Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.







Les articles les plus commentés







            partager partager

Humour à France Inter


Il reste de bon ton de se moquer du paysan, du rural, par définition mal dégrossi.



Entre 17 et 18 heures l'humour est roi à France Inter. Dans "Si tu écoutes j'annule tout"  Charline et Alex, les animateurs belges, galègent le plus souvent avec talent. Mais ils se laissent aller à la facilité en voulant plaisanter avec les sujets graves. 
Humour à France Inter

Il n'est pas encore politiquement incorrect de se foutre de la gueule du paysan

Ce mélange des genres a été mis à la mode par le "Petit Journal" de Canal+ et il se généralise, y compris sur les médias du service public qui devraient s'interdire de tomber dans ce travers.

C'est ainsi qu'un pigiste de Radio France fut envoyé pour interviewer les éleveurs de moutons qui manifestaient sous la tour Eiffel.

Les bergers sont rarement des beaux parleurs et le journaliste ne s'est pas privé de les ridiculiser en sélectionnant les réponses les plus maladroites à ses questions les plus débiles.

Il suffit de poser cent fois la même question pour trouver 2 ou 3 réponses à son goût, j'en ai fait moi même l'expérience.

Il fut donc question dans une réponse de manifestants mal formulée de loups qui auront vite fait de parcourir 250 kms en bagnole pour aller bouffer des moutons...

La multiplication des attaques de loups sur les troupeaux est pourtant un sujet grave qui remet en question l'existence d'une profession et la qualité de l'environnement en montagne.

Je suis sûr que l'envoyé de France Inter ne savait pas grand chose du problème complexe que pose le retour du loup.

J'ai vu des images de la manifestation à la télé ; il y avait un troupeau de brebis noires du Velay magnifique. J'avais photographié le même non loin du Puy sur la route de Pradelle. Peu de gens de radio se doutent de l'énorme travail de sélection qu'il a fallu pour obtenir un troupeau de noires aussi homogène.
 
J'imagine mal un envoyé de France Inter aller poser des questions idiotes à des ouvriers en grève devant leur usine sur le point de fermer et se foutre ouvertement de leur gueule en sélectionnant les réponses les plus maladroites.

Une heure après la diffusion du sujet, le directeur de France Inter se ferait remonter les bretelles par le directeur de Radio France au téléphone.
 
Je n'écoute plus "Si tu écoutes" depuis fin novembre, je ne regarde plus le "Petit Journal" depuis deux ans déjà. C'est la façon la plus simple de protester.

J'aurais dû écrire à France Inter pour protester mais je suppose que la protestation des ploucs du monde rural n'émeut guère les têtes pensantes de la radio du service public.

Mercredi 21 Janvier 2015
Andrieu Abbe




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.