Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

« Alez Escarchòfa Òc ! » a Nimes

L'exposition a lieu dans les locaux de la Marpoc




Art...chaud, soit Cartchòfla, Alez expose à Nimes jusqu'à fin octobre (photo AC DR)
Art...chaud, soit Cartchòfla, Alez expose à Nimes jusqu'à fin octobre (photo AC DR)
Son nom d'artista interròga. «Sabem pas se Alez es un artista mondiau, ni mai d'onte ven : es per laissar un mistèri» comenta Alexandre Badaroux, alias Alez, que la mòstra es presenta dins lei locaus de la MARPOC, carrièra Fernand Pelloutier. 

Dins l'objectieu de «metre a l'onor leis artistas de nòstra region» segon lei prepaus d'Estèla Mazodier, de la MARPOC e l'IEO, lei mòstras d'aquela mena permeton de faire descurbir lei talents dau caire ai gents dau caire.

Alez parla pas la lenga, mai es pron estacat au país nimesenc de per sa familha e son viscut.

Vaquí perqué seis òbras expausadas actualament acampan mant un tèma ligat a la cultura nimensenca, coma lei buòus, la Torn Manha, leis Arènas, l'Ostau Carrat... Mai pas soncament !

Dins sa pintura s'i tròba d'imatges mai abstracts e la volontat, subretot, de respòndre is òbras contemporanas.

E d'aquela volontat nais un estile nòu, lo qu'Alez noma «les A&R.T?Chauds» (artichauts), una apelacion complèxa que resumís l'atraccion, la repulsion, lo fach de ponchar e d'interrogar sus l'art. 

En brèu, aquela idèia li es venguda après aver vist d'òbras que li agradavan pas gaire. «Me siáu dich : ieu tanben pòde faire qué que siegue» explica l'artista.

Tota-fes, leis espectators i veson pas qué que siegue. I veson una expression artistica vertadièra que lei fòrmas càmbian (de còp lei tablèus son carrats, circularis, an de talhas variablas...) e que lei colors agantan lo regard.

Au vernissatge, lei vesitaires presents mostrèron un interèst particulier per lo travalh d'Alez, qu'innòva l'art amé l'utilizacion dau fosforescent. Aqueu detalh a son importança, que jòga ambé lei lums e permet de concebre una nocturizacion de la pintura.

«I a un fube de flashs, lei tascas fan coma de nivas, s'i vei de fòrmas ambé de novèus angles. E puei la dimension de la nuech fa partida de la recèrca, ieu comence dins lo lum e avance pauc a cha pauc dins lo negre per l'evolucion de l'òbra» apondís Alez.

Ansin, lei convidats posquèron agachar, dins la sornura, lei pichòts traçats de lutz revelats per la fosforescença. Una vision dintre magic e cosmic, dintre ilusion e imaginacion.

Se pòu dire que la percepcion, manipulada, es confrontada, de jorn coma de nuech, au meravelhós.

Ambé de dauraduras abondosas, de relèus pron pensats e de colors espandidas tal un arc de seda; leis òbras d'Alez porgisson una realitat transformada e tenduda sus lei rivas de l'abstraccion e de l'atraccion. 
Au local de la Marpoc, au moment du vernissage l'association occitaniste gardoise veut valoriser les artistes régionaux (photo AC DR)
Au local de la Marpoc, au moment du vernissage l'association occitaniste gardoise veut valoriser les artistes régionaux (photo AC DR)

Per i anar

La mòstra « Alez Escarchòfa Òc ! » debutèt lo 25 de septembre e s'acabarà lo 30 d'octubre. I podètz anar de dimarç a divendre, de 9o a 12o e de 2o a 5o, dins lo locau de la MARPOC, 4 carrièra Fernand Pelloutier, 30900 Nimes. 

Dimanche 5 Octobre 2014
Amy Cros




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.