Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Les profs d'occitan en grève ce mardi


A Avignon, Marseille et ailleurs en Provence comme à Nice, les enseignants d'occitan-langue d'oc participent à la grève de protestation contre la réforme des lycées. Celle-ci, en balayant les possibilités de bénéficier de nombreuses matières, a réalisé l'unité d'action entre enseignants qui souvent s'ignoraient.



La Felco recommande aux enseignants de manifester ensemble (photo XDR)
La Felco recommande aux enseignants de manifester ensemble (photo XDR)
L’occitan retentira dans les cortèges et les rassemblements prévus lors de la journée de grève des enseignants, ce mardi 5 février. En Provence les professeurs du secondaire d’occitan-langue d’oc se donnent rendez-vous dès dix heures du matin devant la gare SNCF d’Avignon. Mais certains manifesteront avec leurs autres collègues à Marseille. A Nice dès 10h30 ils ont rejoint le cortège place Garibaldi.
 
« L’occitan c’est pas une variable d’ajustement », affichera la Fédération pour l’Enseignement de la Langue et de la Culture d’Oc (Felco), qui fait entendre un autre slogan, plus moral : « La réforme des lycées tue l’occitan – Non ! ».
 
« Nous étions pour une fois très nombreux à Montpellier, samedi » raconte une enseignante provençale. La Felco réunissait les enseignants d’occitan, et de Bordeaux à Nice, ils sont venus.
 
A Avignon, voici quinze jours, les Provençaux – 18 sur les 25 professeurs certifiés de l’Académie d’Aix-Marseille, une première ! – s’étaient déjà réunis. Certes rien de concret n’était sorti de cette rencontre inédite entre les mistraliens et les tenants de la graphie classique, qui habituellement, mis à part quelque- uns,  s’ignoraient volontairement. « Quelque chose d’énorme arrive, alors brusquement tous se parlent » poursuit notre interlocutrice.

Pressions efficaces quand elles sont convergentes

Lycée de l'Arc, Orange (84). l'affirmation de Mistral s'efface avec les cours de langue dans l'enseignement public comme privé (photo MN)
Lycée de l'Arc, Orange (84). l'affirmation de Mistral s'efface avec les cours de langue dans l'enseignement public comme privé (photo MN)
C’est que, voici encore deux semaines, la moitié des cours de provençal étaient promis au rebut dans cette Académie. Le recteur Bernard Beignier, jamais à court d’éloges respectueux de la langue occitane lors des conseils académiques, subitement déclarait sur l’antenne publique France Bleu, le 24 janvier, que le provençal ne s’entendant pas sur les marchés, la question de l’utilité de son enseignement se posait.
 
Alors que l’épreuve écrite pour l’agrégation d’occitan-langue d’oc (deux postes cette année) venait d’être organisée à Aix-en-Provence, l’enseignement de la matière était promis à la disparition.
 
En une semaine, alors que la pression est restée modeste, déjà les menaces de suppression de cours s’estompent . Nous pourrions citer, dans la panoplie de ces actions, notre article de mercredi dernier et ses trois milles visiteurs, immédiatement relancés par de nombreux partages sur les réseaux sociaux, les tentatives de Michel Feltin-Palas  -L’Express - pour questionner certains proviseurs particulièrement abrasifs pour les cours d’oc que propose leurs établissement, et les interventions syndicales, en particulier du Snes auprès du Rectorat.

Une lettre de protestation de l'Aeloc (adhérente de la Felco) au Recteur d'Académie, une campagne de messages aux autorités d'Etat de la part de l'Institut d'Estudis Occitans complètent ce rapide éventail des protestations convergentes.

Le Rectorat a annulé plusieurs suppressions de cours d'oc

A Marseille, le lycée Thiers garderait ainsi ses trois heures de cours hebdomadaire. Idem pour le lycée St-Charles dans la même ville, et pour le lycée Cézanne d’Aix-en-Provence, comme pour le lycée Pasquet d’Arles et celui de Montmajour. Idem à Martigues et à Orange comme à Vitrolles et Istres.
 
Néanmoins  le lycée Victor Hugo de Carpentras perdrait toujours ses six heures hebdomadaires de cours de provençal, tout comme le lycée de Bollène (84) et le lycée Montgrand de Marseille, ainsi que le lycée Victor Hugo dans la même ville.
 
L’enseignement privé sauverait aussi, mais très provisoirement, ses heures de cours, dans les rares établissements qui proposent un enseignement d’occitan : Notre-Dame de Sion à Marseille, où tout de même 9h hebdomadaires sont dispensées, et le lycée Pila de Carpentras. Mais il ne s’agit que d’un sursis, la retraite de l’enseignant, dans deux ans, mettant théoriquement fin à cet enseignement.
 
A ce stade, et avec une mobilisation pourtant encore embryonnaire, la moitié des cours de provençal promis à la disparition seraient maintenus. Un encouragement à la mobilisation. Or, celle-ci dépend entièrement de l’unité très récente des enseignants.
 
Car, dans ce grand récurage pédagogique qu’est la réforme Blanquer, éloignant les enseignements optionnels de leur public, les rendant donc moins qu’optionnels, le fait marquant pour la matière occitan-langue d’oc, reste jusqu’à présent que leurs enseignants ont pu, sous la pression extérieure, dépasser des clivages, qui étaient à vrai dire obsolètes depuis bien longtemps.
 


Mardi 5 Février 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.