Aquò d'Aqui


            partager partager

En finala Beart espòutisse Charpin


Andrieu avait invité des gens de culture pour le désastreux match OM-Atretico...



Andrieu Abbe
Andrieu Abbe
Avieu convidat de colègas cinefiles e amoros de la cançon francesa pèr assistar a la finala OM-Atletico davant mon escran plat. Es rede 3 a 0, dona pas lo rebat dau debanament dau rescòntre.

Replicas

L’OM èra pas tant luench, l’Atletico a pas fach porrada , levat lo biais d’Antòni Griezmann qu’a marcat dos dei tres buts. Un de mei colègas si metèt a zonzoniar : « On ne pleure pas dans les bras d’Antoine, on ne pleure pas dans ses bras… », un dei pus gròs sucès de Gui Beart, en ajustant  : « si plora pas dins sei braç, mai si plora a causa de sei pèds ».
 
Un autre colèga qu’a tambèn marrit esperit diguèt de Valèri Germain, atacant de poncha qu’a mancat un but immancable, e dau gardian Steve Mandanda qu’a fach un desgajament malastros qu’a menat au promier but de l’Atletico, « ils ne sont pas bons à rien, ils sont mauvais en tout ». Es la famosa replica dau filme « le Schpountz ». Lo grand Fernand Charpin, naissut a Marselha en 1887, va dis a son nebot Fernandel que s’entòrna de Parìs.
 
Convidarai plus d’inteleituaus pèr regardar un rescòntre de foot au mieu, es tròup maucorant .


Jeudi 31 Mai 2018
Andrieu Abbe




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.