Aquò d'Aqui


            partager partager

Le "Café Provençal", une initiative durable


AIX. Un moment convivial qui attire les apprenants et les met en contact avec ceux qui déjà parlent. Une vidéo est consacrée à l'initiative par le Cep d'Oc.



Mercredi 8 mai le Café Provençal d'Aix se tenait au 3C, un café "citoyen", et recevait le Cep d'Oc pour un tournage (photo MN)
Mercredi 8 mai le Café Provençal d'Aix se tenait au 3C, un café "citoyen", et recevait le Cep d'Oc pour un tournage (photo MN)
"C'était très simple, j'avais envie d'apprendre le provençal, que ma grand mère parlait mais que personne ne m'a transmis, mais je n'avais ni le temps ni l'envie d'un cours traditionnel".

Ouvert en septembre 2017, le "Café provençal d'Aix " est simplissime", résume son fondateur, Daniel Olivier, un Aixois de 31 ans, passionné par le commerce de proximité et les produits bio locaux, "il m'a suffi de créer un groupe sur Facebook, et dès la première séance, il y a eu des gens intéressés".

Alternativement organisé dans deux cafés aixois, à raison d'un tous les quinze jours, le "Café Provençal" mêle provençalophones et apprenants dans une ambiance de convivialité. 

Ce mercredi 8 mai, le Cep d'Oc s'y était invité, pour tourner une vidéo qui sera projetée aux congressistes du Forum d'Oc. L'association qui rassemble les défenseurs de la langue tient sa Convention le 18 mai à Aix, et discutera des initiatives propres à favoriser la meilleure socialisation de la langue historique de Provence.

Jeudi 9 Mai 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.