Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Du Bartàs que juega collectiu

Ils jouent à Correns le 7 juin, et seront en résidence d'artiste à Grasse en novembre


Le groupe languedocien jouera samedi soir sur la scène des Joutes Musicales de Correns (83). Chanter en occitan face à un public qui comprend de moins en moins ? Chanter le multiculturalisme quand le FN relève le front ? Vivre « dignement » de sa musique quand on est différent ? Ce sont les questions que Laurent Cavalié aborde pour Aquò d’Aquí.



Du Bartàs, un antidote scènique à l'identité nationale ? (XDR)
Du Bartàs, un antidote scènique à l'identité nationale ? (XDR)
Dins son darrier CD Tant que vira, lei cinc musicaires de Du Bartàs lo dison ben mai que d’un còp, « sèm totei bastards ». E la question de l’identitat la veson d’un biais originau.
 
« En veritat l’identitat d’un òme es multipla. Li a ren que lo nacionalisme que vòudriá nos far pensar que l’identitat nacionala exista » que nos ditz Laurenç Cavalié, dau grope lengadocian.
 
Musica poderosa, poténcia dei paraulas, Du Bartàs va ditz : « aquela identitat nacionala es un mite, a ges de realitat en defòra dau ponch de vista, segur fòrça mediatisat, de la classa politica ».
 
Es per aquò que vòu pas se pausar coma un musician restancaire de l’ondassa frontista dei darrièreis eleccions europencas, lo cantaire. « S’eriam solets ! Fau dire que tota la classa politica francesa farga aqueu biais de vèire, qu’es jamai qu’un ponch de vista auçat en veritat ! ».
 
Aquelei cançons, coma Soi ieu, lei prepausaràn dissabte sus lo pontin de Correns, ai Joutes musicales, que se juegon dins aqueu vilagi varés la lònga dimenchada de venir.

S'adreiçar à un public que vos compren pas es una tragedia

Serà una dei beleis escasenças de l’entendre, bòrd que lei vesèm pas sovènt d’aqueu costat dau Ròse, Du Bartàs. Mai, aquò dich, seràn en residéncia a Grassa a la fin de l’annada, ailàs sensa concèrt a la fin.
 
« Serà vertadièrament un acamp de trabalh, bòrd qu’imaginam un biais de crear collectivament » ajusta Laurenç Cavalié. « Vòudriam s’afranquir d’aquela tradicion romantica que liga la creacion a l’imatge de l’artista solet. Perqué pas despassar aqueu biais de faire, e collectivament imaginar la musica e lei paraulas ? »
 
La tòca cooperativa ben dins l’esperit de Du Bartàs, es de « donar mai de colors a nòstrei creacions ».
 
Mai crear en occitan dins un monde que la pèrde, la lenga ? « Es una tragedia que de s’adreiçar a un public que vos compren pas ; mai siam pas en mesura de restancar aquela tendéncia. Pòdi pas ne’n parlar am’objectivitat. Alòr fèm a nòstre niveu : la lenga de trabalh dau grope es l’occitan, e meis enfants son a la Calandreta ! »
 
Lei musicians de Du Bartàs arriban a « viure amé dignitat » dins una societat que l’artista li es en gròssa dificultat. Ges de concèrts a l’internacionau per elei, preferan ocupar lo territòri, sensa s’enebir d’anar se faire entendre autra part en França, o meme a Brussèlas, coma va faràn dins quauquei mes per un festivau de « musicas dau monde ». Un biais de dire que li agrada ben, a Laurenç Cavalié.
Sur scène à Correns - Théâtre de Verdure samedi 7 juin 2014 à 21h30 (photo XDR)
Sur scène à Correns - Théâtre de Verdure samedi 7 juin 2014 à 21h30 (photo XDR)

Mardi 3 Juin 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.