Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (14)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (14)
" Totjorn a córrer e jamai lassa"

Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Du violon à l'Ostau dau País Marselhés


L’atelier de violon s’intéresse aux musiques de bal occitanes sous la direction de Christian Fromentin. Pour ce Normand passionné de musiques orientales, il s’agit « de se recentrer sur les musiques de l’endroit où l’on s’installe ». Quant aux stagiaires, ils ont des profils très divers.



Christian Fromentin à L'Ostau dau Pais Marselhés, "faire découvrir les musiques occitanes e permettre de se les approprier" (photo MN)
Christian Fromentin à L'Ostau dau Pais Marselhés, "faire découvrir les musiques occitanes e permettre de se les approprier" (photo MN)
Trois-deux-trois-deux…un air de bourrée particulièrement vif emplit l’arrière salle de l’Ostau dau País Marselhés ; les violons semblent déchaînés.

Assis sur des banquettes, Christian Fromentin et ses trois « élèves » acceptent de faire une pause. Voici une demi-heure qu’ils mettent l’ambiance sans l’avoir voulu.

« J’anime un atelier violon depuis la rentrée, et nous nous intéressons aux bourrées auvergnates en ce moment » signale l’animateur.

Ce violoniste  et un passionné de musique indienne, grecque, turque, et il pratique le Kamantcheh, ce « violon debout » qu’il a découvert à Téhéran.

Mais il délaisse une fois par semaine le groupe Jhankar ou le quartet Ithaque, et se plonge dans la musique occitane.
 
Pour ce Normand d’abord installé en Poitou, ça n’est pas anodin. « Je pense qu’il est nécessaire de se recentrer sur une musique locale et la culture dans laquelle celle-ci évolue » nous explique-t-il, « quels que soient mes choix artistiques par ailleurs »
 

Dans l’atelier violon qu’il anime à l’OPM, les participants ont des histoires musicales différentes. Marie-Aude a une pratique isolée du violon. Pas de Conservatoire pour elle. David n’avait encore jamais touché un violon voici un an.

Au contraire d’Alice, qui elle pratique depuis 15 ans, et passe ici de Beethoven à la bourrée. « J’adore fréquenter les balètis, et je voulais me confronter à ces musiques vives » souligne-t-elle simplement.
 
L’atelier peut encore accueillir des amateurs. Peu importe s’il a débuté à l’automne, Christian Fromentin adaptera sa pédagogie. « Il suffit juste qu’on ait déjà une pratique de l’instrument, même minimale ».

Il est d’ailleurs prêt à relancer un autre atelier, pour débutants celui-là, pour peu qu’il y ait une demande.
 
« Mais on peut simplement venir écouter ce que nous faisons ici », dit-il. Et c’est très loin d’être désagréable.
 
En projet également, un balèti mensuel à l'Ostau, qui pourrait mettre les stagiaires en situation de pratiquer ce qu’ils apprennent.
 
Atelier violon le mercredi de 19h à 20h30. Ostau dau País Marselhés, 18 rue de l’Olivier, 13005 Marseille. Tel.04 91 42 41 14

Vendredi 20 Février 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.