Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo poder dau mòt sus la musica amé Luca Antignani


MARSEILLE. Le compositeur italien vient de créer à Marseille une pièce vibrante inspirée par l’œuvre de Dino Campana, un poète maudit dont la sonorité des mots inspire le musicien.



Lo poder dau mòt sus la musica amé Luca Antignani
« Iiiin-ten-diii », lo bariton, seguit per lei vòtz de fremas fa plaça a un cort silenci, avans que lei cantaires reprenan, estirant la premièra sillaba e picant la segonda : « Sooor-gen-tiiii » alòr que lo clavecin pontua e que lo violon estira…
 
Luca Antignani, a pena quaranta ans, format a Roma e Milan, qu’ensenha l’orquestracien a Lion e la musica contemporanèa a Lausana, èra convidat per le Festivau Mars en Baroque a crear sa pèça, Comanda de Musicatreize, Il canto della tenebra, per l’ultima vesprada d’aquela bèla manifestacien que vèn de se debanar tot lo mes.
 
« Ai causit un texte de Dino Campana, per doás rasons au mens » qu’èra convidat a n’en parlar au public de la sala de Musicatreize, l’ensèms qu’a jugat, per lo premier còup, son òbra sota la direccien de Roland Hayrabedian, amé lo concors dau clavecinista Jean-Marc Aymes.
 
« Una rason semantica, perqu’ai concebut aquela pèça coma un fluvi, que s’estira despuei sei sorgents , e que se ditz justament « Sorgenti ». Puei una rason sonòra, bòrd qu’amé Campana ai trobat de paraulas que sa sonoritat veïcula ja la sinhificacien dau mot. Quand entendi « sorgenti », o « intendi », lo son suggerisse lo sens. Me sembla aquí que lo tèxte pòu èstre entendut ren que par sa musica ».
 
Dino Campana (1885-1932) èra un engèni malurós de la poesia italiana, qu’aurà passat la màger part de sa vida en espitau psiquiatric o en vagacien en Euròpa.
 
Antignani, qu’es un afogat de la musica de Carlo Gesualdo, pensa que ja lo mèstre italian dei madrigaus dau siècle XVI obeïssiá ai mumes ressòrts.
 
Justament es am’un ensèms de cants dau seisen libre de madrigaus de Gesualdo qu’aviá començat la serada. 

Dimanche 2 Avril 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.