Aquò d'Aqui


            partager partager

Dau politic e dau culturau entrecavaucats

Un nouvel opus des chroniques publiées en 2019-20 sur notre mensuel : l'occitanisme peut-il n'être que culturel ?


L’occitanisme de projets culturels et sa chasse aux subventions sont une impasse. La culture se mêle au politique et vice-versa, la vie est ainsi, et face à la gestion culturelle il s’agit pour le militantisme de proposer la vision d’un monde occitan désiré.



 

La darrriera cronica vos aviáu parlat de la question dau militantisme, de son ròtle, de seis tòcas, e lo problema de l’avenir de la question occitana dins un monde cada jorn mai desoccitanizat. Lo moviment occitan a sachut cambiar, per se renovelar lòng dau sègle 20en. E, ne fasiáu la suggestion, dins un monde que la question dau luèc, dau territòri, dau sòu, li es talament importanta, avèm quicòm de dire, una vòtz de far ausir. Aquò significa pasmens una causa, far de politica.

Dins aquesta cronica voudriáu argumentar que se l’occitanisme dèu contunhar coma aurre que coma un passatemps, pòt pus mantenir la distinccion entre aspects politics e culturaus. Vesèm ben coma dins lo mond de uei se pòdon pus mantenir de distinccions coma natura/cultura, sciéncias de la natura / sciéncias de la societat, coma lo fach de repensar lo mond, quau ne’n fai partida o non, quau es productor de sens e coma, invalida lei dicotomias qu’aviam costuma de pensar coma naturalas.

 


Es temps de tornar ocupar lo politic en massa

La maîtrise du foncier fut comprise comme celle du Midi, et la culture occitane vint donner du sens à tout le mouvement. Sans cela, il ne restait que le combat d'une centaine d'agriculteurs dans un coin perdu du fin fond de la montagne oubliée et l'occitanisme juste une revendication vue comme passéiste (photo XDR)
La maîtrise du foncier fut comprise comme celle du Midi, et la culture occitane vint donner du sens à tout le mouvement. Sans cela, il ne restait que le combat d'une centaine d'agriculteurs dans un coin perdu du fin fond de la montagne oubliée et l'occitanisme juste une revendication vue comme passéiste (photo XDR)

 

Se nos metèm a ligar tornamai la lenga amb lo sòu, l’espaci, seis ocupants, ven impossible de desseparar una activitat culturala d’una activitat politica : la cultura, es ren qu’un domani artificialament desseparat dau Mond, e de fach tota activitat dicha culturala es politica, bòrd qu’implica de prepausicions e de chausidas colectivas. Per o dire autrament, un occitanisme culturau dins nòstre mond de uei, es un hobby, e probable que n’a pus per longtemps. Es doncas temps, çò me sembla, de tornar ocupar lo politic en massa. Mai de qué seriá lo politic ? E un còp de mai, en qué pòt èstre politic, l’occitanisme ?

 

 

Per respòndre a la question dau politic, me voudriáu virar vèrs doas ensèms de teorias. La premiera, vèn de l’antropologia contemporanèa e assaja de repensar lo politic non coma la gestion dei ressorças qu’avèm, sa produccion e sa distribucion, mai coma relacion.

 

Dins un article de 2013 per la revista Anthropologica, Fabiana Li* prepausa per exemple un analisi de son terrenh a l’entorn de la question d’una montanha au Peró. Mòstra coma de reconfiguracions ideologicas e ecologicas permetan de pensar una montanha amenaçada per una entrepresa miniera non coma un ensèm de ressorças d’esplechar, mai coma un èstre politic que permetèt de crear de liames nòus entre ecologistas, indigenistas, glèisa catolica e populacions localas. Capitar de pus pensar lo mond coma fach de causas a nòstra disposicion, es ja pensar autrament.


La « cultura » es politica dins lo liame entre territori lenga e biais de viure

Loin de la politique de projets, forcément éphémère, ce que demande l'occitanisme, c'est une reconnaissance, une réparation historique et partant les moyens de faire vivre la culture du pays (photo MN)
Loin de la politique de projets, forcément éphémère, ce que demande l'occitanisme, c'est une reconnaissance, une réparation historique et partant les moyens de faire vivre la culture du pays (photo MN)

Avèm agut tendéncia, d’un meme biais, de pensar lo lengatge e lei lengas coma de ressorças per la comunicacion, de causas qu’aviam o qu’aviam pas, e que leis aver o non permetriá de ierarquizar lo mond. Qu’aquela dimension existisse, segur. Es çò que Bourdieu apelava lo « mercat lingüistic ». Emb’aquò, coma la montanha, 150 ans d’occitanisme an fach de l’occitan una entitat que pòt tanbèn mobilizar, que permèt d’assemblatges d’umans qu’existirián pas sensa ela. Es dins aqueu liame que la dicha « cultura » es mai que mai politica : recampa, e recampa a l’entorn d’entitats — la lenga occitana, e un luèc, un biais de viure l’espaci.

 

 

La seconda teoria vèn dau filosòf Jacques Rancière. Dins son libre Aux bords du politique, explica que per eu fau destriar tres nocions distinctas : lo politic, la politica, e la policia. La policia, es la fonccion generala deis estats : l’organizacion, çò escriu, deis colectius e dei ierarquias, e nòstre consentiment a aquela organizacion. Es, se volètz, çò que fai un govèrn. La politica, es per Rancière la demanda d’egalitat, lo moviment contrari a aqueu de policia. La politica, es çò que fasèm quora demandam l’oficialitat per l’occitan, es çò que fasèm, estent l’estatut minorizat de l’occitan, a cada còp que durbèm la boca per parlar en oc. Alevat per ren demandar, per se remembrar una societat dau temps passat qu’a jamai existit, activitat legima mai que se politiza d’esperla bòrd que participa a l’operacion de policia. Lo politic, dins aquela configuracion, es lo rescòntre entre la politica e la policia. Es aqueu moment quora sorgís la politica e que s’acara a la situacion de fach. Es lo moment que disèm : vaquí lo mond que volèm, e o volèm perqué portam quicòm d’especific.

 

 

Aqueu quicòm, es a debatre. Es pas question de prepausar mai una autra forma de policia. Emb aquò, sensa aqueu pensament, siam condemnats a una vision gestionaria de la politica, comprés d’una politica dicha lingüistica — una politica de desparticion de ressorças per de « projècts », e la limitacion dau camp dau possible a una distribucion de subvencions. La politica per projècts, es la victòria dei gestoinaris e la mòrt de la pensada. Mai li tornarem lo mes que vèn.


L’occitanisme deuriá tornar penser « l’an 01 »

Jaume Costa, anthropologue du langage, Université Nouvelle Sorbonne, publie régulièrement dans le mensuel Aquò d'Aquí des chroniques sur le thème de la signification de la revendication occitane. Une pièce au débat pour un régionalisme qui a du mal à se confronter à la société (photo MN)
Jaume Costa, anthropologue du langage, Université Nouvelle Sorbonne, publie régulièrement dans le mensuel Aquò d'Aquí des chroniques sur le thème de la signification de la revendication occitane. Une pièce au débat pour un régionalisme qui a du mal à se confronter à la société (photo MN)

Tornar imaginar una societat que seriá occitana, vaquí pasmens una tòca interessanta. Lei catastròfas actualas, viralas o ecologicas, son lo biais per l’occitanisme de tornar pensar a l’An 01 que cantava Martí :

 

L'an 01 es arribat,
Nos cal tornar recomençar
Lo vièlh solelh es amagat,
Mòrta la terra, mòrta la mar.
E siam montats dins la montanha
Avèm las baumas per ostal
Un jorn inventarem l'araire.
Ara siam lops, ara caçam.

E me soven d'una autra vida,
Images que doçament s'en van.
Aquò s'apelava una vinha
Aquò s'apelava un prat.
Aquò se disiá una...vila!

 

 

 

*Li, Fabiana. 2013. “Relating Divergent Worlds: Mines, Aquifers and Sacred Mountains in Peru.” Anthropologica 55(2):399–411.



Lundi 7 Septembre 2020
Jaume Costa





1.Posté par danis drouet le 08/09/2020 12:47
J'adore Marti et sa chanson l'an 01, mais contrairement à ce qu'elle dit moi je ne valoriserai pas le néolithique : comme Rousseau l'a bien montré (avant Marx) dans Le Discours sur l'origine de l'inégalité (titre abrégé) l'agriculture est le début de la propriété privée et donc du malheur des hommes.
Cet article (qui cite Bourdieu - Rancière - Marti) est excellent et tant mieux si ça devient une chronique de Jaume Costa.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.