Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (14)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (14)
" Totjorn a córrer e jamai lassa"

Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Blu parle des collectages d’Alan Lomax


LA CIOTAT. Quand le guitariste du Massilia Sound System dévoile son intérêt pour le travail de collectage des musiques populaire...A propos d'Alan Lomax, écoutes et conférences en divers lieux de La Ciotat et Sanary du 24 au 27 janvier.



Alan Lomax (1915-2002) Le collectage ethnomusical avec une attention particulière à sa mise à disposition du plus grand nombre, du Delta du Mississippi à l'Italie en passant par les Caraïbles. Ecoutes proposés par Hélène Coeur à La Ciotat (photo XDR)
Alan Lomax (1915-2002) Le collectage ethnomusical avec une attention particulière à sa mise à disposition du plus grand nombre, du Delta du Mississippi à l'Italie en passant par les Caraïbles. Ecoutes proposés par Hélène Coeur à La Ciotat (photo XDR)
Créatrice de sons, Hélène Cœur propose une écoute des collectages réalisés par Alan Lomax (1915-2002), à la Cantina de La Ciotat, jeudi 25 janvier, le lendemain à la Médiathèque. Dans ce cadre elle invite BLU Attard, le guitariste de Moussu T et du Massilia Sound System, a parler de ce grand du collectage de musiques populaire.
 
Pourquoi Alan Lomax ?
Il n’a pas été le seul à collecter des musiques populaires, mais son importance est formidable car avec lui ces collectages sont largement partagés. On ne le dissociera pas de son père, John, avec qui il a débuté et a sillonné le sud des USA dans les années 1930, à la recherche de bluesmen qu’il a fait connaitre. Mais Alan était un peu en avance sur son temps, et s’est intéressé à l’artiste noir américain ; il a vraiment recherché la voix du peuple et s’est attaché à la mettre  à disposition du plus grand nombre. Pour cela il a produit et accompagné certains des artistes noirs qu’il a découverts.
 
Il posait aussi ses micros dans les prisons, a contribué à en sortir plusieurs bluesmen.
 
En particulier Leadbelly (1888-1949), pour qui j’éprouve beaucoup d’attachement. Un artiste dont on peut dire qu’il  a passé la frontière entre blues et pop music, en influençant la musique de bien des artistes ultérieurs. Nirvana, Led Zeppelin, et quelques autres l’ont repris.
 
 

"L'homme au micro" du Mississippi à l'Italie

Blu parlera plus précisément du rapport d'Alan Lomax avec les artistes noirs des USA (photo MN)
Blu parlera plus précisément du rapport d'Alan Lomax avec les artistes noirs des USA (photo MN)
Alan Lomax n’a pas collecté que la musique noire des USA ?
Non, il a travaillé en France ou encore en Italie, c’est d’ailleurs cet aspect de l’œuvre de « cet homme au micro » qu’Hélène Cœur va développer.
 
Il influence ta musique ?
Ah ! j’espère bien sortir de mes doigts quelque chose qui soit bien de moi ! Non, si quelque chose m’a influençé de Leadbelly et de Lomax, c’est leur histoire, ce rapport au social  qu’ils ont eu dans la création et la diffusion musicale.

Mardi 23 Janvier 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.