Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Les Temps Passats de Joan-Ives Roier


Lors de la publication des Temps passats, Alain Barthélemy avait signé cette critique dans le mensuel Aquò d'Aquí (n° 194) en avril 2005. "Un événement poétique de première importance" appréciait-il alors.



Les Temps Passats de Joan-Ives Roier
Segur que fau èstre poèta pèr aujar de parlar d’un tau libre. Mi li assajarai pas. Mai en esperant aqueu que n’aurà lo drech e l’alen, fau bèn faire leis assachers e cargar au mens lo ròle dau tambor de vila, afin que, per tot’aquelei qu’an jurat fidelitat a nòstra lenga, rèste pas esconduda l’òbra majora que fa intrar reialament la poesié provençala dins lo siècle novèu. 
 
Passat son eleganta e discrèta covèrta blanca, descubriran lei cent cinquante un sonets que composon lo recuelh, totei corsetats dins la rigor d’acier de la forma la pus impecablament classica.
 
La revirada francesa es distanta, neglija de donar lei claus de mai d’un detalh capitau, e sèmbla cercar mai de far grelhar lo desir dau tèste verai que de l’esclairar pèr lo parlaire encar novici.
 
Mai ges de complasènci pèr lo trobar clus monte s’amagon tant de superficialitats contemporanas. Jan-Ives Roier afronta la clartat la pus cruda e la lumiera sènsa pietat d’un lengagi trasparènt d’un meme vam que se mesura a totei lei cruòutats de la vida e de la mòrt.
 
Lei vint precios poèmas deis Obras en Rimas que nos avié donat un quart de siècle avans son estats empassats dins aquela soma qu’a per fiu lache lo debanar d’una vida de l’enfança a l’intrada de l’agi vièlh. 

La souffrance n'a rien de romantique

Lo tèmps qu’a passat es fach d’intensitat e d’insinhifiança, e l’escritura pòrge lo rebat de l’una coma de l’autra, la poesié la pus ponhenta crenhent pas de vesinar m’un prosaïsme afrontur.
 
La sofrança ensin pren jamai la postura de l’estralha-brasa  romantique, mai s’exiba dins tota sa laida impudor, tala lo còr despeitrinat que s’enva barrolhar, ridicula bestiòla sènsa govèrn que fenisse estraçada e gisclanta dins la molineta dau charcutier.
 
L’audaci tranquile dau ton recula ni davant la cruditat dau vocabulari, ni davant lo calembor d’armanac. Ni mai davant l’erotisme tumultuos que canta leis estrenchas virilas voadas a l’orror publica deis amors defendudas e de lònga entrambladas.
 
Bonurs e plesirs, brèus istants luminos, son que d’ulhauç dins una color monte dòuminon desencantament, angoissa e desesperança.  
 
 Lo patronagi de Belaud discretament revendicat dins l’inversien dei Passatens e pus clarament dins leis Obras en Rimas dedicadas a sa memòri fa ecò ais ufanos Passatemps de Michèu Miniussi dins la sensualitat e la subversien deis interdits convenables.
 
Un biais renaissentista, a l’imitacien d’aquelei qu’auçavon mai la libertat e lo vam de l’antica Grèça a la faci deis inquisitors, que d’anar poar sa verdor au siècle deis Arquins par dessus lei prudèncis e lei conformismes qu’an puei giblat dins lei benitiers papalins e lei banquets de sota-prefetura la bèla vòlha dau joine Frederic.  

Joan-Ives Roier. Les Temps Passats. 18€ - Ediciens Jorn. 38, rue de la Dysse. 34 150 Montpeyroux. 04 67 96 64 79. 

Samedi 20 Février 2016
Alain Barthélemy-Vigouroux




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.