Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Boulegon d’uno voues e d’uno lengo à l’autro

Boulegadis, groupe vocal né à Digne d'un groupe d'amis qui voulait chanter


DIGNE. Le groupe vocal dignois Boulegadis se taille une belle réputation de qualité. Pour être amateurs éclairés, ils n’en ont pas moins des qualités de professionnels engagés. Nous les avons rencontrés, chez l’ermite de Lure, où la montagne résonne encore des trois langues de leurs chants.



Boulegadis à Lure le 23 juin. D'abord un groupe d'amis qui voulaient partager des chants occitans, corses et italiens  (photo MN)
Boulegadis à Lure le 23 juin. D'abord un groupe d'amis qui voulaient partager des chants occitans, corses et italiens (photo MN)
Souto li faiardas deja lou publi espèro, e dins lou sourne de la glèiso, s’aubouro lou cant : « Nàni moussu…. » ample e prefound.

Nosto Dono de Luro, à 1200 m d’autitudo, acampo aperaqui quatre-vint persouno sus li banc de bos, per entèndre la colo de Boulegadis, aquéu 23 de jun. Aquélei Dignen, uno deseno, viron dins lis Bàssis-Aup despièi dous an, au rescontre dóu publi, e la qualita de si cant, madura dès ans per d’ùni, n’en toco mai que d’un.

« Tout coumenço en 2006, emé quàuquis afouga de cant courau que trèvon lou taié de Mirèio Dalet à Digno » nous dis Teiri Cristoforo, mèstre de cant. « En 2013, emé Yannick Roussel, l’autro beilesso de cant, se sian senti proun chanu per assaja de nous se presenta davans lou mounde ».

E an ben fa !

Dins lou cor de Nosto Dono de Luro, li cant prouvençau aro an fa plaço is italian, e tout aro li cantaire passaran au corse. Car es tres lengo qu’utilison li de Boulegadis  : « lou prouvençau bord qu’es noste, lou corse perqué la poulifounìo li va bèn, l’italian perqué eschanjan em’éli » qu’esplico Catarino Biagioni, uei la voues un pau embrigado pèr un rèsto de raumas

Es que Boulegadis, bèn que cor d’ afouga amatour, vouiajo tant que pòu per s’embuga de l’esperiènci dis autre. « E dins lou Piémount, segur que rescountran de mounde interessant ‘mé soun repertòri que l’es pas mens ».
 
Lou premié de mai, i’èron encaro, a Baio Dora, per canta segur.
 
E alor que, aro en céucle, la colo de cantaire se passon una boutiho de vin blanc per s’esclargi li cordo voucalo, Teiri Cristoforo ajusto : « lou secrèt es que cantan à l’auriho ; alor aquéu que canto la meloudìo basso pòu tambèn just après canta la meloudìo auto… » Es mume l’esplico dóu noum dóu groupe, « Boulegadis », perqué podon passa d’uno voues à l’autro.
 
E se s’enebisson pas de faire de couleitage, lou mai grand plasé pèr aquéli Dignen es encaro de s’acampa chasco semano pèr la repeticioun, ounte, après lou cant, se trato de parla di poussibleta de canta aqui o aila… coumo à Luro, ounte lis aucèu se soun abauca dins lis aubre, espanta de la councurrènci.

Rédigé en provençal graphie mistralienne avec les suggestions lexicales d'Alain Barthélemy

Mardi 4 Juillet 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.