Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Mai li tiran
sus la garganta
 e mai canta


Qu'es aquò ?



 














            partager partager

J’ai rencontré charrette à La Seyne


LA SEYNE. Le Ceucle Occitan propose une exposition sur le métissage du provençal et du français dans l’expression populaire. Vernissage ce samedi.



Une expo à entendre (photo XDR)
Une expo à entendre (photo XDR)
« Le provençal, langue de la région, bien que supplanté progressivement par le français, l’a largement influencé » rapporte Catarina Nicodèmi, du Cercle Occitan de La Seyne. « Il a créé un langage entre français et langue d’Oc avec ses variantes locales de la ville, de la campagne, de la montagne, ou de la côte, sans oublier la prononciation et l’intonation qui font l’accent. »
 
C’est sur cette base que le Ceucle Occitan de La Sanha a monté sa prochaine exposition : « Quelle langue parlons-nous dans notre région ? »
 
Le Ceucle a une habitude certaine de ces expositions, accueillies à la Maison du Patrimoine, qui attirent toujours beaucoup de gens. A l’instar de celle sur la pêche, ou plus récente, de celle sur les jeux traditionnels, ces expositions évoquent des pratiques populaires souvent toujours vives.

Elles sont séduisantes par leur caractère ludique, et parce qu’elles favorisent toujours un échange intergénérationnel. « Une langue c’est une façon d’être au monde, et supprimer les différences culturelles c’est mettre en péril la diversité de l’Humanité » affirment les documents préparatoires de cette exposition, qui sera visible du 18 novembre au 5 janviers 2018.

Elle fera, bien sur, la part belle aux expressions utilisées dans un français qui ne l’est plus tellement … « Quelle estoumagade, je suis toute estrancinée », « tant que vire fai des tours », « au resto ils te servent que des portions rastègues », « boulègue collègue ! » « On a rigolé à se faire péter l’embouligue », « enquille la voiture ici, on se gare », « non, non, j’ai plus soif…bon alors juste un chicoulon ! » « Il est raspi, non ? A nous faire manger des parpelles d’agasse ! »

Bref, le français n’en est plus vraiment, ou plutôt, il est sacrément coloré de provençal. Même si les locuteurs de bonne foi ont souvent pensé parler la langue de Molière, en la métissant de celle de Mistral.

J’ai rencontré charrette – survivance de la langue d’Oc dans le parler d’aujourd’hui. Maison du Patrimoine du 18/11 au 05/01/2018. 2 rue Denfer-Rochereau, place Bourradet, 83500 La Seyne tel. 04 94 06 96 64. Vernissage samedi 18 novembre 11h.

Jeudi 16 Novembre 2017
Michel Neumuller





1.Posté par Chris Bernard le 17/11/2017 17:04
Un mot oublié, car c'est : "J'ai rencontré UNe charrette... " Chris

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.