Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (14)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. quatorzième semaine.

Edité par l'Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc

L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .


















            partager partager

L’an I de la Loi qui favorise les langues régionales


La Loi Peillon précise que, dans l'enseignement, les langues régionales seront désormais "favorisées". Ne rêvons pas! elles ne seront présentes que si les usagers le réclament.



Michel Neumuller
Michel Neumuller
Bientôt, très bientôt, il sera temps de vérifier les trousses, d’assurer les cartables sus le dos,  et de rentrer en classe.
 
Cette rentrée ne sera pas tout à fait comme les autres. C’est la première qui fait obligation aux autorités des établissements scolaires d’informer les usagers de l’école de la possibilité offerte (ou en général non offerte…) de cours de langue régionale.

La Loi Refondation de l’Ecole, votée au printemps dernier, donne aussi le droit aux enseignants de recourir à la langue régionale quand ils estiment que ce recours profite pédagogiquement à leurs élèves.
 
Enfin, la Loi précise que l’enseignement des langues régionales sera désormais « favorisé ».
 
Auparavant il était toléré. Ça fait, mine de rien, une sacrée différence.
 
Mais là s’arrêtent les obligations de cette loi.
 
Elle ne changera pratiquement rien si les usagers que sont les enseignants et les parents d’élèves, ou encore les élèves eux-mêmes, ne réclament pas que l’enseignement de leur langue régionale soit organisé.
 
En revanche, quand ils s’empareront de cette possibilité, protesteront du non-respect de la Loi, ou s’organiseront pour aider au mieux l’administration scolaire à la respecter, elle produira des effets vertueux.
 
Si cette demande s’exprimait fortement, elle pourrait alors entraîner enfin un regain dans le nombre de postes ouverts au capes d’occitan.
 
Quatre postes par an, de Bordeaux à Nice, depuis dix ans, c’est tout ce qui est accordé. De quoi attiser la frustration, ou provoquer le découragement.
 
Celui-ci serait la pire des attitudes.
 
La Loi, quand enfin elle semble favoriser la langue d’oc, c’est un peu comme l’occitan lui-même.
 
Ne pas l’utiliser c’est se résoudre à le voir mourir.
 
Choisissons plutôt la vie.
 
Et bonne rentrée.

Mercredi 28 Août 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí en mai

Dison que...

La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques

La décentralisation c'est le thème que les candidats les plus en vue de la présidentielle ont mis sous le tapis. Et pourtant, c'est là que se concentrent problèmes et frustrations.

Nous l'avons remarqué, durant la campagne pour l'élection présidentielle, la place et l'avenir des territoires, des pays, a été pratiquement absente, en tout cas dans la propagande des trois premiers candidats. Pourtant, la question du pouvoir d'achat, qu'ils ont tous abordé abondamment, dépend bel et bien de la place qu'on occupe dans le pays.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.