Aquò d'Aqui


Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista

Avec un rassemblement peu couru et parisien, un fait majeur vient pourtant de survenir le 30 novembre : les défenseurs des langues minoritaires se sont alliés et ont décidé d’une feuille de route.

Davant la Glèisa Santa Clotilda, brandussan lei bandièras : negras amé tèsta de Maure, o arminas de muma color, sang e òr amé crotz de Forcauquier e Tolosa, o l’estrella de l’independentisme catalan, e d’autrei. Benlèu que son pas mai que sièis cents lei manifestants, mai ben colorats. Un arc de seda dei minoritats lenguisticas de l’exagòne. Justament èra la tòca d’aqueu recampament : faire molon, e charrar de ce que partejan totei, una lenga mespresada, en dangier de disparéisser.

Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista















            partager partager

Christian Philibert cinéaste du sud à Orange


ORANGE. Le cinéaste provençal est l'invité de l'association Ben Lèu, au cinéma le Forum, le 15 février prochain.



Christian Philibert, voici tout juste un an à Rousset (photo MN)
Christian Philibert, voici tout juste un an à Rousset (photo MN)
Cette journée consacré au cinéaste provençal comportera, au Cinéma Le Forum, ( Impasse du Parlement,à Orange - 84) des projections pour les élèves du lycée de l'Arc, qui étudient le cinéma, et le provençal.

Christian Philibert est né en 1965 à Brignoles dans le Var. C’est à vingt ans qu’il décide de devenir cinéaste. Il réalise alors plusieurs courts métrages récompensés dans de nombreux festivals. Son premier long métrage, Les 4 saisons d’Espigoule, tourné dans son village natal, sort sur les écrans français en 1999. Plébiscité par une critique quasi unanime, le film, primé dans plusieurs festivals internationaux (Marseille, Mannheim, Namur, Belfort), réunit plus de 100.000 spectateurs en salles. Cette comédie documentaire, à la frontière du réel et de la fiction, est devenue un film culte.

Refusant de s’exiler à Paris pour poursuivre sa carrière, il crée en 2002 sa propre société de production, Les Films d’Espigoule. La même année, il réalise Travail d’Arabe, sur un jeune provençal d'origine maghrébine qui sort de prison et qui est confronté à des patrons malhonnêtes. Une comédie sociale en forme de western moderne, qui obtient le prix de la meilleure première œuvre de fiction au festival de Namur.

En 2013, il produit et réalise Afrik’aïoli, suite africaine et burlesque des 4 saisons d’Espigoule, qui conte les aventures picaresques de deux provençaux en voyage au Sénégal.

Passionné d’Histoire, il est aussi l’auteur de nombreux documentaires : Gaspard de Besse (1993), 1851, ils se levèrent pour la République (2000), Français à part entière (2001), Le Complexe du santon (2005), Provence, août 1944, l’autre débarquement (2014), L’Affaire Yann Piat (en préparation).

Christian Philibert construit film après film un univers baroque et humaniste, une œuvre originale et militante qui joue un rôle de premier plan dans l’émergence d’un authentique cinéma du Midi. Le dénominateur commun de tous ses films est la Provence, ainsi que le mélange entre fiction et documentaire, avec le recours à des comédiens non professionnels.
Jeudi 15 février 2018

Le programme. Avec de Christian Philibert

Mathieu Poitavin et l'association Ben Lèu à Orange, organisent cette journée, avec les élèves de provençal et ceux de cinéma du Lycée de l'Arc (photo Ben Lèu DR)
Mathieu Poitavin et l'association Ben Lèu à Orange, organisent cette journée, avec les élèves de provençal et ceux de cinéma du Lycée de l'Arc (photo Ben Lèu DR)
9 h 30 : séance scolaire (ouverte au public) : Les 4 saisons d'Espigoule.
14 h : séance scolaire (ouverte au public) : Massilia Sound System – Le film.
18 h 30 : Les 4 saisons d'Espigoule. Christian Philibert. France. 1999. 1 h 37
Les saisons s'écoulent paisiblement à Espigoule, un petit village provençal de 732 habitants ; la nuit, en été, un automobiliste qui a des problèmes avec son véhicule, se pose des questions sur la véracité d'un espèce locale de phacochère : un peintre vante les beautés des paysages alentour, tandis qu'un dentiste examine la bouche d'un homme qui l'a longtemps négligée ; c'est désormais l'automne et un chasseur se met en route avec son chien fidèle.
Entre comédie et documentaire, Christian Philibert donne à voir une fable attachante, aux personnages truculents. A travers la vie des habitants du petit village d'Espigoule (nom imaginaire), perché sur les collines du Haut-Var, le film rend hommage à la Provence, à ses traditions et surtout au parler provençal.
20 h : repas provençal au restaurant Monteverdi. Sur réservation dans la limite des places disponibles : encart dans ce programme.
21 h : Massilia Sound System – Le film. Christian Philibert. France. 2017. 1 h 38
Comment un groupe indépendant, né il y a 30 ans, grand absent de la scène médiatique, continue t-il de remplir les salles et les festivals ? Pourquoi ce groupe hors système, qui a largement participé à l'éclosion du mouvement Hip Hop et Reggae en France, est-il devenu un phénomène populaire ?
Christian Philibert a suivi pendant plus d'un an, sur scène et dans les coulisses, les membres du Massilia Sound System et leur public de fidèles. Il nous livre un film musical débordant d'optimisme et de générosité, drôle, politique et profondément humain. Une vraie bouffée d’oxygène.
 

En collaboration avec les options cinéma et provençal du lycée de l'Arc et l'association Ben leu
 

Jeudi 8 Février 2018
Michel Neumuller





1.Posté par poitavin le 10/02/2018 10:46 (depuis mobile)
Événement créé par association Ben Lèu - Collège Hendricks - Lycée de l’arc - Ecran Magique.





Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

L'Aquò d'Aquí de fin d'année s'attelle à la charrue
Dison que...

Venus

Notre statue volée dit bien l'état d'esprit français vis à vis de l'égalité de traitement culturel

Trobada dins lo ròdol dei vestigis dau teatre roman d'Arle en 1651, l'estatua d'Afrodita, que dison "Venus d'Arle" seriá de Praxitèl.

 

Siguèt mandada a Paris vintados ans puei sus l'exigéncia de Loís XIV (e non ofèrta per la Comuna coma ditz lo cartèl dau Musèu, ara!), Rei Soleu, que non! Rei Raubaire!

Venus


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.