Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Les Temps Passats de Joan-Ives Roier


Lors de la publication des Temps passats, Alain Barthélemy avait signé cette critique dans le mensuel Aquò d'Aquí (n° 194) en avril 2005. "Un événement poétique de première importance" appréciait-il alors.



Les Temps Passats de Joan-Ives Roier
Segur que fau èstre poèta pèr aujar de parlar d’un tau libre. Mi li assajarai pas. Mai en esperant aqueu que n’aurà lo drech e l’alen, fau bèn faire leis assachers e cargar au mens lo ròle dau tambor de vila, afin que, per tot’aquelei qu’an jurat fidelitat a nòstra lenga, rèste pas esconduda l’òbra majora que fa intrar reialament la poesié provençala dins lo siècle novèu. 
 
Passat son eleganta e discrèta covèrta blanca, descubriran lei cent cinquante un sonets que composon lo recuelh, totei corsetats dins la rigor d’acier de la forma la pus impecablament classica.
 
La revirada francesa es distanta, neglija de donar lei claus de mai d’un detalh capitau, e sèmbla cercar mai de far grelhar lo desir dau tèste verai que de l’esclairar pèr lo parlaire encar novici.
 
Mai ges de complasènci pèr lo trobar clus monte s’amagon tant de superficialitats contemporanas. Jan-Ives Roier afronta la clartat la pus cruda e la lumiera sènsa pietat d’un lengagi trasparènt d’un meme vam que se mesura a totei lei cruòutats de la vida e de la mòrt.
 
Lei vint precios poèmas deis Obras en Rimas que nos avié donat un quart de siècle avans son estats empassats dins aquela soma qu’a per fiu lache lo debanar d’una vida de l’enfança a l’intrada de l’agi vièlh. 

La souffrance n'a rien de romantique

Lo tèmps qu’a passat es fach d’intensitat e d’insinhifiança, e l’escritura pòrge lo rebat de l’una coma de l’autra, la poesié la pus ponhenta crenhent pas de vesinar m’un prosaïsme afrontur.
 
La sofrança ensin pren jamai la postura de l’estralha-brasa  romantique, mai s’exiba dins tota sa laida impudor, tala lo còr despeitrinat que s’enva barrolhar, ridicula bestiòla sènsa govèrn que fenisse estraçada e gisclanta dins la molineta dau charcutier.
 
L’audaci tranquile dau ton recula ni davant la cruditat dau vocabulari, ni davant lo calembor d’armanac. Ni mai davant l’erotisme tumultuos que canta leis estrenchas virilas voadas a l’orror publica deis amors defendudas e de lònga entrambladas.
 
Bonurs e plesirs, brèus istants luminos, son que d’ulhauç dins una color monte dòuminon desencantament, angoissa e desesperança.  
 
 Lo patronagi de Belaud discretament revendicat dins l’inversien dei Passatens e pus clarament dins leis Obras en Rimas dedicadas a sa memòri fa ecò ais ufanos Passatemps de Michèu Miniussi dins la sensualitat e la subversien deis interdits convenables.
 
Un biais renaissentista, a l’imitacien d’aquelei qu’auçavon mai la libertat e lo vam de l’antica Grèça a la faci deis inquisitors, que d’anar poar sa verdor au siècle deis Arquins par dessus lei prudèncis e lei conformismes qu’an puei giblat dins lei benitiers papalins e lei banquets de sota-prefetura la bèla vòlha dau joine Frederic.  

Joan-Ives Roier. Les Temps Passats. 18€ - Ediciens Jorn. 38, rue de la Dysse. 34 150 Montpeyroux. 04 67 96 64 79. 

Samedi 20 Février 2016
Alain Barthélemy-Vigouroux




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.