Aquò d'Aqui








Vau mielhs èstre Parisenc...

SENANQUE. Menacée d'écroulement l'emblématique cistercienne du Vaucluse, malgré sa notoriété, ne recueille pas en un an, le trois centième de l'argent que Notre Dame de Paris a recueilli en 24 heures.

Vos ne'n rementatz ? En un jorn, fa pauc, lei grandei entrepresas an promes mai d'un miliard d'€uròs per un monument parisenc emblematic.

En Provença, fa un an que la Glèisa assaja de trobar tres cents còps mens, e lei mecenas, l'i vesem pas.

Fau èstre Parisenc.







            partager partager

L’an I de la Loi qui favorise les langues régionales


La Loi Peillon précise que, dans l'enseignement, les langues régionales seront désormais "favorisées". Ne rêvons pas! elles ne seront présentes que si les usagers le réclament.



Michel Neumuller
Michel Neumuller
Bientôt, très bientôt, il sera temps de vérifier les trousses, d’assurer les cartables sus le dos,  et de rentrer en classe.
 
Cette rentrée ne sera pas tout à fait comme les autres. C’est la première qui fait obligation aux autorités des établissements scolaires d’informer les usagers de l’école de la possibilité offerte (ou en général non offerte…) de cours de langue régionale.

La Loi Refondation de l’Ecole, votée au printemps dernier, donne aussi le droit aux enseignants de recourir à la langue régionale quand ils estiment que ce recours profite pédagogiquement à leurs élèves.
 
Enfin, la Loi précise que l’enseignement des langues régionales sera désormais « favorisé ».
 
Auparavant il était toléré. Ça fait, mine de rien, une sacrée différence.
 
Mais là s’arrêtent les obligations de cette loi.
 
Elle ne changera pratiquement rien si les usagers que sont les enseignants et les parents d’élèves, ou encore les élèves eux-mêmes, ne réclament pas que l’enseignement de leur langue régionale soit organisé.
 
En revanche, quand ils s’empareront de cette possibilité, protesteront du non-respect de la Loi, ou s’organiseront pour aider au mieux l’administration scolaire à la respecter, elle produira des effets vertueux.
 
Si cette demande s’exprimait fortement, elle pourrait alors entraîner enfin un regain dans le nombre de postes ouverts au capes d’occitan.
 
Quatre postes par an, de Bordeaux à Nice, depuis dix ans, c’est tout ce qui est accordé. De quoi attiser la frustration, ou provoquer le découragement.
 
Celui-ci serait la pire des attitudes.
 
La Loi, quand enfin elle semble favoriser la langue d’oc, c’est un peu comme l’occitan lui-même.
 
Ne pas l’utiliser c’est se résoudre à le voir mourir.
 
Choisissons plutôt la vie.
 
Et bonne rentrée.

Mercredi 28 Août 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Votre nouvel Aquò d'Aqui d'été
Dison que...

Ce que peut la volonté

Au cœur des Pyrénées, ce dimanche, et pour la 32 ème fois Catalans et Occitans ont renouvelé les gestes de fraternité, qui se rient des frontières politiques.

Au fond, et selon les critères habituels des Etats contemporains et du monde global, rien ne prédispose Occitans et Catalans à rechercher sans relâche l’occasion d’affirmer une fraternité qui ne va pas tant de soi.

Ce que peut la volonté


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.