Aquò d'Aqui


            partager partager

Journalistes en herbe ils publient en provençal


AUBAGNE/VITROLLES. Pour la troisième année consécutive l’association éditrice d’Aquò d’Aquí propose une animation en langue d’oc aux collèges des Bouches-du-Rhône.



A l'heure de mettre les article en ligne (photo MN)
A l'heure de mettre les article en ligne (photo MN)
L’ activité « journalisme web en provençal » permet aux collégiens de s’initier au journalisme, de pratiquer la gestion d’un site web, et surtout d’apprendre à discuter de l’actualité, qu’elle soit locale ou internationale.
 
Financée par le Conseil Général 13, l’animation a été lancée en 2011,sur proposition du chargé de mission « langue régionale » de cette collectivité. Elle permet cette année à une trentaine de collégiens d’Aubagne (Lakanal) et de Vitrolles (Simone de Beauvoir) d’apprendre le b-a-ba du journalisme.
 
Les collégiens des cours d’occitan-provençal de ces deux établissements apprennent comment rédiger un article, comment mener un entretien, choisir la bonne illustration et la légender. Le conseil de rédaction, durant lequel sont choisis les sujets, est toujours un grand moment, notamment pour le rédacteur en chef, nommé pour l’occasion, qui apprend à gérer envies et contraintes dans un groupe en général très animé.
 
Les articles, courts, sont ensuite mis en ligne par les collégiens, et peuvent y être consultés. Faut-il préciser qu'ils sont rédigés en provençal, dans l'une ou l'autre graphie enseignée par leur professeur?

Apprendre à concerter, à rédiger, à mettre en ligne en langue régionale

A Vitrolles, voici peu, les élèves de 4è ont choisi d’évoquer la catastrophe aérienne du Boeing de Malaysia Airlines MH370. Pour cela ils ont interrogé un enseignant qui revenait de ce pays, pour qu’il donne son sentiment sur la sécurité aérienne.
 
Ils viennent d’interviewer leur enseignante sur le thème : « pourquoi êtes-vous devenue prof de provençal ? »
 
Au collège marseillais Malrieu, l’an passé, les élèves s’étaient intéressés à un évènement labellisé Marseille Provence 2013. Mais ils avaient aussi commenté la sortie d’un jeu vidéo et la carrière d’une chanteuse à succès.
 
L’année précédente encore à Tarascon, ils avaient présenté la saison taurine, pendant que leurs collègues de Chateaurenard enquêtaient sur la gestion de l’eau.
 
Ces articles mis en ligne, seront bientôt à nouveau pour la plupart consultables par tout un chacun, car le site vient d'être rénové. Mais c’est d’abord un public d’amis et de parents qui les lisent. Les commentaires de lecteurs peuvent y être postés.
 
Les animations sont confiées au rédacteur en chef d’Aquò d’Aquí, Michel Neumuller, qui commente de son côté : « Les collégiens se rendent compte que la pratique du provençal peut-être professionnelle ; et leurs enseignants voient leur matière gagner en crédibilité, y compris auprès des parents et, parfois, de leur chef d’établissement ».
Un blog lié au site d'Aquò d'Aquí pour publier en provençal dès le collège (photo MN)
Un blog lié au site d'Aquò d'Aquí pour publier en provençal dès le collège (photo MN)

Mardi 15 Avril 2014
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.