Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

L’occitan per apprendre lo frances se lo mestre…


GARDANNE. Passer par la case « occitan » pour favoriser l’apprentissage du français, l’idée a séduit plus d’un maître d’école. Pourtant les déceptions existent. Etait-ce farfelu ? L’investissement est il trop faible ? La question a fait débat lors de la Journée Académique de la Langue Régionale, à Gardanne, le 25 mai dernier.



Au delà des affirmations, apprendre le français à l'aide du provençal n'est pas si évident que ça.
Au delà des affirmations, apprendre le français à l'aide du provençal n'est pas si évident que ça.
S
 
 on en dobtança lei joines mèstres d’escòlas que despuei quauqueis annadas endraian l’aprendissatge dau provençau per afortir aqueu dau francés. Romieg, l’aviam rescontrat fa dos ans dins una escòla primària dau nòrd de Marselha, mentre qu’aquel afogat dau Massilia Sound System comencèt sa vida d’ensenhaire dins una escòla que veniá tot bèu just de tombar dins la banasta deis centres continus d’aprendissatge de la lenga regionala*. Mai ara se ditz deçauput.
 
« Verai que siáu a l’espèra**. Es qu’es tant verai coma aquò que d’ensenhar l’occitan ajuda au francés ? Ieu vesi degun progrès ». Sa collèga Melania èra venguda an aquel ensenhament per « una tòca pedagogica, que me seduguèt, segur », e se tròba deçaupuda pereu.
 
Aquelei dos joines que nos vènon de l’ubac diguèron son inquietud au moment de la jornada academica de la lenga regionala, que se debanèt a Gardana lo 25 de mai. Es lo moment ideau per escambiar de talei problematicas ; lei conselhiers de la Mission Academica dau meme nom pòdon entendre e respòndre, d’autrei mèstres pòdon dire son avejaire, faire passar son gaubi...

« Tous au même niveau ça libère la parole »

Roland Boyer accompagne les maîtres d'école : "ils ne sont pas assez  persuadés de bien faire, pourtant ils font bien"
Roland Boyer accompagne les maîtres d'école : "ils ne sont pas assez persuadés de bien faire, pourtant ils font bien"
Lo francés aprofiecheriá pas tant dau provençau ? Pasmens, a l’escòla mairala Elsa Triolet, de Gardana, que jonherà en setembre aqueu malhum d’escòlas, la mestressa Annick se ditz ja segura de l’interès de la lenga regionala. « Totei son au nivèu « zèro » en provençau, çò que fa que i a ges de « bòns » e pas mai de « marrits » ; e doncas ben mens de crentas per prendre la paraula. Ja avèm l’exemple d’un dròlle de tres ans, fòrça timide, que nos pren la paraula au moment de provençau, qu’aurián pas imaginat aquò dos mes avans ».
 
Per ela, segur, « lo melhor biais d’aprendre sa lenga es encara d’anar furnar alhors. E coma lo francés e l’occitan son pròches, per nòstrei escolans se pòu passar d’un a l’autre”.
 
Emmanuela Lyan, qu’ensenha despuei d’annadas a l’escòla marselhesa dau Valon de Tuves, nos balha un exemple parier. “Avèm un dròlle que pauc a cha pauc preniá la paraula davant leis autrei, au moment dei sequéncias d’occitan, mentre qu’o fasiá pas en francés ». Aquel enfant, que parla arabi au sieu, es benlèu arribat au francés per l’etapa dau provençau.
 
« Fau dire que la consciéncia fonologica es importanta per aprendre una lenga, e quand lei diferéncias son marcadas, es pus aisat per nòstreis escolans d’aver aquela consciéncia » qu’ajusta, Emmanuela. « Lo femenin e lo masculin son marcats d’un biais fonic diferent en lenga nòstra, mai qu’en francés. E es parier ambé lei adjectius que s’acòrdan. Tot aquò s’ausís perfectament en occitan ».

Systématiser l’occitan pour avoir des résultats

Une enseignante des quartiers Nord de Marseille: "Ils prennent conscience des règles d'accord en français parce qu'elles sont audibles en occitan"
Une enseignante des quartiers Nord de Marseille: "Ils prennent conscience des règles d'accord en français parce qu'elles sont audibles en occitan"
Aquò, un pichon filme de sièis minutas pas mai o fa ben veire, que foguèt virat a l’escòla Enric Damòfli dau Martegue. I vesèm coma la mestressa, Natalia, fa pitar son pichon monde dei Cors Mejans, que comprenon pas ben coma s’organiza femenin e masculin en francés. Alora passa a l’occitan : « Voliáu trabalhar subre lo vèrbe « aver », que comprenián pas ben lei diferéncias en francés. De dire « l’ai trobat » o « l’ai trobada » es segur pas parier a l’aurelha que de dire « je l’ai trouvé(e) ». La diferéncia s’ausís, e segur  se’n recòrdan».
 
Aprendre la lenga nòstra per ajudar l’aprendissatge dau francés, mai que d’un es vengut a la lenga per aquesta rason dins l’Educacion Nacionala, segur. Mai siam passats d’una generacion d’ensenhaires militants a una de professionaus integraus. Leis uns parlavan la lenga quasi cada jorn, leis autrei la parlan que dins lo quadre de l’escòla. E fa une diferéncia dei gròssas. “Lo resultat arriba ambé la sistemizacion dei practicas” nos ditz una mestressa a la fin dau talhier de discussion. “Ren pòu arribar subran, tenètz còmpte dei nivèus e fasètz sistematicament, auretz de resultats” que conselha a sei joines collègas.

Lundi 13 Juin 2011
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.