Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Les troubadours contre les Inquisitions contemporaines ?

Les Novas del Papagai nous parlent au lycée, depuis le XIIè siècle, des valeurs humanistes


AIX-VITROLLES. Les lycéens de Vitrolles et Aix ont créé un film à partir de personnages de jeu vidéo, et de l’œuvre d’un troubadour qui mettait l’amour au-dessus de la bondieuserie. A l’heure du blasphème puni de mort, un travail pédagogique qui enclenche le débat entre jeunes.



Arnaut de Carcassès peut-il dire quelque chose d’important, à huit siècles de distance, sur les suites du massacre de Charlie Hebdo ?
 
« Ses « Nòvas dei papagai » posent l’amour comme plus important que le serment, le mariage » souligne Didier Maurell, professeur d’occitan-langue d’oc au lycée Cézanne d’Aix et Monet de Vitrolles. « Dans cette œuvre, un perroquet qui vient en ambassadeur de son maître près une dame courtisée, effectue une parodie de l’Annonciation. A l’époque c’était un blasphème, et pas un petit ! C’est ce qui m’a intéressé ».
 
Voici l’enseignant parti dans un projet de film à forme de jeu vidéo. Un machinima, pour lequel il trouvera l’assistance d’une spécialiste, Isabelle Arvers. Pierre Béziers, homme de théâtre qui a déjà mis en scène des textes troubadouresques, apportera aussi son concours.
 
« Le fait de renouveler les travaux d’élèves en leur proposant de nouveaux médias, était propre à les passionner. Et nous avons compté là-dessus pour travailler avec eux sur une question majeure de la société : la liberté de penser et de créer » explique Anne Wix, la documentaliste du lycée aixois Cézanne.

Une suite...

Didier Maurell avait été interpellé par l’attentat meurtrier contre l’équipe de Charlie Hebdo : « l’évènement majeur en France de ma génération, je crois » dit-il. Or certains de ses lycéens, quand tous en ont parlé, estimaient qu’après tout, c’était une punition somme toute normale, pour un blasphème.
 
« Cela m’a fait réfléchir. Ma réponse à ces élèves, je l’ai trouvée dans l’œuvre de nos troubadours. Ils contournent les normes religieuses et posent les valeurs de la chevalerie au-dessus des dogmes religieux ». Ces discussions ponctueront le projet de film d’animation au long cours, et permettront de mettre en avant les valeurs du vivre-ensemble, de la liberté de conscience et de créer.
 
Aujourd’hui la vidéo est en ligne. Après ce projet, soutenu par la Région Provence Alpes Côte d'Azur, Didier Maurell, lui, pense déjà à la suite. « Un autre Arnaut, Arnaut Guilhem de Marsan, a écrit sur les problèmes posés par l’éducation, deux cents ans avant Gargantua ! Nous allons poursuivre un peu avec ce Papagai, pour en parler… »

Voir ici le film des lycéens d'Aix et Vitrolles
A partir de personnages de jeux vidéo et avec l'aide d'Isabelle Arvers, les lycéens vont créer leur film sur la tolérance (photo MN)
A partir de personnages de jeux vidéo et avec l'aide d'Isabelle Arvers, les lycéens vont créer leur film sur la tolérance (photo MN)

Lundi 20 Juin 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.