Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo premier cònsol de La Sanha per "Que vivon nòstrei lengas"


LA SEYNE. Le maire de cette ville de 65 000 habitants touchant Toulon a signé la pétition "Pour que vivent nos langues" et a appelé à manifester à Paris ce samedi.



Marc Vuillemot est le troisième à partir de la gauche, avec les membres varois du collectif "Pour que vivent nos langues". Samedi ils manifestent à Paris contre la réforme des lycées (photo XDR)
Marc Vuillemot est le troisième à partir de la gauche, avec les membres varois du collectif "Pour que vivent nos langues". Samedi ils manifestent à Paris contre la réforme des lycées (photo XDR)
Marc Vuillemot, premier cònsol de La Sanha de Mar, despuei 2008, es un afogat de la lenga, que per eu que la parla es un liame entre generaciens e entre Sanhencs de toteis originas.

"La peticien per "Que vivent nos langues" l'ai signada tre la debuta" qu'a fa saupre avans que de comunicar a la pressa au sieu, dins la setmana, amé lei sòcis d'aqueu collectiu. 

Rementam qu'aqueu disabte a Paris se recampan lei aparaires de totei lei lengas minorizadas de França sota lei finestras dau ministèri de l'Ensenhament, que demandan la ...reforma de la reforma dei licèus.

Jeudi 28 Novembre 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.