Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques


La décentralisation c'est le thème que les candidats les plus en vue de la présidentielle ont mis sous le tapis. Et pourtant, c'est là que se concentrent problèmes et frustrations.



La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques
Nous l'avons remarqué, durant la campagne pour l'élection présidentielle, la place et l'avenir des territoires, des pays, a été pratiquement absente, en tout cas dans la propagande des trois premiers candidats. Pourtant, la question du pouvoir d'achat, qu'ils ont tous abordé abondamment, dépend bel et bien de la place qu'on occupe dans le pays.

Ruralité, périphérie, régions à forte identité... les candidats les ont mis de côté

Il semble que ces candidats aient oublié comment est né le mouvement des gilets jaunes, pourtant marqueur social de ces dernières années et du mandat précédent d'Emmanuel Macron, vainqueur au final de cette élection présidentielle.

C'est la promesse d'une taxe sur les carburants, à visée écologique, qui a mis le feu aux poudres en 2018.  On le comprend, car d'une part les salaires et plus généralement les revenus sont plus modestes dans le fin fond de la Cévenne ou entre Drome Provençale et Hautes Alpes qu'au cœur de Toulouse, ou d'Aix-en-Provence, ou vivent les hauts revenus, ayant par ailleurs accès à une offre conséquente de transports collectifs. 

A Simiane la Rotonde (04) ou aux environs de Marvejols, c'est évident, les loyers sont moins élevés, mais pour travailler ou simplement vivre, vous alignez les kilomètres ! Et encore depuis, deux ans de pandémie ont décidé les hauts revenus à acheter là leur résidence secondaire, renchérissant le coût du logement pour les locaux.

Ces difficultés sociales se doublent souvent d'une identité culturelle et linguistique forte, et renforcée par le sentiment de faire partie d'une périphérie rurale déshéritée qui doit ré émerger.  

Les banlieues, comme on dit, ne manquent pas de problèmes, sociaux, économiques et justement identitaires. Néanmoins là où se concentrent les électeurs, dans les Métropoles, s'aiguisent les discours électoraux, laissant dans la marginalité démocratique un bon tiers des Français.

Ce sont ceux-là dont nous verrons si, à l'occasion des élections législatives de juin, les politiques savent parler ou non.

Jeudi 12 Mai 2022
Aquò d'Aquí


Tags : ruralité


Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí d'octobre arrive... abonnez vous vite !

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.