Aquò d'Aqui


            partager partager

Festivau dau Film de St-Gervasi, quand la TV es en òc


Courts métrages, parodies, reportages...le Festival du film occitan de Sant-Gervasi (30) vient de se terminer.



Se ditz que fau 3 ans per fidelizar un public sus un veniment culturau. Es verai qu’ aquest’an lo public respondèt present lei 1er e 2 de febrièr.

Un programa variat e ben equilibrat fuguèt prepausat : 13 corts metratges e 4 longs nascuts sus l’espandi grand d’Occitania, dei Valadas occitanas d’Italia juscas en Pirenèus Nautas o en Auvernha en passant per Provença. Comunicacion occitana e literatura èran presentas.

A travèrs leis imatges, la realitat culturala e economica fuguèt abordada. La manca evidenta d’una television en occitan espeliguèt dins leis escambis amb lo public. L’associacion Tè Vé Òc, partenaria de Raions d’Òc, menèt sa pèira a l’edifici amb tres emissions «  Lenga d’Òc » realizadas  sus  TV Sud.
IEO30, MARPOC, Comuna de Sant Gervasi e Tele Mistral ajudèron per capitar la version dau festenau de 2013.

Lei longs metratges trachèron de l’Estivada de Rodès (Miquèu Gravièr e Felip Reig), de la Cevena ( Domenge Lemaître) amb « Ròhas e Planhòu ». La còla de Marc Jouve, de la Grand Comba regalèt amb sa parodia «  Hugolin dit Galinette ». “ Lo vent fai son vir”  cap d’òbra de Giorgio Diritti acabèt lo Festenau e mantuns venguèron dire “ L’an que ven, fau contunhar !”
La parodie s'est invitée au Festival (photo XDR)
La parodie s'est invitée au Festival (photo XDR)

Mardi 5 Février 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.