Glaudi Bressand nous a quitté

Il était habitué des stages d'occitan estivaux, durant lesquels il pratiquait son activité de prédilection : l'écoute des autres.

Glaudi Bressand  nous a quitté
Glaudi Bressand s’est simplement affaissé lors d’une cueillette en montagne le 30 juillet dernier, et ne s’est plus relevé. Il avait 72 ans. 






            partager partager

Ces Béatiho qu’un public profane écoute religieusement


Guylaine Renaud et Benat Achiary ont rempli la salle des Joutes musicales de Correns le 26 mai dernier, pour un spectacle inspiré de figurines créées par dévotion voici quatre siècles. Des textes en provençal et castillan sont chantés sur une musique qui oscille entre trad e contemporain. L’ethnomusique de création était un concept osé, mais le pari artistique est réussi.



Guylaine Renaud et le violoncelliste Dominique Regef ,à Correns le 26 mai 2012 (photo MN)
Guylaine Renaud et le violoncelliste Dominique Regef ,à Correns le 26 mai 2012 (photo MN)
Au début du XVIIè siècle la contre-réforme catholique entraîna entre autres la fondation de l’ordre des Carmélites. Dans leurs couvents ces religieuses, ou béates, devaient travailler afin que, étant occupées, elles ne soient pas disponibles à la tentation. Comme elles avaient le droit de choisir leurs images pieuses, elles les fabriquèrent souvent, en dépeignant leur vie de contemplation.
 
Le résultat, ce sont ces boîtes de béates, les béatiho, touchantes saynètes représentant la prière des nonnes, santons voilés entourés d’objets miniatures : un vase, des pantoufles, un chandelier…Ces boîtes, dont la fabrication a été abandonnée vers la fin du XIXè siècle, sont visibles aujourd’hui dans deux musées, celui de Pont-St-Espri t (30) et le Museon Arlaten (13) où Guylaine Renaud l es a découvertes. C’était en 2009, la chanteuse avait proposé au Musée d’illustrer dix objets présenté par celui-ci, au moment où il fermait ses portes pour cause de rénovation de longue durée. Parmi les dix, des Béatiho.
 
Trois ans plus tard l’artiste qui se définit comme « trobairitz et ethnomusicienne » triomphe aux Joutes Musicales de Correns, avec Benat Achiary  (avec Gérard Siracusa aux percussions, Dominique Regef à la vieille et au violoncelle). Ce compositeur basque est un improvisateur, dont les longues notes vibrantes hispanisent une musique qui, ça tombe bien, doit tout aux textes de Thérèse d’Avila, propagandiste de l’ordre des carmélites, et à ceux de son confesseur, le poète Jean Lacroix.

Thérèse d’Avila s’accompagnait probablement d’un tambourin pour ce qui était de la musique populaire

Benat Achiary (photo MN)
Benat Achiary (photo MN)
C’est Guylaine Renaud qui nous le dit. « Ce ne sont pas des liturgies, leur musique n’était pas donc pas codifiée par l’Eglise ; et à l’époque, Thérèse d’Avila, on peut facilement l’imaginer, chantait ses textes. Ceux-ci étant des écrits mystiques, elle était libre de leur musique. Or, on sait qu’elle s’accompagnait du tambourin pour ce qui était forcément empreint de musique populaire de l’époque ».
 
Pendant que, sur la scène de Correns, les diapositives montrant ces Béatiho étaient projetées derrière les musiciens, Benat Achiary et Guylaine Renaud mettaient beaucoup d’énergie le 30 mai dernier à chanter Pastores que veláis, un des textes en castillan de Thérèse d’Avila accompagné de percussions entêtantes et d’une vielle à roue qui l’était tout autant. Puis, justement accompagnée au tambourin, Guylaine Renaud a chanté en provençal une de ses compositions, aux accents de marche : « Lei Monialas », qui  raconte ce qu’était la journée de ces moniales : « se recampan leis monialas, sèt còps per jorn dins lo còr per cantar… ».
 
Avec cette musique contemporaine, mêlée de baroque, le groupe propose un objet musical à la fois recueilli et plein d’énergie, à partir de ces textes mystiques. « La musique religieuse n’est pas vraiment ma musique de chevet » nous dit Guylaine Renaud, « mais mes compositions devaient coller à ce que ces textes me commandaient. Quand il s’agit d’une prière à Marie, il faut que cela soit limpide, afin que ça puisse s’élèver. Pour le reste, nous somme dans le registre des « musiques du monde » où les genres s’enchevêtrent et où les artistes subissent toutes les influences ».

Belles voix, beau travail de studio et bel engagement d’une équipe

Edité par Actes Sud, soutenu par le CG13,  la Région Paca... et porté haut par les artistes.
Edité par Actes Sud, soutenu par le CG13, la Région Paca... et porté haut par les artistes.
Le projet de ces Béatiho né en 2010 avec le concours du Museon Arlaten, a donné lieu à un livre-CD, édité par Actes Sud, un voisin du Museon. Disons-le, il est beau, en particulier grâce à un travail photographique qui rend hommage à ces figurines et aux décors, parfois très fins, dans lesquels les religieuses anonymes ont enchâssé ces petites scènes, en général de prières.
 
Sans public, Guylaine Renaud y est encore plus recueillie que sur scène, la musique y bénéficie d’un remarquable travail de studio, réalisé en partie au Chantier de Correns, en partie au pays Basque, par Thibault Verdron et l’Autre Studio (77).
 
Les textes en castillan et occitan n’ont pas été traduits en français dans le livret.  Un choix assumé par l’éditeur lors d’un débat après le concert de Correns. Les traductions de Thérèse d’Avila seraient disponibles aisément sur internet…Mais pourquoi proposer un livre à un public francophone sans lui permettre directement d’entrer dans les textes proposés ? S’il s’agissait d’une question de coût les soutiens publics de la production (Conseil Généraux 13 et 83, avec le Conseil Régional Paca) ne pouvaient-ils aider l’éditeur à l’assumer ?
 
Nonobstant, ce petit livret et sa musique sont beaux. A l’image des béatiho qu’il montre et qui l’inspirent. Et de son succès pourrait dépendre l’engagement d’Actes Sud sur d’autres projets de ce type. Nous savons qu’il faut à peu près mille trois cents exemplaires vendus pour que cet éditeur rentre dans ses frais. Et qu’au-delà il serait peut-être convaincu de faire profiter d’autres artistes de son savoir-faire.

Samedi 9 Juin 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dans l'Aquò d'Aquí de rentrée : la montagne de l'économie de proximité
Dison que...

Quand lei French Lovers èron occitans

Evoquons deux acteurs occitans qui ont marqué le cinéma américain.

Sieu un cinefile d’avans leis anadas 2000, ai mai vist fa gaire a la telé «  Parìs brula ti »  ? (1966) de René Clément pèr lo cinquième còp. Lei stars dei doas ribas de l’Atlantica li son en abonde, aquò pòrta tòrt a l’intensitat dramatica dau filme, mai lo publique revés seis idòlas emé plesir. 
Quand lei French Lovers èron occitans


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.