On est toujours le sud de quelque part

Région Sud, c'est le nouveau nom de la Provence. Mieux que l'horrible Paca, mais signe du mal à l'aise des élites politiques avec notre identité, toujours mise de côté.

Nous nous sommes assez élevés ici contre cet horrible acronyme sensé résumer notre condition de Provençal, Alpin et Cotedazuréen (!)…Paca ! Que les « Pacaliens » fassent un pas en avant…Personne, bon.
 
Nous ne pleurerions pas la défunte Paca, mais de toute façon elle a encore de beaux jours devant elle, hélas.






            partager partager

IEO 06 :quarante ans et toutes ses dents !


NICE. L’institut d’Estudis Occitans célèbre son quarantième anniversaire à Nice le 19 novembre. Histoire et enjeux actuels nous sont brossés par Joan-Pèire Spies, son président depuis 2014, qui a pris la suite d’un autre Joan-Pèire, Baquié, lui aux manettes depuis 2002.



JP Spies : "très vite les fondateurs ont mis en priorité le combat pour l'enseignement et le plus grand partage de la langue. Et depuis longtemps nous avons travaillé au respect mutuel avec les Félibres" (photo MN)
JP Spies : "très vite les fondateurs ont mis en priorité le combat pour l'enseignement et le plus grand partage de la langue. Et depuis longtemps nous avons travaillé au respect mutuel avec les Félibres" (photo MN)
Quarante ans ! L’Institut d’Estudis Occitans deis Aups Maritimas fête l’évènement samedi 19 novembre à…  Dans quelles conditions a-t-il été créé ? Et comment a-t-il débuté ?
 
L’IEO 06 a été déclaré en préfecture de Nice le 4 novembre 1976, à partir de Grasse, où une équipe surtout formée d’enseignants, engagée dans l’action sociale, voulait agir pour la défense de l’occitan.
Le premier président c’était le conteur Jòrgi Gibelin. Tout au long de cette histoire quadragénaire, il ne faut pas chercher de grand évènement qui la ponctueraient, mais compter l’infinité des petits pas coordonnés qui ont, au quotidien, permis de maintenir l’occitan vif.
 
Les militants qui, alors, « bombaient » sur les murs « fòra lu toristas » ont vite compris que l’éducation était le vrai combat, le véritable moyen de garder et de partager leur langue, et leur façon d’être comme de voir le monde.
 
Vous voulez un exemple de ces actions ? Celui-ci vous étonnera peut-être. Le 28 octobre 1987, l’IEO 06 décidait d’aider financièrement à la création d’un journal perçu comme celui du Centre Régional d’Etudes Occitanes…il devait s’appeler Aquò d’Aquí ! N’était-ce pas travailler à la durabilité de notre langue ?
 
Notre marque dans l’histoire de l’occitanisme, notre culture commune, si vous voulez, nous a toujours incité à rechercher l’union, au moins la convivialité, l’action commune.  Ainsi dès les années 90 chez nous, les querelles entre occitanistes et félibres sont pratiquement effacées. Tout le monde comprend qu’il faut ne pas se combattre, mais autant que possible joindre nos bonnes volontés.
 
Que représente l’IEO 06 aujourd’hui ?
 
Aux quatre groupes IEO 06 locaux entre Nice et Grasse, il faut ajouter des dizaines d’associations affiliées. Les 212 adhérents directs se voient ainsi passer à plus d’un millier. Et cela nous donne de la force pour agir. Considérez la Dictada de janvier. A Nice nous l’avons organisée au Lycée Masséna avec quatre autres associations, ce qui a compté pour son succès. Son principal nous demande d’y revenir cette année. Normal, nous étions 150 ! Une force populaire qui nous permet d’être attentifs à toutes les variantes de notre culture sur le territoire de ce département où provençal, niçois, gavot et quelques autres voisinent. Ainsi nous avons aidé Joan-Pèire Apperto à éditer ses mémoires en Saorgin. Où accompagné le talent de Magali Bizot, qui vit près de Marseille. Mais je ne peux laisser à la marge les deux éditions de Ribon Ribanha, parce qu’elles témoignent de la vivacité de la créativité des militants de l’IEO 06, et parce qu’elles témoignent aussi de ce site internet qui réussit, depuis des années, à proposer quotidiennement un contenu en occitan à un public qui, sur internet, compte des milliers d’internautes.

Théâtre, balèti, conférences et récital ouvert à tous

En attendant, place à la fête, non ?
 
Mais oui ! Faire la fête ça rassemble et donne envie. Alors le 19 nous avons prévu une journée mémorable. Surtout nous ne restons pas entre Niçois et Grassois. Nous ouvrons la porte toute grande parce, que notre identité est ouverte à l’autre.
 
D’abord nous nous inscrivons dans la grande histoire de l’IEO, ce que Pierre Brechet, son président national, nous expliquera. Puis je parlerai – en français – de nos engagements. Après quoi, place à l’apéritif. Nous montrerons, juste après, la vivacité créatrice et l’engouement de notre atelier de théâtre, dans une création collective que Gilbert Combe a su aiguillonner. Enfin, le balèti, pour lequel un groupe des Valladas d’Italie nous fera danser, avant que de laisser la scène à la chanteuse aranaise Alidé Sans. Deux illustratrices qui nous sont proches, Veronica Champollion, et Arleta Pastor, montreront aussi leurs œuvres…Les lecteurs de Ribon Ribanha les reconnaitront surement.
Andrieu Saissi et Joan-Pèire Baquié présentant une action de l'IEO 06, un département dont la particularité est la proximité de plusieurs variétés dialectales de l'occitan, ici le provençal et le niçois (photo MN)
Andrieu Saissi et Joan-Pèire Baquié présentant une action de l'IEO 06, un département dont la particularité est la proximité de plusieurs variétés dialectales de l'occitan, ici le provençal et le niçois (photo MN)

L'entretien complet avec Joan-Pèire Spies, notamment avec ses réflexions sur l'avenir du militantisme occitan dans les Alpes-Maritimes, sont à lire dans le numéro 291 d'Aquò d'Aquí mensuel, actuellement en préparation, et livré chez ses abonnés vers le 10 décembre.

Mercredi 16 Novembre 2016
Michel Neumuller





1.Posté par Baquié Joan-Pèire le 16/11/2016 20:42
Vous pouvez encore vous inscrire à la fête ici : https://framadate.org/4p3DMRuYeNbGDSqG

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Abonnez vous à Aquò d'Aquí avant d'avoir soif !

Dison que...

1851 : defendre la Republica en provençau

L’historien Renat Merle nous rappelle que la résistance au coup d’Etat du 2 décembre 1851, fut le fait de ruraux qui parlaient occitan. Les meilleurs défenseurs de la République française. Avis aux Républicains amnésiques de 2017.

1851 : defendre la Republica en provençau
A la fin de l’an 1848, un aventurier politic, Louis Napoléon Bonaparte, es estat elegit president de la Republica, amb lo prestigi de son nom e l’adesion de l’immense monde rurau, que portava seis esperanças de dignitat e de progrès.

Mais dins lei fachs, lo President bailejava la Republica dau partit de l’Òrdre, valent a dire la Republica conservatriça, aquela dei Gròs.
 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.