Soutenez Aquò d'Aquí

Durer! Pour vous assurer cette information d'actualité dans notre langue malmenée, garder solide le fil qui nous relie à la génération montante, que nous ne voulons pas acculturée. C'est le sens de nos appels au soutien, chers lecteurs.


Nous ne sommes pas optimistes.

Vous le voyez, nous vivons dans un monde de plus en plus univoque. Une seule parole politique, une seule solution, une seule voie...Les alternatives en politique se racornissent. La pensée unique est ultralibérale et franco-française.

Quelle place pour nos langues régionales dans ce retrécissement de la pensée, du futur?


 
Soutenez Aquò d'Aquí






            partager partager

Joël Giraud était bien en faveur de LA langue d'Oc


ASSEMBLEE NATIONALE. Le député haut-alpin Joël Giraud avait involontairement soutenu les tenants d'un provençal séparé de l'ensemble de la langue d'Oc. Un certain lobbying associatif avait induit en erreur ses collaborateurs. Il explique à Aquò d'Aquí sa position réelle et se dit favorable à une modification de la Constitution en faveur des langues de France.



Joël Giraud se dit favorable à une modification constitutionnelle (photo MN)
Joël Giraud se dit favorable à une modification constitutionnelle (photo MN)
Pétard mouillé ou acte de contrition ? Le député (radical de gauche) de L’Argentière-La Bessée et maire de cette commune alpine a fait savoir par son attachée parlementaire qu’un « coupé collé trop hâtif, une relecture succincte » était la cause d’un courrier envoyé par M. Joël Giraud au président de la République.
 
Le 17 septembre dernier le député avait écrit à l’Elysée, sur sollicitation d’une association sise dans l’ouest de la Provence. Il demandait au président Hollande d’intervenir auprès de la ministre de la Culture et du directeur général de la Langue Française et des Langues de France.
 
Ils doivent « agir en faveur de la survie de toutes les langues régionales en danger, spécialement la grande majorité des langues d’Oc », dont le provençal…
 
En guise d’argument, il précise que le provençal, considéré comme à part de l’ensemble occitan, a assuré un prix Nobel à la France (en 1904, ndlr).
 
« Mes collaborateurs ont envoyé ce courrier de bonne foi, à vrai dire je n’étais pas au courant » nous précise le député des Hautes-Alpes. « En effet je venais d’adresser au président de la République  un courrier de demande de ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales ».
 
Il y aurait donc eu confusion, la demande associative concernant « les » langues d’Oc, serait arrivée là-dessus et aurait été considérée un peu vite comme complémentaire.

Lobbying associatif des "Les" contre les "La"

Frédéric Mistral, l'auteur du dictionnaire « des divers parlers de la langue d’oc moderne » pourrait se dire que certains de ses enfants sont devenus fous (XDR)
Frédéric Mistral, l'auteur du dictionnaire « des divers parlers de la langue d’oc moderne » pourrait se dire que certains de ses enfants sont devenus fous (XDR)
Le « coupé collé » l’est en effet d’un texte produit par une association, dont on peut dire qu’elle est à part dans la mouvance régionaliste. Sa principale activité consiste à dénoncer une prétendue invasion occitane de la Provence, et elle exerce un fort lobbying en vue de capter l’essentiel des financements publics destinés à promouvoir la langue d’Oc en Provence. Attributaire, selon nos sources, d’environ 200 000 € de subventions des collectivités publiques, cette organisation parvient à faire croire aux élus locaux qu’elle recueille 3000 adhésions.
 
«En réalité si, au cours d’un de leurs évènements publics, vous leur achetez un livre, ou si tout simplement vous payez votre ticket d’entrée avec un chèque, votre adresse est reportée sur leurs fichiers, et vous devenez adhérent sans le vouloir ! » Cependant, l’observateur que nous avons interrogé préfère ne pas être cité. « Des élus des Alpes Maritimes qui s’opposaient à l’adhésion de leur commune à cette association ont été menacés de procès pour propos diffamants. Ils ont l’argent pour le faire, on se méfie ! »
 
Concernant l’adresse de M. Giraud à la présidence de la République, c’est un animateur de la vie occitaniste des Hautes Alpes, Michèu Prat, qui s’émeut fin septembre, du soutien affiché par le député au concept de « langues d’Oc ». L’Institut d’Estudis Occitan Paca  (IEO) suivra avec une protestation de son président, Claude Juniot. Ce dernier précise pour le député l’enjeu de ce débat : « le Président Hollande s’est engagé à rétablir la dignité des langues de France en faisant voter une loi ».
 
Mais, il s’agirait donc, pour les tenants d’une langue provençale séparée de ses sœurs languedocienne ou vivaro-alpine, d’influencer les députés dans la perspective d’une prochaine loi. Pour les défenseurs de la langue d’oc, c’est un contre feu allumé par les « révisionnistes », ainsi qu’ils nomment leurs adversaires.

Intercompréhension dialectale

Michèu Prat s'était ému de la position involontaire du député, et se dit satisfait de son explication  (XDR)
Michèu Prat s'était ému de la position involontaire du député, et se dit satisfait de son explication (XDR)
La nuance Langue d’Oc / langues d’Oc paraîtra futile à beaucoup. Mais, pour les acteurs culturels impliqués, elle est fondamentale. Le pluriel signifie que ces langues, alors supposées différentes, doivent donner lieu à des filières d’enseignement différent, en atomisant de maigres moyens, et certaines associations y voient l’occasion de devenir l’unique interlocuteur des pouvoirs publics à l’Est du Rhône.
 
Le singulier, lui, est défendu bec et ongles par la quasi-totalité des mainteneurs et des linguistes ou socio linguistes, qui s’étranglent en entendant les arguments de leurs adversaires : Frédéric Mistral, auquel tous se réfèrent, avait gagné le prix Nobel en raison, notamment, de son dictionnaire « des divers parlers de la langue d’oc moderne ».  Ils rappellent régulièrement que cette langue, comme toutes les autres, donne lieu à plusieurs variétés dialectales, tout comme le suisse romand, ou le québécois restent du français, malgré leurs différences avec la langue parlée dans nos journaux télévisés.
 
Nous en faisons d’ailleurs, à Aquò d’Aquí, l’expérience chaque semaine, à l’occasion d’un entretien avec des personnalités occitanophones non provençales. Que ce soit avec des élus d’Aquitaine, une enseignante languedocienne ou des acteurs culturels du Piémont italien, l’intercompréhension est tout simplement parfaite.

Favorable à une modification de la Constitution française

La Commission Culture de l'Assemblée Nationale, visée par les différents demandeurs d'un projet de loi sur les langues de France (photo XDR)
La Commission Culture de l'Assemblée Nationale, visée par les différents demandeurs d'un projet de loi sur les langues de France (photo XDR)
Concernant M. Giraud, son interlocuteur Michèu Prat dit comprendre que la confusion ait pu avoir lieu. Mais demande que son courrier au président de la République soit réellement dénoncé. « Il s'agira… d'apporter un démenti formel auprès de Monsieur le Président de la République » recommande-t-il, « qui devra tenir comme nulle et non avenue la demande formulée dans votre courrier du 17 septembre »
 
L’IEO espère aujourd’hui que cette affaire permettra d’informer les nombreux élus qui ont reçu une demande similaire à celle adressée à M. Giraud.
 
Dans le combat épistolaire entre différentes obédiences le pire reste toutefois à craindre : une prudence excessive de la part d’élus qui, appeurés par les réactions associatives, n’oseraient plus prendre la moindre initiative publique pour défendre la langue régionale.
 
Quant à Joël Giraud, interrogé, il se dit « conscient que la Charte des Langues Régionales et Minoritaires ne pourra être signée par la France qu’après que la Constitution soit modifiée pour le permettre ». Il y est favorable nous dit-il. Cependant, on ne devra pas compter sur lui pour la demander.
 
« Je ne crois pas que ce soit à un député impliqué dans la Commission parlementaire des Affaires Economiques de le faire », souligne-t-il. « J’attends que la Commission Culture me sollicite pour cela. » 

Mardi 30 Octobre 2012
Michel Neumuller





1.Posté par Pain Elisabeth le 31/10/2012 11:59
J'espère que cette mise au point se fera car je serai très déçue si un représentant aussi présent dans la vie locale et régionale, Haut-Alpin de surcroît, se camoufle derrière des arguments informatiques tel que « coupé collé trop hâtif, une relecture succincte » pour n'avoir pas le courage d'écrire ce qu'il pense réellement. Merci à Micheu Prat

2.Posté par Joan-Pèire le 31/10/2012 12:48
Vodrii signalar que l'IEO-06 mandèt tanben una letra au deputat Joël GIRAUD.

Dins aquesta letra si ditz, tra autre, que per IEO-06, l'i es una soleta lenga d'òc ò occitan ; que siam en li peadas dau Mèstre en toi : Frederic MISTRAL, premi NOBEL de leteratura, que donava coma sota-titre au sieu diccionari « Lou Tresor dóu Felibrige », aqueu de « Dictionnaire provençal-français embrassant les divers dialectes de la langue d’oc moderne ». Frederic MISTRAL dins « L’espouscado » proclamava « la gardaren riboun-ribagno nosto rebelo lengo d’O » (Nous la garderons bon gré-malgré notre rebelle langue d’Oc), « lengo d’O » au singular de segur.

Au mòt « dialeite » de son diccionnari Frederic MISTRAL escriu « Les principaux dialectes de la langue d’oc moderne sont : le provençal, le languedocien, le gascon, l’aquitain, le limousin, l’auvergnat et le dauphinois. » Aqui tanben parla encara de la lenga d'òc au singular.

Avèm tanben signalat au Deputat GIRAUD que en lu nòstres 8 cors publics de lenga (150 escolans l'an passat) s'emparan/s'aprenon li diversi variantas de la nòstra lenga, segon lo luec dont es ensenhada. Es pas question per nautres d'ensenhar per exemple de lengadocian a un niçard, un provençau ò un aupenc. Es lo dialecte d’òc dau luec que sierve de referença ai nòstri cors.

Cercam pas a exportar dins la nòtra region una forma estrangiera ò artificiala de la lenga sota aquest nom d’occitan.

Avèm tanben escrich que l'apelacion "occitan-langue d’oc" au singular, es aquela emplegada dins l’Educacion Nacionala. Existe un C.A.P.E.S d’occitan-Lenga d’òc per toi lu professors qu'ensenhan aquesta matèria de Niça à Bordèu e de Clarmont d'Auvernha a Marselha (32 departiments francés).

3.Posté par Marcèu Meaufront le 31/10/2012 15:12
Totei lei mejans son bòns per enganar lo monde...

Fau èstre sus lo pontin e informar !

Osca Micheu !

Marcèu Meaufront

4.Posté par pole dau baus le 07/11/2012 18:42
Il y a toujours des déviations.

Mais la pire à laquelle nous ayons été habituée en France est le Jacobinisme
Au point de penser qu'elle est naturelle.

Alors vive les langues d'Oc et d'à coté

5.Posté par Joan-Pèire le 08/11/2012 09:45
Adieu "Pole dau Baus",

Per ieu l'essencial es d'assabentar lu òmes politics e que fagon en consciènça après. Sembla que lo deputat Joël Giraud augue causit LA lenga d'òc, es a dire l'unitat de la lenga dins la diversitat dialectala. E aquò, lo devi avoar, mi fa de ben au còr.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Abonnez vous à Aquò d'Aquí avant d'avoir soif !

Dison que...

1851 : defendre la Republica en provençau

L’historien Renat Merle nous rappelle que la résistance au coup d’Etat du 2 décembre 1851, fut le fait de ruraux qui parlaient occitan. Les meilleurs défenseurs de la République française. Avis aux Républicains amnésiques de 2017.

1851 : defendre la Republica en provençau
A la fin de l’an 1848, un aventurier politic, Louis Napoléon Bonaparte, es estat elegit president de la Republica, amb lo prestigi de son nom e l’adesion de l’immense monde rurau, que portava seis esperanças de dignitat e de progrès.

Mais dins lei fachs, lo President bailejava la Republica dau partit de l’Òrdre, valent a dire la Republica conservatriça, aquela dei Gròs.
 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.