Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (14)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. quatorzième semaine.

Edité par l'Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc

L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .


















            partager partager

Identités multiples dans une école miroir de l’Etat hostile ?


Christian Lagarde était l’invité de l’Aeloc samedi le 25 novembre, à conférer sur le thème de l’identité face à l’école et aux langues régionales. En France, cette identité est vécue par l’Etat comme devant se réduire, à l’encontre de la société qui évolue.



Identité unique est uniformisante comme en France, ou "rhizomes" autorisant des identités non contradictoires chez un même individu ? Tout le débat de fond de la société transpire sur celui de l'école française selon le conférencier invité par l'Aeloc (photo MN)
Identité unique est uniformisante comme en France, ou "rhizomes" autorisant des identités non contradictoires chez un même individu ? Tout le débat de fond de la société transpire sur celui de l'école française selon le conférencier invité par l'Aeloc (photo MN)
« A l’heure des identités multiples et hiérarchisées, dire que le français est langue de la République s’inscrit dans le concept d’une identité racine, réduit la complexité de l’identité et configure des frontières à l’appartenance. En France cette notion d’identité s’identifie à celle d’Egalité, vécue dans l’Uniformité, une réduction à l’identique »
 
Christian Lagarde, sociolinguiste et professeur d’espagnol à l’Université de Perpignan était l’invité de l’Association de l’Enseignement de la Langue d’Oc. Pour son colloque bisannuel, à Rousset, l’association affiliée à la Felco souhaitait aborder la problématique de l’identité, en particulier à l’école.
 
Et le sociolinguiste, par ailleurs fils d’Andrieu Lagarde, écrivain d’Oc fondateur de l’Institut d’Estudis Occitans, a rappelé comment l’identité française veut réduire à ce couple Egalité-Uniformité, l’enseignement de ses langues régionales. Part congrue et limitation obligatoires.
 
La Loi Deixonne, la plus avancée dans le domaine, bien que très limitée, avait été adoptée à l’orée des années 1950, dans une difficulté immense nous rappellerait Yann Lespoux, dans son récent ouvrage "Pour la langue d'Oc à l'école" (Presses Universitaires de la Méditerranée).
 
Hélas pour l’Occitan, le breton ou le corse, la période qui suivra sera celle du déclin français à l’international, de  la déprise coloniale, de la marginalisation parmi les grands du Monde. « C’est quand la France prend conscience de ce déclin qu’elle déclenche une politique protectionniste en faveur du seul idiome français » souligne Christian Lagarde.
 

La France en déclin veut une identité unique

L’introduction dans la Constitution du « Français langue de la République », qui bloque l’aspiration à l’enseignement des langues minoritaires en France, vient consacrer cette peur française du déclin. « Face au danger, on fait appel à l’unité ». La Loi Toubon, de1994, qui veut défendre le français face à l’anglais, aura le même effet que l’édit de Villers-Cotterêts quatre siècles et demi plus tôt : nul face à la langue internationale, mais qui contribue à « éradiquer les patois » pour reprendre les termes de l’Abbé Grégoire, sous la Convention (1791-93).
 
Depuis la première guerre mondiale, ces langues régionales sont mises à mal, et les années soixante consacrent leur disparition auto-programmée, puisque les familles ne la transmettent plus.
 
« Le régionalisme prétend agir pour maintenir ou retrouver ses langues par l’école. Leur entrée dans le cursus scolaire de droit, c’est sa revendication. Mais c’est justement par l’école que la stigmatisation s’est opérée. Toutes les lois sur l’Education contribuent en continuité à fermer l’espace aux langues régionales. »
 
M. Lagarde souhaite questionner le régionalisme sur cette question : « l’emprise de l’Etat est telle en France, qu’on en appelle à lui avant tout. Que peut-on en attendre, pourtant, alors qu’il est certain que l’Etat est hostile à la diversité linguistique » ?

Tout attendre d’un Etat hostile à sa diversité ?

Il existe d’autres espaces, rappelle le sociolinguiste. « Le nombre de néo-locuteurs est en expansion, ce mouvement prend. Et pour eux, il s’agit de s’identifier au territoire, sans pour autant annuler la culture dont ils sont dépositaires. Ils ajoutent une identité à la leur ! »
 
Dans les années 1980 le philosophe Gilles Deleuze aurait parlé « d’identités rhizomes ». Celles qui ne voient pas de contradictions entre les différentes parties de cette identité, à l’heure où la liberté consiste, aurait aussi dit Roland Barthes, « pour l’individu à s’imaginer autrement que par rapport au groupe » sans pour autant changer de groupe référence.
 
Apprendre l’occitan à l’école serait pouvoir laisser croître plusieurs possibles, et s’exprimer une richesse de l’individu en formation, à l’heure où le monde dans lequel il vivra appelle à s’adapter à la complexité.
 
Les langues régionales, un bagage utile pour garder raison dans un monde d’affolements ?
 
 

Mercredi 29 Novembre 2017
Michel Neumuller





1.Posté par Pascal Caumont le 30/11/2017 17:32
Òsca per aqueste article, bravo à vous !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí en mai

Dison que...

La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques

La décentralisation c'est le thème que les candidats les plus en vue de la présidentielle ont mis sous le tapis. Et pourtant, c'est là que se concentrent problèmes et frustrations.

Nous l'avons remarqué, durant la campagne pour l'élection présidentielle, la place et l'avenir des territoires, des pays, a été pratiquement absente, en tout cas dans la propagande des trois premiers candidats. Pourtant, la question du pouvoir d'achat, qu'ils ont tous abordé abondamment, dépend bel et bien de la place qu'on occupe dans le pays.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.