Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo prèmi Ostana maugrat la covid 19


OSTANA. Le prix littéraire consacré aux langues maternelles sera bien organisé les 5 et 6 juin en Italie...Mais sur la toile.



Lo prèmi Ostana maugrat la covid 19

Dos jorns de live en linha sus lo site "premioostana", am’entrevistas, conferèncias, e totei que portaràn pèire amé seis òbras literarias, musicalas e artisticas. Aquesta annada lo partatge de l’interés serà numeric, conectat e multimedia, amb’aquò la convivència se debanarà a travers lo malhum sociau”.

 

Ansin lo prèmi anuau deis òbras en lengas mairalas Ostana, que bailèja la Chambra d’Òc, dins lei Valadas occitanas d’Italia, se farà maugrat l’empacha de la covid 19, que siguèt tant tarribla encò de nòstrei vesins.

 

Lo prèmi aviá crebat l’uòu en 2008, e èra l’oportunitat d’escambis entre autors de lengas minoritàrias dau monde.

 

Fau se rementar qu’entre lei premiats de 2018 li aviá agut l’autor nimesenc Matieu Peitavin.

 

Per la còla que baila lo prèmi Ostana (tanben es lo nom dau vilatge aupenc onte se debanan a l’acostumada lei rescòntres), “leis enjuecs que, dramaticament, siguèron mes en evidència par la pandemia de covid 19 siguèron sempre en mitan dei reflexions d’aquelei que s’ocupan de defendre la riquesa linguistica dins lo monde”.

 

Amé 7000 lengas parlada, entr’elei 40% en dangier de mòrt, segur, es d’actualitat de ne’n parlar.

 

Adonc, dos jorns, entre lei 5 e 6 de junh seràn consacrats en linha ai debats e autreis entrevistas d’autors sus aquelei tèmaticas.

 


Jeudi 4 Juin 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.