Aquò d'Aqui


            partager partager

Mobilisation pour la signalétique occitane en Pyrénées Atlantique


LESCAR. L’association Òc pertot s’est manifestée à l’entrée de l’autoroute A64 ce 29 juin, en réclamant la présence de l’occitan sur la signalétique routière des Pyrénées Atlantiques. Qu’en espère son animateur, David Grosclaude ?



David Grosclaude : "les élus basques assurent la dignité de l'occitan, alors que nous devons la réclamer des élus occitans eux-mêmes" (photo MN)
David Grosclaude : "les élus basques assurent la dignité de l'occitan, alors que nous devons la réclamer des élus occitans eux-mêmes" (photo MN)
A qui s’adressait cette action publique en Béarn ?
Au public avant tout, pour sensibiliser à l’absence de notre langue occitane dans la signalétique routière. Dans un Département qui, voici 18 ans, a affiché sa volonté de rendre bilingue les panneaux, qu’il ne se soit rien passé depuis est extraordinaire !  La couleur politique du Conseil Départemental a changé deux fois sans que cela n’évolue favorablement : il est passé à gauche, puis est revenu  à droite, mais ce qui ne change pas, c’est l’absence de l’occitan. Ceci dit les gens ont droit de voir afficher la langue du pays, nous demandons un traitement digne pour notre langue.

La signalétique est en basque, pourquoi pas en occitan, dans ce Département aux deux langues minoritaires ?
La bonne question ! Dans la moitié du Département en effet le basque figure sur les panneaux. Pas l’occitan dans l’autre moitié. C’est une rupture dans le principe d’égalité territoriale, et le Conseil Départemental doit y remédier au plus tôt. La raison est simple : les élus basques sont plus courageux ! Ils sont en avance sur la politique linguistique.
 
Le maire de Pau, François Bayrou, est notoirement bienveillant envers l’occitan. Rien dans sa ville ?
Cette réputation est usurpée, c’est une fiction ; monsieur Bayrou a fait traduire quelques grandes directions extérieures en occitan sur quelques panneaux. Cela s’arrête là. La volonté de M. Bayrou envers l'affichage de l'occitan, c’est une légende.

L'occitan òc, mais s'il est invisible

Les Pyrénées Atlantiques ont une politique d’aide aux Calandretas, financent la création en occitan. Alors pourquoi ce silence en signalétique ?
Je crois que dès que la politique en faveur de l’occitan se traduit par le visible, le public, la honte reprend le dessus. Aussi nous vivons cette politique linguistique contradictoire comme ambigue. Il faut maintenant dépasser cette ambigüité et affirmer l’occitan sur nos panneaux routiers, tout comme est affirmé l’ euskara . Notez que la Communauté d’Agglomération Pays Basque, qui inclut Bayonne, n’a pas cette timidité envers l’occitan. Là la signalétique est occitane depuis trois ans. Et l’Office Public de la Langue Basque reconnait l’occitan dans les communes où se pratique le gascon.

Prochaine étape de mobilisation ?
Òc pertot est là pour sensibiliser le public, et pour réclamer aux pouvoirs publics. Son rôle est bien déterminé, et apolitique. Mon opinion personnelle c’est que la prochaine étape ne peut-être que politique. A partir du moment où des élus locaux clairement occitanistes siègeront, la timidité vis-à-vis de l’occitan reculera sur le terrain.
Sortie d'autoroute le 29 juin à Lescar (64) (photo Oc pertot DR)
Sortie d'autoroute le 29 juin à Lescar (64) (photo Oc pertot DR)

Mardi 2 Juillet 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.