Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Irresponsables !…


Le confinement de Paris a entrainé un véritable exode, et parmi ceux qui partent certains diffuseront le covid partout, sans être qualifiés d’irresponsables. Mais les carnavaliers marseillais, eux, le sont assurément...



Que son irresponsables, aquelei Marselhés ! Fa dos mes èran seis elegits, demandant concertacien a l’Estat avans tota decisien, qu’èran dichs com’aquò per lo baile dei redaccions de l’Express, l’omnipresent televisuau Cristophe Barbier.
Irresponsables !…

Marseille : 6000 défilent et dansent en plein air - Paris : des centaines de milliers s'entassent dans train autos de co voiturage et apportent la covid partout.

Dimenja entre lo quartier de La Plana e la Canebièra, èran encara “irresponsables” lei quauquei sièis mila Marselhés qu’exprimèron son enveja de faire fèsta, de se retrobar, mai tanben de ben ancorar son biais de vèire leis agençaments d’una ciutat que vòlon pas vèire s’emborgesiar còntra elei.
 
E lo vespre, quora lei policiers finalament venguèron per escampilhar lo monde, quauqueis uns an chausit de saquejar una briga ce que podian plaça – renovada – de la Plana. Per lo còp vaquí que sièis mila ciutadans son qualificats d’irresponsables per lei memes medias, perqué quauqueis uns èran subrecafits de testosterona…
 
Era perilhós de se retrobar, de se rescontrar, de bailar, de cantar ensems maugrat la covid dins un espaci dubèrt urban ? Vòli pas intrar dins lo debat, bòrd que va sabètz, despuei un an, ne’n entendem de totei colors. Enfin ! Fai pas manco dètz jorns que lo site web Doctissimo acampava leis ultimeis estudis per dire que lei transpòrts collectius, lei burèus e lei salas d’espòrt, mai generalament lei luecs sarrats èron lei premiers a presentar un risc. Leis afogats dau carnevau marselhés, segon aqueleis ultimeis estudis, aurián agut mai de malastre dins lo metrò, tornant a l’ostau, que dins lo quartier de La Plana.
 
Alòr perqué tot aqueu biais de se desaviar, collègas de la pressa parisenca ? E mai que tot perqué vos copiar leis uns sus leis autres ?
 
France Info fa parlar lo baile dei malautias infecciosas de Bichat, a Paris, ben segur : “es d’inconsciencia !”. tot parier dau costat de la prefèta de policia, aqueu de còp, que ditz parier et que totei citan. Mai encara tot parier dau cònse, Benoît Payan, “l’irresponsable” de Cristophe Barbier...e se lo diluns de vespre, lei jornaus èran mai dins l’explicacien, lo matin, es pas de crèire coma avian totei apres dins la nuech a escriure la paraula “irresponsable”…
 
Dins lo meme tèmps, l’autre carnevau, tampauc non autorisat, a Tolosa, degun ne’n parlava, e subretot pas per lo desvalorar. Urós Tolosans !
 
Mai dins tot aquò ce que turta es que dos jorns aperabans, e pas mai, lo mai grand exòdi de l’an se debanava despuei Paris, en particulier vèrs lo “sud” coma dison.
 
La gara de Lion, plena ! 25 % de trins de badat, se vos plai, vèrs Bordèu, e mai per d’autrei destinaciens, sud de Leure. Lei Parisencs fugissavian Paris, de centenas de miliers de cas contacts en viatge, mai aquò siguèt tractat sensa esmoguda particulara dei memes medias que puei s’espaventaràn dau carnavau marselhés.
 
E pasmens ! Lei 400 km de taps rotiers et autorotiers dau sud de Paris, son de miliers de cas contacts que se ronçavan sus nòstrei tèrras. Ah ! A Marselha èron d’inconscients per faire carnavau, mai de miliers de Parisencs venon nos adurre lo virús e am’aquò la pressa fa chut-chut ? E la prefèta tot parier. Ai meme legit – aquò’s plus dau sud – encara amé France Infos que leis abitants de Deauville, lei comprenèron aquelei Parisencs e sa covid escampilhada : “podèm pas lei jutjar”, “fau ben que prengan l’aire”, elei.
 
Va sabem ja e mai que mai, Marselha li vòlon faire una fama, e li fan, sensa retenguda. Aquò sembla tant normau… Mai enfin, podrián chifrar de còps que li a, e s’aplicar la maxima crestiana : “agacha pas tant la palha dins mon uelh, mira puslèu la fusta dins lo tieu”.
 
Amen !

Lundi 22 Mars 2021
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.