Aquò d'Aqui


            partager partager

Gap, Laragne, St-Bonnet : Cor N’Òc malgré tout




Le choeur de la calandreta au CMCL de Gap (photo XDR)
Le choeur de la calandreta au CMCL de Gap (photo XDR)
Eron tres pastoreletas, Montanha aupenca, o Vaixell de Grècia, autant de compositions pures ou sur des trads réarrangés, dus à Jean-François Motte, Jean-Pierre Dumas, ou carrément Lluis Llach…et une vingtaine d’autres morceaux chantés en chœur, tel Brave Milo, de René Bermon du groupe Balandrin…
 
La musique traditionnelle de création a ses adeptes, son champ est vaste, et son public existe bel et bien. Et elle s’exprime en occitan, souvent.
 
Car la lenga nòstra a encore clantit entre Gap, St-Bonnet , Laragne et Mison…
 
Pour ceux qui ne sont pas accoutumés aux vastes espaces striés d’arêtes rocheuses et de forêts pentues de ce pays de Haute Provence en Champsaur, il faut savoir qu’un festival de chorales qui se choisit un tel terrain, a une haute idée de la décentralisation.
 
Le sixième Cor N’Òc a mis en présence quelques groupes vocaux connus tels que Balandrin, Lo Rescontre Gapian, les Restoublons, Le Pays Gavot, Lei Mantenaires Chansouris ou le très jeune chœur de la Calandreta Gapiana (école bilingue de Gap).
 
« La situation, après le massacre de Paris, n’était pas favorable à la fréquentation, ni aux festivités » reconnait Jean-Pierre Motte, homme-orchestre de cette manifestation inscrite dans l’histoire récente du chant occitan. « Mais puisque nous avions l’autorisation, nous n’avons pas voulu admettre la peur que les assassins veulent faire régner ».
 
Moins de 500 personnes ont donc assisté aux trois soirées polyphoniques du Festival Cor N’Òc, mais deux vigiles ont du être embauchés à Gap, pour les contrôles visuels des sacs des spectateurs. « Cela nous a été imposé, et nous mettra un peu plus en difficulté financière ».
 
Les Rencontres polyphoniques de Cor N’Òc sont en effet largement autofinancées. 

Mardi 24 Novembre 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.