Aquò d'Aqui


            partager partager

Lei Targas musicalas de Correns siguèron un succès


CORRENS. Les vingt-unièmes Joutes Musicales de Correns ont attiré 2600 personnes pour une trentaine de concerts de "musiques traditionnelle de création".



Nikolay Oorzhak, de la Republica Russa de la Touva. Chaman, anar de cotria amé son environament, naturau i simbolic (photo MN)
Nikolay Oorzhak, de la Republica Russa de la Touva. Chaman, anar de cotria amé son environament, naturau i simbolic (photo MN)
Aperaquí dos cents artistes, tant professionaus coma amators afogats, una trentena d’espectacles de bèla qualitat, amé de musicians venguts dei cinc partidas dau monde…Lei Targas musicalas de Correns (83) èron una bèla reussida entre 19 e 21 de mai passats.
 
2600 personas li son vengudas vèire e entendre una o mai que d’una proposicien artistica. E per Franck Tenaille, lo novèu baile artistic, aurà estat un chale de constatar que lo public èra au rendètz-vos, quasi coma l’an passat, aqueu dei vint ans, amé dos còps mai d’espectacles.

Dins l'univèrs simbolic dei pòples

Cosmogonias e musicas dau monde, èra la tòca d’aquela edicien fòrça rica. Se rementaram segur dau chaman de Touva, Nikolay Oorzhak, o de l’univèrs dei Lhubac, o encara dei pigmeus Aka, sens oblidar l’esmovent recitau de Baltazar Montanaro, Grand petit animal, quand parla de la Guerra Granda, de fa tot bèu just un sègle….
 
A l’autona, lo Chantier, l’estrutura que proposta lei Targas, tornarà a organizar de residèncias d’artistes, puslèu consacradas au cant tradicionau d’Italia, e lo public li serà convidat.
 
Ne’n parlarem segur mai

Mercredi 6 Juin 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.