Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Journalistes en herbe ils publient en provençal


AUBAGNE/VITROLLES. Pour la troisième année consécutive l’association éditrice d’Aquò d’Aquí propose une animation en langue d’oc aux collèges des Bouches-du-Rhône.



A l'heure de mettre les article en ligne (photo MN)
A l'heure de mettre les article en ligne (photo MN)
L’ activité « journalisme web en provençal » permet aux collégiens de s’initier au journalisme, de pratiquer la gestion d’un site web, et surtout d’apprendre à discuter de l’actualité, qu’elle soit locale ou internationale.
 
Financée par le Conseil Général 13, l’animation a été lancée en 2011,sur proposition du chargé de mission « langue régionale » de cette collectivité. Elle permet cette année à une trentaine de collégiens d’Aubagne (Lakanal) et de Vitrolles (Simone de Beauvoir) d’apprendre le b-a-ba du journalisme.
 
Les collégiens des cours d’occitan-provençal de ces deux établissements apprennent comment rédiger un article, comment mener un entretien, choisir la bonne illustration et la légender. Le conseil de rédaction, durant lequel sont choisis les sujets, est toujours un grand moment, notamment pour le rédacteur en chef, nommé pour l’occasion, qui apprend à gérer envies et contraintes dans un groupe en général très animé.
 
Les articles, courts, sont ensuite mis en ligne par les collégiens, et peuvent y être consultés. Faut-il préciser qu'ils sont rédigés en provençal, dans l'une ou l'autre graphie enseignée par leur professeur?

Apprendre à concerter, à rédiger, à mettre en ligne en langue régionale

A Vitrolles, voici peu, les élèves de 4è ont choisi d’évoquer la catastrophe aérienne du Boeing de Malaysia Airlines MH370. Pour cela ils ont interrogé un enseignant qui revenait de ce pays, pour qu’il donne son sentiment sur la sécurité aérienne.
 
Ils viennent d’interviewer leur enseignante sur le thème : « pourquoi êtes-vous devenue prof de provençal ? »
 
Au collège marseillais Malrieu, l’an passé, les élèves s’étaient intéressés à un évènement labellisé Marseille Provence 2013. Mais ils avaient aussi commenté la sortie d’un jeu vidéo et la carrière d’une chanteuse à succès.
 
L’année précédente encore à Tarascon, ils avaient présenté la saison taurine, pendant que leurs collègues de Chateaurenard enquêtaient sur la gestion de l’eau.
 
Ces articles mis en ligne, seront bientôt à nouveau pour la plupart consultables par tout un chacun, car le site vient d'être rénové. Mais c’est d’abord un public d’amis et de parents qui les lisent. Les commentaires de lecteurs peuvent y être postés.
 
Les animations sont confiées au rédacteur en chef d’Aquò d’Aquí, Michel Neumuller, qui commente de son côté : « Les collégiens se rendent compte que la pratique du provençal peut-être professionnelle ; et leurs enseignants voient leur matière gagner en crédibilité, y compris auprès des parents et, parfois, de leur chef d’établissement ».
Un blog lié au site d'Aquò d'Aquí pour publier en provençal dès le collège (photo MN)
Un blog lié au site d'Aquò d'Aquí pour publier en provençal dès le collège (photo MN)

Mardi 15 Avril 2014
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.