Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Les traditions de Noël à l’école en toute bonne laïcité


Le nouveau spectacle de l’Aeloc, Le murmure du pastre, aborde les aspects festifs et symboliques de nos traditions, sans goupillon ni eau bénite. « C’est une tradition du partage », souligne Rémy Salamon, qui a écrit la pièce.



Le Murmure du pastre (photo RS DR)
Le Murmure du pastre (photo RS DR)
Parler des traditions calendales en Provence relève du gymkhana christiano-laïque. Comment parler de la crèche, de la pastorale, du blé de Sainte-Barbe ou des treize desserts en évitant le bûcher républicain ? Et comment faire accepter dans l'espace public ces traditions d’un christianisme populaire depuis longtemps  entrées dans le champ culturel ? Ajoutons une difficulté : comment en parler à l’école laïque ?

Diantre ! Nous ne sommes pas sortis de l'auberge, qui d'ailleurs, comme on sait, affiche "complet", à Bethléem. 
 
Pour Rémy Salamon, qui peaufine actuellement un spectacle présenté dans les classes par l’Association pour l’Enseignement de la Langue d’Oc et le groupe Lo Terralhet, la question bien sûr est posée. Mais quoi de plus sympathique que la tradition régionale, pour faire entendre combien il est agréable d’apprendre la langue qui véhicule cette tradition ?
 
« L'approche de Noël est une bonne occasion pour entreprendre des activités sur la langue et la culture régionales. On apprend un chant, on fabrique des santons, on prépare le "gibassier" nous dit-il. « Mais depuis quelques années beaucoup n'osent plus, afin de ne pas froisser les susceptibilités et de ne pas se départir de la ligne laïque de l'école républicaine. »
 
« Avec « Le murmure du pastre », le pari c’est de parler de toutes ces traditions qui font de Noël une fête du partage, sans jamais entrer dans le religieux » explique l’enseignant retraité, qui se voue à l’animation éducative.

Conteur et, avec d’autres, concepteur des Cantejadas, Rémy Salamon estime que « Le Murmure du pastre », conçu et joué par des pédagogues, s’adaptera à toutes les classes, depuis la maternelle jusqu’au collège…

Dans cette pièce à forme de conte, les auteurs donnent la parole aux santons. A peine sortis de leur boîte, les voici - enfin - dotés de cordes vocales.

Mais la fenêtre sera étroite pour commander une séance du "Murmure..." : du 25 novembre jusqu’à l’orée des vacances scolaires, le 16 décembre.
 
Histoire que, dans les familles, une fois les cartables posés, les écoliers parlent de relancer la bonne tradition intergénérationnelle du Cacho-fiò

Samedi 5 Novembre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.