On est toujours le sud de quelque part

Région Sud, c'est le nouveau nom de la Provence. Mieux que l'horrible Paca, mais signe du mal à l'aise des élites politiques avec notre identité, toujours mise de côté.

Nous nous sommes assez élevés ici contre cet horrible acronyme sensé résumer notre condition de Provençal, Alpin et Cotedazuréen (!)…Paca ! Que les « Pacaliens » fassent un pas en avant…Personne, bon.
 
Nous ne pleurerions pas la défunte Paca, mais de toute façon elle a encore de beaux jours devant elle, hélas.






            partager partager

Michel Bianco : celui qui chante la voix qui manque

Un entretien avec le fondateur du Corrou de Berra


Grand semeur de désir de polyphonies, Michel Bianco aimerait voir durer le Corrou de Berra, qu'il a créé voici trente ans. S'il a annulé ses concerts juste après le carnage de Nice, il espère beaucoup de l'envie de chanter ensemble, en Europe.



Michel Bianco : "Le chant polyvocal était présent dans la tradition. Il ne demandait qu'à se répandre. On l'a aidé" (photo MN)
Michel Bianco : "Le chant polyvocal était présent dans la tradition. Il ne demandait qu'à se répandre. On l'a aidé" (photo MN)
Michel Bianco, le chant polyphonique, en occitan, serait une création récente, et Miqueu Montanaro, voici peu, en présentant le programme des Joutes Musicales de Correns où s’est produit le Corrou de Berra, a pu dire que vous étiez à l’origine de sa popularisation chez nous. Qu’en est-il ?
 
Le chant polyphonique, que je préfère appeler chant polyvocal, en fait a toujours existé chez nous. Il s’est mieux conservé qu’ailleurs dans les montagnes, disons du « grand sud ». Nous n’avons fait que réinventer la tradition. 
 
Mon père disait : « celui qui chante le mieux c’est celui qui fait la voix qui manque ». Il voulait dire que, toujours, un des chanteurs ressent ce qui manque à une bonne harmonie vocale, et comble ce manque. Lui, qui venait du Piémont, faisait partie de cette génération qui chantait facilement, dès qu’une occasion se présentait. La télé n’avait pas encore tout nivelé.
 
Bien entendu, c’est aux Jeux Olympiques d’Hiver d’Albertville, en 1992, que les Corses d’I Muvrini ont fait connaitre cette nouvelle polyphonie. Mais j’avais toujours entendu, moi, chanter à plusieurs voix, dans les fêtes où chantait mon père. Je suis originaire d’Antibes, et dans les bars que fréquentaient les horticulteurs, j’entendais chanter ainsi.

"Notre tradition a atteint l'universel"

Le Corrou de Berra à Correns en mai 2016. Trente ans après, et de nombreux projets créatifs derrière lui, se pose la question de son avenir (photo MN)
Le Corrou de Berra à Correns en mai 2016. Trente ans après, et de nombreux projets créatifs derrière lui, se pose la question de son avenir (photo MN)
Cette pratique en tout cas a fait florès.
 
Trente ans après, moi je recense, mis à part les très connus, comme Lo Còr de la Plana ou La Mal Coiffée, et quelques autres qui ont une notoriété, une bonne centaine de groupes composés de gens qui chantent bien en polyvocalité, avec une démarche artistique. Chanter la tradition, certes, ça fait plaisir, mais amener quelque chose de nouveau, un souffle nouveau, permet de faire exploser cette vocalité. Et de la faire vivre et évoluer au plan européen. Oui, c’est cela, c’est un souffle nouveau ! Ainsi la polyvocalité ne fait pas partie de la tradition anglaise, et là-bas elle se répand tout de même. Notre tradition a atteint l’universel. Et depuis quelques années, ce sont ainsi de vrais ovnis artistiques qui décollent.


Après trente ans de pratique vocale, le Corrou de Berra a-t-il encore des projets à mener ?
 
Avec le Corrou de Bèrra, on a essayé beaucoup de choses : chanter avec un orchestre symphonique, des jazzmen de pointure mondiale. Nous montons un spectacle de marionnettes avec Serge Dotti à Nice. Mais mon projet véritable c’est que, à 61 ans, je puisse m’assurer que le Corrou de Berra continue après moi. Former des gens, les encourager à prendre ma place. Je le vis bien. Je suis professionnel depuis 1977. On en a fait, quand même, des trucs !
 

"En nous excluant des aides régionales et locales, les pouvoirs publics nous ont poussé à la notoriété internationale"

A l'église de Correns le 15 mai dernier (photo MN)
A l'église de Correns le 15 mai dernier (photo MN)
Vous êtes connu pour vos projets artistiques par le public, mais moins des organismes subventionneurs. Vous ne leur coutez pas cher. A quoi ce traitement est-il dû ?
 
Sur ce plan je suis très amer. En même temps, je positive. Notre chance, au fond, fut d’être rejetés par tout ce qui est pouvoirs publics. La Région, les élus niçois…Tiens ! L’un d’eux que je ne nommerai pas, aujourd’hui au FN, nous a bien aidés en nous excluant de tout concert public. Il ne voulait pas nous entendre chanter Bella Ciao. On peut dire qu’il nous a coulés chez nous. Aussi nous avons, pour exister, été chanter en Suisse, en Allemagne, en Belgique, en Angleterre…Et nous avons ainsi acquis une dimension européenne. Nos dossiers ont longtemps été retoqués systématiquement à la Région Paca. Eh ! bien on a appris à se débrouiller sans. Quand nous n’avions pas l’argent de nos projets, nous en parlions à qui devaient les mener avec nous. Le batteur André Ceccarelli, mondialement connu, acceptait alors d’enregistrer avec nous en nous disant : « vous me paierez quand vous aurez de l’argent ».
 
L’adversité nous a maintenus dans une dynamique artistique. Beaucoup d’artistes ont travaillé avec nous, alors que nos demandes d’aides publiques nous valaient des courriers commençant par : « malgré tout l’intérêt de votre projet ; etc. » Et ce projet, une fois concrétisé, était « Choc du mois du Monde de la musique », « Quatre étoiles Télérama »…Moins les pouvoirs publics voulaient nous financer, mieux nous étions reconnus pour la valeur du projet qu’ils avaient refusé d’aider.

 

Une version plus longue de cet entretien - réalisé en mai 2016 - sera proposée aux abonnés du mensuel Aquò d'Aquí, à paraître en septembre. Michel Bianco y évoquera l'évolution du chant polyphonique à travers sa propre pratique dans différents groupes, et y parlera du rapport musique trad/musique de création.

Lundi 25 Juillet 2016
Michel Neumuller





1.Posté par Jacques Bonnadier le 27/07/2016 19:28
Bravo, Miquèu! Je suis, même de loin, ton travail remarquable. Je salue ton talent - comme je le faisais au temps de Bachas-Mont-Joia - et le combat opiniâtre que tu mènes avec ton groupe au service du chant polyvocal si beau et si émouvant de ton haut pays.
Avec amitié. Jacques Bonnadier (Marseille),
78 balais, mais toujours attentif aux expressions diverses de la voix humaine...

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Abonnez vous à Aquò d'Aquí avant d'avoir soif !

Dison que...

1851 : defendre la Republica en provençau

L’historien Renat Merle nous rappelle que la résistance au coup d’Etat du 2 décembre 1851, fut le fait de ruraux qui parlaient occitan. Les meilleurs défenseurs de la République française. Avis aux Républicains amnésiques de 2017.

1851 : defendre la Republica en provençau
A la fin de l’an 1848, un aventurier politic, Louis Napoléon Bonaparte, es estat elegit president de la Republica, amb lo prestigi de son nom e l’adesion de l’immense monde rurau, que portava seis esperanças de dignitat e de progrès.

Mais dins lei fachs, lo President bailejava la Republica dau partit de l’Òrdre, valent a dire la Republica conservatriça, aquela dei Gròs.
 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.