Aquò d'Aqui


            partager partager

Au Mucem « cadun a drech de cercar asile »


MARSEILLE. Le musée des civilisations européennes et méditerranéenne a mis la langue d’oc à égalité des autres dans un message d’accueil en référence au droit d’asile. Peu avant Noël, l’initiative d’un militant régionaliste visait à cet ajout.



Photo XDR
Photo XDR
Fin finala lo Musèu dei Civilisaciens de l’Euròpa e de la Mediterranèa (Mucem de Marselha) a ajustat en lenga occitana la frasa que mena lo visitor, en mai que d’una lenga, a l’intrada d’aquela institucien que fa mestier de parlar d’istòria e de culturas dau relarg mediterranèan.
 
Lo Mucem parteja pas sei cartels en lenga nòstre, nimai prepausa que que siegue en provençau. Fa dos ans, la lexicografa Josiana Ubaud l’aviá denonciat dins una letra dubèrta.
 
Sus lei resons d’aquela benvenguda iniciativa, l’institucien museala d’Estat nos a pas encara respondut. « Ges de temps per lei decisionaris, mai ne’n parlarem » que nos dison.
 
Disabte 20 decembre Denis Capian, aquò dich, aviá plantat cavilha davant lo Mucem per reclamar aquela presencia de la lenga, amé l’article 14 de la Declaracien Universala dei Drechs de l’Òme, "contra lei persecussions cadun a drech de cercar asil… » qu’aviá escrichs sus una bandièra davant la pòrta dau Mucem.
 
Lo militant occitanista vengut d’Ardècha nos aviá pas avisat de l’iniciativa, nimai nos a avisat dau resultat. 

Mercredi 11 Janvier 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.