Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Musica en patz


Avec l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée on peut souhaiter que le violon remplacera un jour le canon, autour de la mer commune. Aujourd’hui, c’est hélas ce dernier qui égrène ses notes de mort, couvrant toute autre musique.



Se la musica adocís lei mors, degun espèra que lo siblament dei missilas sus Gaza pòsque tranquilisar lei victimas, avans que de lei tuar per centenas.

Le violon plutôt que le canon, on en rêve

Bilal Alnemr au Conservatoire d'Aix en 2012. Premier violon de l'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée en 2014 (photo MN)
Bilal Alnemr au Conservatoire d'Aix en 2012. Premier violon de l'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée en 2014 (photo MN)
Pasmens li a d’optimistas per pensar que la musica pòu jugar un ròtle per la patz. Mai que d’un se rementarà benlèu de Kurt Masur, director d’orquèstra celebrissime, que manifestava a Berlin en 1989, per empachar la poliça de nafrar aquelei que volián la libertat.
 
Daniel Baremboïm a menat mai que d’un projèct per afavorisar lo rescòntre de musicians palestinians e israelians. S’agissiá segur de laissar de piadas dins l’esperit dei dos pòples ; se podián jugar ensems, segur que podrián viure en patz.
 
Despuei trenta ans l’Orquèstra dei Joines de la Mediterranèia pausa sei cadieras, en França e ai país forestiers, per portar la bòna paraula : aquela de Mozart o de Ravel.
 
Sota la maceta d’Alan Altinoglu, an clavat lo Festivau d’Art Liric d’Ais, lo 24 de julhet passat, amé lei meravilhós quatre cants ultims de Richard Strauss, qu’a cantat Léa Trommenschlager, una Alsaciana qu’a agut passat, ela tanben, pèr aquela orquèstra. Aquela siguèt creada vaquí trenta ans, per acampar lei joines talents venguts de país que sei governaments se parlavan pas, levat per la votz dau canon.
 
D’aquelei trenta nacionalitats, de A coma Albanés a T coma Turc, lo conductor d’orquèstra a, puei, demandat a chascun de se levar per que lo public pique dei mans. A l’aplaudimètre, lo public sestian a donat un egau nivèu a la contrabassista palestiniana Eleni Mustaklem e a la violonista israéliana Avital Mazor, entre d’autres. E tot parier per lo premier violon, lo Sirian Bilal Alnemr.
 
Mai aqueu, despuei tres ans, es Sestian . Aqueu violonista dau bèl avenir siguèt destraucat per lo Conservatòri d’Ais, e trach de son país just avans la guerra que i estramaça tota la societat.
 
Tot aquela bèla escomessa farà pas taisar lei fusius, segur. Mai, an’aquelei que rèstan encara dins de societats en crisi, mai pas en guèrra, pòdon encara picar dei mans per dire son desir de patz.
 
Es de se demandar se, de jugar d’un costat e de l’autra de la muralha entre Israël e Gaza avans lo chaple que chascun pòu constatar, aquelei joines aurián pas poscut jugar un ròtle per abaucar aquelei vesins que s’ aborrisson .

Jeudi 31 Juillet 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.