Glaudi Bressand nous a quitté

Il était habitué des stages d'occitan estivaux, durant lesquels il pratiquait son activité de prédilection : l'écoute des autres.

Glaudi Bressand  nous a quitté
Glaudi Bressand s’est simplement affaissé lors d’une cueillette en montagne le 30 juillet dernier, et ne s’est plus relevé. Il avait 72 ans. 






            partager partager

L’an I de la Loi qui favorise les langues régionales


La Loi Peillon précise que, dans l'enseignement, les langues régionales seront désormais "favorisées". Ne rêvons pas! elles ne seront présentes que si les usagers le réclament.



Michel Neumuller
Michel Neumuller
Bientôt, très bientôt, il sera temps de vérifier les trousses, d’assurer les cartables sus le dos,  et de rentrer en classe.
 
Cette rentrée ne sera pas tout à fait comme les autres. C’est la première qui fait obligation aux autorités des établissements scolaires d’informer les usagers de l’école de la possibilité offerte (ou en général non offerte…) de cours de langue régionale.

La Loi Refondation de l’Ecole, votée au printemps dernier, donne aussi le droit aux enseignants de recourir à la langue régionale quand ils estiment que ce recours profite pédagogiquement à leurs élèves.
 
Enfin, la Loi précise que l’enseignement des langues régionales sera désormais « favorisé ».
 
Auparavant il était toléré. Ça fait, mine de rien, une sacrée différence.
 
Mais là s’arrêtent les obligations de cette loi.
 
Elle ne changera pratiquement rien si les usagers que sont les enseignants et les parents d’élèves, ou encore les élèves eux-mêmes, ne réclament pas que l’enseignement de leur langue régionale soit organisé.
 
En revanche, quand ils s’empareront de cette possibilité, protesteront du non-respect de la Loi, ou s’organiseront pour aider au mieux l’administration scolaire à la respecter, elle produira des effets vertueux.
 
Si cette demande s’exprimait fortement, elle pourrait alors entraîner enfin un regain dans le nombre de postes ouverts au capes d’occitan.
 
Quatre postes par an, de Bordeaux à Nice, depuis dix ans, c’est tout ce qui est accordé. De quoi attiser la frustration, ou provoquer le découragement.
 
Celui-ci serait la pire des attitudes.
 
La Loi, quand enfin elle semble favoriser la langue d’oc, c’est un peu comme l’occitan lui-même.
 
Ne pas l’utiliser c’est se résoudre à le voir mourir.
 
Choisissons plutôt la vie.
 
Et bonne rentrée.

Mercredi 28 Août 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dans l'Aquò d'Aquí de rentrée : la montagne de l'économie de proximité
Dison que...

Quand lei French Lovers èron occitans

Evoquons deux acteurs occitans qui ont marqué le cinéma américain.

Sieu un cinefile d’avans leis anadas 2000, ai mai vist fa gaire a la telé «  Parìs brula ti »  ? (1966) de René Clément pèr lo cinquième còp. Lei stars dei doas ribas de l’Atlantica li son en abonde, aquò pòrta tòrt a l’intensitat dramatica dau filme, mai lo publique revés seis idòlas emé plesir. 
Quand lei French Lovers èron occitans


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.