Aquò d'Aqui








L'Union Européenne à l'épreuve de la Catalogne

Ni les Etats Européens ni l'Union Européenne ne disent fermement à l'Espagne qu'elle criminalise l'opinion démocratique. Que l'UE donne de la voix et défende ses valeurs face à un de ses membres, ou qu'elle admette qu'elle a perdu tout crédit politique.

Les lourdes peines que les juges espagnols ont infligé aux élus du Parlement Catalan et aux présidents d’Omnium Cultural et de l’Assemblée Nationale Catalane ne correspondent à aucun crime. Organiser un référendum pour l’autodétermination, poussé par la population elle-même et auquel se rendent près de trois millions de citoyens, soit une majorité d’électeurs, ne peut être un délit, mais une action qui honore les démocrates qui l’ont permise.

L'Union Européenne à l'épreuve de la Catalogne






            partager partager

Ce que peut la volonté


Au cœur des Pyrénées, ce dimanche, et pour la 32 ème fois Catalans et Occitans ont renouvelé les gestes de fraternité, qui se rient des frontières politiques.



Au fond, et selon les critères habituels des Etats contemporains et du monde global, rien ne prédispose Occitans et Catalans à rechercher sans relâche l’occasion d’affirmer une fraternité qui ne va pas tant de soi.

Ce que peut la volonté

Rien vraiment ne relie ces deux entités, sinon une langue cousine proche et surtout le sentiment de constituer un ensemble dans la longue histoire du sud de l'Europe.

Voyez au Nord des Pays Catalans...Le nom de la Région “Occitanie” a profondément blessé les Catalans, niés par l’appellation. Les lois et règlements sont...Espagnols ici, Français là. L’économie dynamique du Sud n’a pas grand chose de commun ni de relation durable et profonde avec la pétrochimie et la micro électronique provençale et pas plus avec l’aéronautique toulousaine ; et la culture chez nos voisins se décline dans la langue du pays, alors que chez nous le premier problème vécu reste le désintérêt, voire l’hostilité des régionaux vis à vis de leur langue historique, c’est à dire du véhicule théoriquement majeur de leur identité…

 

Pourtant encore dimanche, au cœur des Pyrénées, à Port de Salau, les cortèges venus et de l’adret catalan, et de l’ubac occitan, ont à nouveau dit, mains jointes dans un cercle fraternel, que les deux entités nationales et culturelles se veulent unies, sinon indissociables.

 

Il s’agit d’un triomphe pur des volontés humaines, qui souhaitent abolir une frontière. A l’heure des nationalismes étatiques étroits et clos, triomphants malgré – et sans doute à cause – du mondialisme économique, ces mains jointes a 2000 m d’altitude devraient faire exemple. Là résident, dans l’effort et la recherche les liens, les valeurs de l’Europe, que les Etats Européens eux-même ne cessent de balayer sous le tapis.

 

La langue bien entendu, nous relie à nos frères et à nos sœurs (non, nous ne devons pas avoir peur du mot, car nous fondons une famille) Catalan.e.s. Toutes celles et ceux qui, ainsi que votre serviteur, veulent faire l’effort de parler l’autre, y gagnent des relations d’amitiés incomparables.

Nous nous fréquentons depuis longtemps, la soi-disant frontière n’est que politique. J’ai même une théorie selon laquelle la petite enxaneta, la fillette qui couvre un castell humain, viendrait du limousin “enjaneta”. Victor Balaguer accueilli par les Félibres, ou les intellectuels chassés par le franquisme et soutenus en Provence, ne sont pas la cause de cette proximité, ils en sont déjà la conséquence. 


Et puis notre destin commun de nation niée, à la langue dont l’expression est contrariée par les mêmes Etats, nous donne ce sentiment de devoir nous serrer les coudes face à ces monstres étatiques qui écrasent tout ce qui ne relève pas de leur idéologie.

 

Ah ! Encore une fois, les Occitans, à force d’intégrer la négation de leur culture, de leur langue d’abord, sont le premier adversaire de l’Occitanie. Mais chaque effort en sens inverse est contrecarré sans appel par l’Etat, mais aussi par l’ensemble des Institutions. Voyez le Département du Vaucluse qui, pour – officiellement – se garder d’hypothétiques risques juridiques, fait enlever les panneaux d’entrée de ville rédigés en provençal !

 

Après le monument à Walter Benjamin est-ce mieux ? Au moins les Catalans sont fiers de leur langue, et la défendent avec succès. Mais encore la semaine passée a l’aéroport de Palma, une employée à été condamnée à 200 000 euros d’amende, pour le simple fait de s’adresser à un garde civil en catalan, langue officielle des Iles Baléares. Le garde, dépendant de l’Etat mais vivant là, ne pouvait pas ne pas comprendre ce qu’elle disait. Mais voilà, les aéroports sont sous l’autorité de l’Etat Espagnol, et c’est pour manquement aux règles de sécurité qu’un juge bien peu neutre, a condamné l’employée.

 

Nos Etats sont totalitaires par essence. Non pas qu’ils agissent hors de la démocratie formelle, mais ils cherchent eux aussi sans relâche à faire que tout leur soit soumis : leur langue officielle doit s’imposer malgré tout, et partout. Ils ne supportent pas le contre-pouvoir et entendent régir tout, bien qu’en même temps ils privatisent tout…

 

Alors à Port de Salau, les centaines de participants de cette 32 è retrouvaille ont renouvelé cette manifestation de fraternité, qui se passe de raisons “raisonnables”.

 

Une manifestation pure de la volonté des peuples, qui ressentent leur gémellité historique, et, probablement, sentent confusément que, hors des cadres étatiques qui imposent leur propre roman historique, ils ont un avenir à partager, sans contrainte.

Photo Caoc DR
Photo Caoc DR

Lundi 5 Août 2019
Michel Neumuller





1.Posté par meissonnier luc le 06/08/2019 12:26
Catalunya lliure !
(Catalougno liéuro)

Dins lou matin
La mar tènde seis oundo
Pèr amansi lou ribas asseda,
Aperalin
L’ecò de Barcelouno
Restentisse de soun gramacimen.


Coumo jamai
L’autouno vendumiaire
Guierdouno lou cant d’uno armo en fue.
Tu, Catalan
Moun ami e moun fraire
As decida subran de tira dre.


Davans l’Europo
Abestiassido e muto
Ressouno lou rampèu de liberta,
Davans l’Espagno
Que noueste fe rebuto
S’amoulouno la nivo tempestoua.

De l’autre moundo
N’en crebon de la ràgi
Lou vièi Franco e sa Guardia Civil.
Nautre saren
Lou pople dóu couràgi
Lei bras en crous li demouraren pas.


Tóutei falèn
De la maire latino
Roumpèn lou jouin que nous mantèn esclau,
Fraire de sang
De la terro à l’usino,
Luchan ensèn pèr noueste liberta.

Au matin
La mer déploie ses vagues
Pour apprivoiser le rivage assoifé.
Dans le lointain
L’écho de Barcelone
Retentit de ses remerciements.

Comme jamais,
L’automne des vendanges
Récompense le chant d’une âme en feu.
Toi Catalan,
Mon ami et mon frère
Tu as décidé de marcher droit.

Devant l’Europe
Abêtie et muette
Résonne le rappel de la liberté,
Devant l’Espagne
Que notre foi rejette
S’amoncelle les nuages de la tempête.





De l’autre monde
Le vieux Franco et sa Garde civile
En crèvent de rage.
Nous serons le peuple du courage
Nous ne resterons pas les bras en croix.


Tous filleuls
De la mère Latine
Brisons le joug qui nous maintient esclave,
Frère de sang
De la terre et de l’usine
Luttons ensemble pour notre liberté.







Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d'Aquí d'octobre arrive
Dison que...

Tarabast

Les affrontements entre policiers et manifestants en Catalogne sont nommés par les médias par l’équivalent de “chahut”. Mais derrière un mot c'est un monde complexe qui se dévoile...

A l’ora que s’acaran policiers e manifestants catalans, que s’acarnan lei governants espanhòus a afèblir lei drets d’aqueu país qu’a votat lo 17 d’octòbre de 2017 per son independència, la paraula que s’impausa pertot, dins lei medias dau Principat, es “Aldarulls”.

Tarabast


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.