Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

L’an I de la Loi qui favorise les langues régionales


La Loi Peillon précise que, dans l'enseignement, les langues régionales seront désormais "favorisées". Ne rêvons pas! elles ne seront présentes que si les usagers le réclament.



Michel Neumuller
Michel Neumuller
Bientôt, très bientôt, il sera temps de vérifier les trousses, d’assurer les cartables sus le dos,  et de rentrer en classe.
 
Cette rentrée ne sera pas tout à fait comme les autres. C’est la première qui fait obligation aux autorités des établissements scolaires d’informer les usagers de l’école de la possibilité offerte (ou en général non offerte…) de cours de langue régionale.

La Loi Refondation de l’Ecole, votée au printemps dernier, donne aussi le droit aux enseignants de recourir à la langue régionale quand ils estiment que ce recours profite pédagogiquement à leurs élèves.
 
Enfin, la Loi précise que l’enseignement des langues régionales sera désormais « favorisé ».
 
Auparavant il était toléré. Ça fait, mine de rien, une sacrée différence.
 
Mais là s’arrêtent les obligations de cette loi.
 
Elle ne changera pratiquement rien si les usagers que sont les enseignants et les parents d’élèves, ou encore les élèves eux-mêmes, ne réclament pas que l’enseignement de leur langue régionale soit organisé.
 
En revanche, quand ils s’empareront de cette possibilité, protesteront du non-respect de la Loi, ou s’organiseront pour aider au mieux l’administration scolaire à la respecter, elle produira des effets vertueux.
 
Si cette demande s’exprimait fortement, elle pourrait alors entraîner enfin un regain dans le nombre de postes ouverts au capes d’occitan.
 
Quatre postes par an, de Bordeaux à Nice, depuis dix ans, c’est tout ce qui est accordé. De quoi attiser la frustration, ou provoquer le découragement.
 
Celui-ci serait la pire des attitudes.
 
La Loi, quand enfin elle semble favoriser la langue d’oc, c’est un peu comme l’occitan lui-même.
 
Ne pas l’utiliser c’est se résoudre à le voir mourir.
 
Choisissons plutôt la vie.
 
Et bonne rentrée.

Mercredi 28 Août 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.