Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.







Les articles les plus commentés







            partager partager

Joan Bonfillon desparèisse


FUVEAU. Le maire de Fuveau (13) et délégué à la Culture du Pays d’Aix, était un parfait occitanophone. Il avait accueilli en mai 2003 les Etats Généraux de la Langue d’Oc.



Jean Bonfillon avait 67 ans, il était maire de Fuveau (9300 hab.) depuis 2001 (photo XDR)
Jean Bonfillon avait 67 ans, il était maire de Fuveau (9300 hab.) depuis 2001 (photo XDR)
Lo regard clar, franc mai boniàs, Joan Bonfillon podiá vos parlar tot d’un còp en provençau, e menar l’entrevista èra un plaser am’ eu : sus la politica culturala qu’aviá en carga a la Comunautaut dau País Sestian, o sus lei cargas de personaus qu’empachon lei comunas d’embauchar de policiers, o dau bonur de crear un salon deis escrivans dins un vilatje coma Fuvèu... o que que siegue.
 
Lo premier cònsol de Fuvèu a despareissut lo 4 de decembre 2013. Elegit d’aqueu borg pròche de Rosset e de Gardana, èra un emplegat de banca de mestier, qu’aviá agut la fisança de sei conciutadans puei de Marisa Joissains, la presidenta dau País Sestian. Era pas l’òme dei garrolhas, ce que li permetiá de discutir a drecha e a gaucha.
 
Ne’n aviá profiechat per menar la barca de l’ofèrta culturala dins lo país sestian que s’èra cubèrt de novèus establiments aquelei darrièreis annadas.
 
Chasque an au mes de novèmbre presidava lo festivau de tiatre en provençau de sa ciutat, e meme en 2005 m’aviá demandat de ne’n bailejar la jurada au nom d’Aquò d’Aquí. En 2003, mai que d’un se’n rementarà, aviá aculhit au sieu una assemblada de tres cents personas que venguèron aparar l’idèa d’una presencia publica de la lenga d’òc.
 
Era lo paire d’Agnès Bonfillon, jornalista de radiò, la soleta francesa que cobrèt leis atemptats de New York en 2001 per la radiò publica. Ne’n parlava totjorn amé granda fiertat.

Vendredi 6 Décembre 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.