Soutenez Aquò d'Aquí

Durer! Pour vous assurer cette information d'actualité dans notre langue malmenée, garder solide le fil qui nous relie à la génération montante, que nous ne voulons pas acculturée. C'est le sens de nos appels au soutien, chers lecteurs.


Nous ne sommes pas optimistes.

Vous le voyez, nous vivons dans un monde de plus en plus univoque. Une seule parole politique, une seule solution, une seule voie...Les alternatives en politique se racornissent. La pensée unique est ultralibérale et franco-française.

Quelle place pour nos langues régionales dans ce retrécissement de la pensée, du futur?


 
Soutenez Aquò d'Aquí






            partager partager

L’Atlas linguistique de Provence enfin abouti


Les trois premiers tomes de cet état territorial des dialectes ont été publiés voici trente ans. Le quatrième et ultime fait l’objet d’une souscription. Il soulève de passionnantes questions : que parlait-on et où ? Mais il met aussi en valeur le travail qui reste à mener sur l’occitan d’aujourd’hui…et sur l’envie d’occitan. Entretien avec le dialectologue Jean-Claude Bouvier, cheville ouvrière de l’Atlas.



Si la langue telle que transmise en famille dans un milieu déterminé s'est largement perdue, le souhait de la parler, lui, a grandi.Reste une enquête sociolinguistique à mener pour le vérifier (photo MN)
Si la langue telle que transmise en famille dans un milieu déterminé s'est largement perdue, le souhait de la parler, lui, a grandi.Reste une enquête sociolinguistique à mener pour le vérifier (photo MN)
L’Association Les Alpes de Lumière publient avant l’été le quatrième tome du monumental Atlas linguistique de Provence. Trente ans après les trois premiers. Pourquoi ce hiatus ?
Cet ouvrage s’inscrit dans une lignée de recherche. Les trois premiers tomes ont été publiés par le CNRS entre 1975 et 1986. Ce type d’édition n’étant plus réalisé par le CNRS, ce sont les Alpes de Lumière qui assument la fin de ce travail de longue haleine. Alexandre Dumas a publié «  20 ans après »…et bien nous ce sera « Trente ans après »… Nous attendons une aide de la Région pour financer cet ultime tome, mais ce sont d'abord nos souscripteurs qui le permettront.
 
Il s’agit d’un Atlas du Provençal, pourtant il ne s’intéresse pas à celui-ci, du moment qu’il est parlé dans le Gard.
L’aire du provençal va au-delà du Rhône, bien sûr. Cependant si nous nous sommes intéressés à tout ce qui se parle à l’Est du fleuve, la raison en est que la constitution de ces atlas, en France, s’est basée sur nos régions historiques. Le provençal rhodanien de Nîmes figure donc dans l’Atlas du Languedoc…En revanche le notre s'intéresse aux parlers d'oc de notre région Provence Alpes Côte d'Azur.
 
En quoi avez-vous augmenté ce travail ancien ?
La plus grande partie de ce travail de collecte était réalisé dès les années 1980, mais certaines enquêtes devaient être complétées, en particulier dans les Hautes-Alpes et les Alpes Maritimes, ou encore dans le Trievas, en Drôme.

Nous avons, avec Claude Martel (Ingénieur du CNRS, et présidente des Alpes de Lumière, NDLR), rencontré des difficultés pour ce travail d’information tardif. En vérité nous avons désormais beaucoup de mal à trouver des gens qui aient une connaissance du parler de l’endroit. On ne trouve pratiquement plus d’informateurs.

Les soi-disant frontières dialectales sont très relatives

L'ouvrage co dirigé par Jean-Claude Bouvier réserve quelques surprises, en particulier sur les soi-disant frontières dialectales entre provençal et alpin (photo MN)
L'ouvrage co dirigé par Jean-Claude Bouvier réserve quelques surprises, en particulier sur les soi-disant frontières dialectales entre provençal et alpin (photo MN)
Nous sommes au XXIè siècle, et les gens bougent, changent de ville, échangent. La langue qu’ils parlent dans l’aire de votre enquête est-elle vraiment celle du lieu ?
Nous collectons bien sûr auprès de locuteurs autochtones, et nous cherchons à écarter de ce champ de recherche les locuteurs nouveaux. La présence de ces derniers nous donnerait une information précieuse, non sur le dialecte du lieu, mais sur l’envie de parler la langue. Seulement, là, il s’agirait d’une autre enquête, sociolinguistique celle-là, qui reste à réaliser sur les mêmes espaces.
 
Cet Atlas confirme-t-il les frontières entre variétés dialectales telles que la plupart des  cartes linguistiques nous les proposent ?
Comme dialectologue, je suis critique sur la notion de frontière dialectale. C’est très relatif. On peut bien définir une variété alpine, certes, mais en même temps, on s’aperçoit que des marqueurs tels que le « c » final (ex. fuec) est remarqué dans un espace plus restreint que prévu, probablement parce que les parlers méridionaux ont, à une époque, influencé les parlers plus nordiques. Nous faisons la même observation à propos de l’aire de l’ostau et de celle de la maison, ou de la présence du « ch » plutôt que du « » (ex. cabra – chabra). A priori on penserait que le mont Ventoux constitue un passage des uns aux autres. En réalité la situation est bien plus complexe.
 
Qui a mené en pratique ce travail de collecte ?
Pour les premiers tomes nous étions aidés par nombre d’étudiants, qui avaient alors effectué ces enquêtes de terrains, passionnantes, pour leurs mémoires de maîtrise, de master si vous préférez. Et puis il y avait des collaborateurs vaillants. J’espère ne pas en oublier si je vous cite Alain Fournier dans les Alpes-Maritimes, Henri Paul Bremondi et Jean-Luc Domenge dans le Var, ou Paul Pons dans les Hautes-Alpes. La plus grande partie de ce travail, cependant, est le fait de Claude Martel.
 
Qui pourra intéresser un tel ouvrage ?
Avec des données datées, l’Atlas doit faire connaitre les variétés de la langue d’oc. C’est un corpus qui doit être mis à disposition  des gens qui s’intéressent à l’occitan. Les toponymistes, par exemple, en auront l'usage.

Moins de locuteurs, mais plus d'envie d'apprendre et de parler

Il s'agissait de l'enquête de la dernière chance pour clore un travail entamé en 1975, et pour lequel on ne trouverait quasiment plus d'informateur demain (photo MN)
Il s'agissait de l'enquête de la dernière chance pour clore un travail entamé en 1975, et pour lequel on ne trouverait quasiment plus d'informateur demain (photo MN)
Dans un contexte où la langue est désormais plus apprise à l’école qu’en famille, les apprenants pourraient-ils y trouver un intérêt ?
Mais oui ! La situation change. De plus jeunes se mettent à apprendre la langue. Ce modèle pourra leur servir, s’ils veulent bien s’appuyer dessus. Vous avez raison de dire que la réalité d’aujourd’hui c’est l’échange, le mélange des variétés. Je n’ai pas de leçon à donner sur ce que doit être la langue d’oc telle qu’elle sera parlée demain. En tout cas le travail que nous avons réalisé pourra les aider, mais ne pourra plus être mené. On ne trouvera plus de locuteurs naturels ayant appris sur place la langue telle qu’elle y était parlée.
 
Un atlas de l’occitan pratiqué en Provence au XXIè siècle ressemblerait-il peu ou prou à celui  que vous finissez de dresser ?
Le provençal, le niçois ou l’alpin parlés de nos jours c’est le champ d’un autre type d’enquête. Et, oui, j’estime qu’une grande enquête sociolinguistique vaudrait la peine d’être réalisée : qui sont les locuteurs ? Sont-ils des héritiers ? Dans quel cadre pratiquent-ils la langue ? Leur pratique dépend-elle d’un contexte ? Que signifie pour eux communiquer en occitan aujourd’hui ? Sont-ils locuteurs actifs ? Se contentent-ils de comprendre ? Ecrivent-ils ?
 
Ce souci de savoir où l’on en est traverse toute l’histoire du régionalisme occitan. Mais ce type d’enquête fait peur à ce milieu militant. Il craint qu’elle ne mette en évidence la rareté des locuteurs.
Une enquête scientifique montrerait probablement que les locuteurs sont une minorité, j’en suis certain. Mais la même enquête fera valoir que l’appétit de langue d’oc, lui, est important. Bien des gens ne peuvent plus parler la langue, mais celle-ci garde pour eux une importance énorme. C’est une sorte de drapeau sonore ! On s’y reconnaît. Ceux qui ne la parlent pas veulent néanmoins l’entendre. Le succès non démenti de la musique dite occitane, ou du théâtre en provençal semblent nous l’indiquer. Aussi je ne partage pas la crainte que certains peuvent avoir d’une telle enquête. Le seul problème qu’elle puisse mettre en évidence vraiment, c’est le manque d’intérêt que les organismes financeurs traditionnels montrent pour l’étude ou la sauvegarde du patrimoine immatériel aujourd’hui. J’aimerais que les Régions, les Départements et, pourquoi pas, les Parcs Naturels Régionaux, sachent mieux s’y intéresser.

Mis en souscription 40€ jusqu'au 30 mai

Mis en souscription jusqu'au 30 mai 2016.
Mis en souscription jusqu'au 30 mai 2016.
La langue d’oc telle qu’on la parle (Atlas linguistique de la Provence), de Jean-Claude Bouvier et Claude Martel. Aux éditions Alpes de Lumière. 320 p. format A4. Avec chapitres thématiques : maison • mobilier • cuisine et ménage • vêtements et lessive • famille • naissance, enfance • maladie et mort • corps humain • religion • vie sociale. Mis en souscription avant publication pour 40€ (au lieu de 50€), avant le 30 mai 2016 (voir pièce jointe)

Lundi 18 Avril 2016
Michel Neumuller





1.Posté par Lions Edmond le 20/04/2016 20:02
J'apprends avec plaisir qu'il se trouve des jeunes qui aiment écouter parler le provençal et mieux voudraient l'apprendre, Moi, descendant de "gavots" quand j'essaie de parler un peu en "provençal" dans ma famille je saoule tout le monde. Ils sont si peu habitués. Il faudrait l'entende davantage - à commencer par l'entendre par les médias!- car une langue c'est comme une musique, ça reste dans la tête. Dans la mienne ronronne encore celle que j'entendais autrefois. Oui, ce qui est écrit est toujours beau et moi, j'attends toujours avec une certaine impatience "mon" mensuel imprimé par des gens à qui l'on doit rendre homage. Cependant, l'écrit me fait penser à une partition dont ne sait pas chanter les notes. Òu il manque le musicien pour la jouer.Croyez que ça me chagrine.
Cordialement
Edmond

2.Posté par DAGANY Robert le 28/04/2016 16:59
c'est un plaisir de retrouver Jean-Claude Bouvier. Son travail et celui de Claude Martel m'ont beaucoup aidé, à la fin des années 70, pour aborder sainement, dans une émission bilingue sur la radio de FR3, l'évolution de la langue provençale, en dehors des querelles partisanes sur la graphie. Merci également pour la note optimiste qui se dégage de ses propos.

3.Posté par Lions Edmond le 28/04/2016 19:00
Bonjour.
C'est avec plaisir que je que je retrouve mon texte. Il ne vaut que ce qu'il vaut bien sûr Mais, communiquer avec des gens qui, Provençaux ou non, aiment notre culture n'est-ce pas déjà un plaisir ?
Cordialement
E. L.

4.Posté par Carlòta Rubini le 25/05/2016 19:03
Ieu que la topònimia agrada fòrça ...vau d'aquest pas, soscrire per aquest libre !
Fara un de mai a consultar ! N'ai ja totplen e mi siervon.....( cada luec dau sud de França ) Vorrii ben saupre dont si procurar d'autres mai ancians : Dauzat, Rostaing, Bouvier , Negre......Merce per aquelu que porrian m'ajudar ! Amistats d'una afogada niçarda de la cultura e de la lenga d'òc ......Carlòta

5.Posté par DIGGI le 15/12/2016 23:19
L'Atlas est disponible à la vente à l'Espaci Occitan dels Aups:
http://www.espaci-occitan.com/botiga/fr/linguistique-toponymie/1441-la-langue-d-oc-telle-qu-on-la-parle-atlas-linguistique-de-provence-9782919435074.html

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Abonnez vous à Aquò d'Aquí avant d'avoir soif !

Dison que...

1851 : defendre la Republica en provençau

L’historien Renat Merle nous rappelle que la résistance au coup d’Etat du 2 décembre 1851, fut le fait de ruraux qui parlaient occitan. Les meilleurs défenseurs de la République française. Avis aux Républicains amnésiques de 2017.

1851 : defendre la Republica en provençau
A la fin de l’an 1848, un aventurier politic, Louis Napoléon Bonaparte, es estat elegit president de la Republica, amb lo prestigi de son nom e l’adesion de l’immense monde rurau, que portava seis esperanças de dignitat e de progrès.

Mais dins lei fachs, lo President bailejava la Republica dau partit de l’Òrdre, valent a dire la Republica conservatriça, aquela dei Gròs.
 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.