de résidence, a dévoilé un répertoire rythmé et chaloupé pour servir la poésie de Robert Laffont, et un public qui avait des fourmis dans les jambes.



Rodrigo Samico et Miquèu Montanaro, au sein d'un groupe qui prend plaisir à jouer ensemble, à l'issue de quatre jours de Résidence (photo MN)
Rodrigo Samico et Miquèu Montanaro, au sein d'un groupe qui prend plaisir à jouer ensemble, à l'issue de quatre jours de Résidence (photo MN)
Quatre jorns de trima acarnada en residéncia a la Ciutat de la Musica de Marselha bastèron per prepausar l’espectacle de tria de Nòva Tròba.
 
La guitara a set còrdas de Rodrigo Samico, au son clar e grèu, li es per quauqua ren. Lei ritmes dau Pernamboc, mé lei forró (una dansa leugièra de pareus ) e  frevo ben mai febrós – una dança de carnevaus, aquela – aigan lei composiciens de Gil Aniorte Paz.

Am’Ania Maltinti (Les Dames de la Joliette, En Cò de Bòta) la cantairitz, aqueu a creat fa dos ans lo grope, que cèrca lo vesinatge, e mai l’ entrecavaucament dei musicas dau Recife e dei paraulas en occitan, qu’aquélei lei pesca dins la poesia de Robèrt Lafont.
 
Vos an mes un brave charivarin per la Sant-Michèu am’ un public marselhés fòrça receptiu.

Sus lei flaütas de Miquèu Montanaro, totjorn dins lei bòns plans de musicas de fusien culturala, s’ endralhan de musicas ritmadas que sostènon de tèxtes, en generau en occitan e portugués dau Brasiu. 

Còla musicala generosa

La còla musicala siguèt generosa : « parlarem pas tant, bòrd qu’avèm fòrça musicas a faire entendre ! » avisava Gil Aniorte (Barrio Chino). E de cordurar tota una tièra de musicas a-de-rèng, en generau ritmadas, qu’ameritarián pasmens de n’en dire un pauc mai sus lei chausidas d’aquélei creators.
 
Levat d’aquélei que son ja aquí citats, li èron Nicòla Marinoni ai percussiens, e François Escojido a l’acordeon. Qu’an ben ajudat lo public a davalar lei bancaus per venir dançar davant lei musicaires.

Ecrit en provençal maritime avec les suggestions lexicales de Reinat Toscano

Dimanche 2 Octobre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.